Un enchantement nommé Uruguay

Uruguay phare Jose Igniacio
Août 21 2019 par
Categories : Style de vie / Voyages

Des plages sauvages, des vignobles-boutiques bucoliques et une infrastructure chic font de l’Uruguay le nouveau havre de la coolitude sud-américaine.

Tout a commencé par un rendez-vous manqué avec l’un des plus petits, des plus sûrs et des plus progressistes États de l’Amérique du Sud. En effet, rater le traversier qui devait m’emmener de Buenos Aires, la capitale de l’Argentine, à Montevideo, celle de l’Uruguay, située en face, n’a fait qu’attiser au fil des ans mon désir de le connaître. Et voilà que j’y atterris en janvier dernier. Oh! la surprenante destination (qui a légalisé le mariage homosexuel et la consommation de cannabis en 2013) compte quatre fois plus de vaches que d’habitants et attire six fois moins de visiteurs que Montréal… Comme un secret de voyageurs ne le reste jamais bien longtemps, autant partager mes coups de coeur avec vous. Explorons la capitale, où vit le tiers des 3,6 millions d’Uruguayens. Filons ensuite vers l’ouest, vers Colonia del Sacramento et la région viti-vinicole de Carmelo. Puis, prélassons-nous du côté de José Ignacio, station balnéaire et carrefour arty de la façade atlantique.

Uruguay, Montevideo

L’Architecture de Montevideo, Photo: Getty Images

LE CHARME VIEILLOT DE MONTEVIDEO

En ce soir d’été austral (notre hiver), tout le monde converge vers le Río de la Plata pour regarder le soleil incendier le ciel. Suivons donc ces romantiques jusqu’à la Rambla! Bordant le fleuve, large ici comme un océan, cette promenade où l’on court, pêche et se bécote nous assure d’être aux premières loges du spectacle. Calme capitale où, l’après-midi, on prend le thé avec des gâteaux dans des salons d’époque, Montevideo distille une ambiance surannée. Dans son coeur historique, le Palacio Salvo, un ancien hôtel, donne le ton de l’éclectisme architectural de la ville. S’ajoutent à son attrait de grandes places arborées, égayées de fontaines, dont la Plaza Fabini. Celle-là est particulièrement charmante, car tous les soirs, quand il fait beau, on s’y retrouve pour danser le tango.

Plus on progresse vers l’est et plus les quartiers sont chics: bonjour Biarritz, Trouville et Carrasco! «Les Porteños (habitants de Buenos Aires) estiment quand même que les Montevideanos sont moins sophistiqués qu’eux», me confie l’artiste peintre d’origine marocaine Myriam Zini, installée au pays depuis 2016. «C’est peut-être vrai, mais ici, tout le monde se claque la bise, on est ce qu’on est et on s’assume!»

Uruguay resataurant La Farmacia.

La Farmacia

DES ADRESSES
On musarde chez Mamina (Sarandí 351), qui vend les beaux objets d’«artistes du bout de la rue», dixit la jeune proprio Lucia Turnes. On sirote un café à La Farmacia (Cerrito 550), une ex-pharmacie datant de 1890! On bouquine à la sublime librairie Art déco Puro Verso (libreriapuroverso.com), ainsi que chez Scaramuza, où on mange végane (une rareté au royaume du boeuf Angus), au jardin. C’est dimanche? On court les puces avec les «locaux» au tentaculaire marché de la Feria de Tristán Narvaja avant de visiter l’Espacio de Arte Contemporáneo (eac.gub.uy), qui expose des oeuvres d’art pointues dans les cellules d’une ancienne prison.

OÙ LOGER
Au Sofitel Montevideo Casino Carrasco & Spa, installé en face d’une plage de rêve, dans un secteur de la ville qui était autrefois une élégante destination balnéaire. À même l’établissement historique, on s’attable au restaurant 1921 le temps d’un vrai festin. (accordhotels.com)

Uruguay Narbona Wine Lodge.

Narbona Wine Lodge

LE «PETIT CHIANTI» DE CARMELO

Quatre heures de bus au départ de Montevideo, et nous voilà à Carmelo. Sur un ciel immense se détachent des enfilades d’eucalyptus, des bouquets d’oliviers, des troupeaux et des gauchos dans la
prairie. On se croirait presque dans le Chianti! À l’Almacén de la Capilla, un ravissant magasin général d’antan qui fait aussi office de salle de dégustation des vins de la maison, la propriétaire
Ana Paula Cordano est d’ailleurs fière de me dire que c’est son arrière-arrière-grand-père italien qui a planté ici les premières vignes, en 1855! Autour de la bourgade, on cultive du tannat, cépage français emblématique de la production du pays, du merlot et du cabernet sauvignon. «Ils donnent des vins puissants, des vins de machos», lance en riant María Marta Barberis, copropriétaire d’El Legado, un vignoble de poche né d’une passion familiale. Narbona est une autre exploitation viticole qui en met plein la vue. Elle est assortie d’un petit hôtel de cinq chambres à même une maison de maître; d’un chai monumental; d’une cave ancestrale; et d’un restaurant en partie approvisionné par la ferme laitière des proprios. De mignonne bodega en pueblo pittoresque, quels délicieux moments on passe ici!

Uruguay, troupeau de vaches

Photo: Getty Images

DES ADRESSES
On achète ses bizcochos (biscuits) au dulce de leche (confiture de lait) à la pâtisserie La Bámbola (18 de Julio 325) et on grignote des picadas (tapas de fromage et cochonnaille) à la bicoque de la Playa Seré, au coucher du soleil.

