Bien que chacun de mes mots s’adresse à vous, j’écris ceux dont j’ai besoin. J’écris pour moi en sachant que ça résonnera en vous. Parce que ce qu’on détient de plus personnel est bien souvent universel. J’écris pour me rappeler ce qui m’a fait grandir et pour m’assurer de déconstruire, continuellement, les messages qui ne servent ni à mon évolution ni à notre avancement collectif, même si on les entend partout.

Quelque part sur mon chemin, on m’a transmis, avec ténacité, que le tra- vail constant menait au succès, que la productivité ne prenait jamais congé, que l’action était encouragée

Quelque part sur mon chemin, on a oublié de me parler du repos et de son caractère essentiel. Quand je pratique l’immobilité, un sentiment inconfortable de culpabilité germe dans mon esprit et finit par se loger dans mon ventre. Au sein des groupes de femmes que je fais bouger toutes les semaines, une question revient: «Si je sens que je suis épuisée, est-ce que je devrais venir au cours ou me reposer?» La réponse relève d’un paradigme à changer, celui selon lequel on devrait toujours être en train d’exécuter une tâche, de faire quelque chose, d’avancer, pour atteindre son objectif, peu importe sa nature.

Cette question indique aussi une sorte de déconnexion de soi: on ne sait plus quand ni comment répondre aux signes de fatigue. Notre système est complexe et nécessite diverses formes de repos afin de se régénérer. Ce n’est pas tout d’apprendre à choisir le repos, il faut aussi savoir déterminer la forme de repos dont on a besoin.

Le repos physique

Insérer une ou deux journées de repos dans une semaine d’entraînement permet à nos tissus de se réparer et de se renforcer, mais il arrive que notre corps en demande davantage: la difficulté à garder les yeux ouverts ou l’impression de marcher sur des sables mouvants sont deux signes clairs de fatigue physique.

Des suggestions: annuler un cours, faire une sieste, approfondir notre respiration jusqu’à ce qu’on observe un renouvellement d’énergie.

Le repos sensoriel

Les écrans, omniprésents dans notre vie, engendrent des tensions physiques et de la fatigue oculaire. Bien qu’il puisse être tentant d’agrémenter notre moment de détente de la dernière série arrivée sur Netflix, ces signes de fatigue réclament plutôt une pause de toute technologie.

Des suggestions: sortir prendre l’air, communiquer avec un ami en personne plutôt que par les réseaux sociaux, s’offrir un moment de solitude sans téléphone.

Le repos mental

Dévorer un livre fait partie des plus belles manières de prendre soin de soi, mais relire une même phrase à répétition peut être le signe d’un épuisement mental. Même chose si, au travail, on a de la difficulté à rédiger un courriel ou à se concentrer sur une tâche habituelle.

Des suggestions: pratiquer une activité physique qui nous apporte de la joie, méditer.

Le repos émotionnel

Être l’oreille attentive de tous, vivre des changements dans sa routine ou éprouver une hausse significative de ses facteurs de stress peut mener à une fatigue émotionnelle. Ses effets sont semblables à ce qui nous habite après le visionnement d’un film d’amour qui finit mal: une faim insatiable et un sentiment de vide et de confusion.

Des suggestions: Tenir un journal dans lequel exprimer ses émotions, faire une sortie dans la nature, près de l’eau, discuter avec une personne de confiance.

Avec vous, j’apprends à détruire l’idée selon laquelle l’activité constante mène au succès. Le répit favorise la guérison, stimule le système immunitaire, diminue le stress et amplifie la créativité. Avec vous, j’apprends à accueillir le répit en honorant son importance dans la pour- suite d’une vie libre et heureuse. Au repos!

ELLE X Activia

Rendez-vous sur le compte Instagram d’ELLE Québec (@ellequebec). Ce mois-ci, vous y verrez Marie-Philippe animer en direct une série exclusive de vidéos sur le bien-être, en collaboration avec Activia!

ELLE Active: l’industrie du