OÙ LOGER
Une option rustico-confo est Ahlo (alho.com.uy), une maison de village chaleureuse qui loue des vélos – c’est pratique pour se rendre à la plage et aux vignobles. L’option «pinteresque» est  l’établissement Relais & Châteaux qu’est le Narbona Wine Lodge (narbona.com.uy).

Uruguay Colonial del Sacramento

Coucher de soleil à Colonia del Sacramento. Photo: Carolyne Parent

COLONIA-LA-MAGNIFIQUE

Halte à Colonia del Sacramento, car c’est ici qu’est né l’Uruguay! Fin XVIIe siècle, l’explorateur portugais Manuel Lobo fonde une colonie au bout d’une péninsule. Sa position commerciale stratégique sur le Río est telle que les Espagnols la conquièrent de façon définitive au siècle suivant. Résultat? Le quartier histórico de Carmelo est un dédale de petites rues de pavés, bordées de maisons portugaises à toitures pentues et de demeures espagnoles à toitures plates, le tout éclaboussé de bougainvillées. L’UNESCO en a d’ailleurs reconnu toute la splendeur en l’inscrivant à son inventaire du patrimoine mondial.

OÙ LOGER
À la Posada Plaza Mayor (posadaplazamayor.com), dans l’une des chambres du rez-de-chaussée de la partie espagnole, qui s’ouvre sur une fontaine glougloutante et un jardin enchanté fleurant bon le jasmin.

DES ADRESSES
On se balade sur la Calle de los Suspiros (rue des soupirs) où pullulent les maisons reconverties en boutiques et les galeries d’art (fragaimaz.com) Du haut du phare par beau temps, on peut
apercevoir Buenos Aires. On prend le thé sur la terrasse de Queriéndote (Calle del Comercio 163). On se laisse tenter par un perfecto de cuir chez Casacuero (paseodelsol.com.uy). On prend l’apéro dans le jardin de l’hôtel design Charco (charcohotel.com). On file sur la plage Las Delicias pour s’attabler au Puerto Cañon, qui sert le meilleur clericó (sangría de vin blanc) en ville.

Uruguay Bahia Vik

JOSÉ IGNACIO ET L’ARTY ATTITUDE

Anonyme il y a dix ans, ce hameau prend du galon au fil des investissements d’Alexander et Carrie Vik, un couple américano-norvégien d’origine uruguayenne, collectionneur d’art et milliardaire. Selon l’homme d’affaires, il s’agirait d’ailleurs du «seul endroit au monde où Saint-Tropez s’unit au Wyoming»! Au bord d’une large plage lisérée de dunes, deux de leurs hôtels redéfinissent le lieu. Le plus récent est l’ensemble de maisonnettes épurées, faites de titane, de bois et de verre, appelé Bahia Vik. Dessiné par Carlos Ott, l’architecte uruguayo-canadien qui a également imaginé l’Opéra Bastille, à Paris, Playa Vik est un hôtel boutique de neuf chambres et suites, dont l’une a hébergé la chanteuse Katy Perry. «Elle se baladait au village vêtue d’un poncho, et tout le monde nous demandait où on pouvait se procurer le “poncho Perry”!» me chuchote la jeune femme qui me fait visiter l’endroit. Quant à l’Estancia Vik, elle est née d’un projet de maison de campagne ayant dérapé – c’est-à dire que le couple a décidé de faire un hôtel de ce domaine de 12 chambres et suites après avoir réalisé qu’il n’y passerait pas beaucoup de temps, finalement! Ici, comme à Bahia et Playa, le travail d’artistes locaux est à l’honneur dans les espaces privés et publics. Un exemple? Dans la salle à manger réservée aux asados (grillades) du week-end, Marcelo Legrand s’en est – vraiment – donné à coeur joie en projetant des balles de tennis trempées de peinture sur les murs! D’autres atouts: la beauté de la prairie environnante et la possibilité d’y faire des randonnées équestres, l’écurie de l’Estancia comptant une quarantaine de chevaux.

Uruguay Randonnée Équestre

DES ADRESSES
On trinque les pieds dans le sable chez La Susana (lasusana.com). On magasine son huile d’olive bio à Cruz del Sur (cruzdelsurfarm.com). Dans le village voisin de Garzón, on visite la galerie et le parc de sculptures Piero Atchugarry (pieroatchugarry.com), on déguste de bons vins à la Bodega Garzón (bodegagarzon. com), puis on dîne chez Francis Mallmann, le grand chef cuisinier argentin qui fait un tabac avec sa cuisine au feu de bois (restaurantegarzon.com).

OÙ LOGER
Mais chez les milliardaires, ne serait-ce qu’une nuit! (vikretreats.com) S’envoler au départ de Montréal avec Copa via Panama City. C’est la liaison aérienne la plus directe. (copaair.com) Y séjourner de novembre à mars, soit de la fin du printemps au début de l’automne austraux. Se déplacer en bus. Le réseau est étendu, les tarifs sont très abordables et les véhicules ponctuels. Filer en face, à Buenos Aires. C’est rapide et facile par le fleuve au départ de Montevideo et de Colonia à bord des navettes de Buquebus, Colonia Express ou SeaCat Colonia. (buquebus.com, uruguay.coloniaexpress.com, seacatcolonia.com.uy) Savoir que le coût de la vie, en Uruguay, est similaire au nôtre. Contrairement à l’Argentine, ce pays ne représente donc pas une aubaine. Glisser Argentine et Uruguay (Lonely Planet, 2019) dans ses bagages. (lonelyplanet.fr)

Lire aussi:
Rome branchée: 6 bons plans pour visiter la cité éternelle
Voyage: Itinéraire VIP à Los Angeles
Tulum la belle: La ville mexicaine à découvrir

Categories: Style de vie / Voyages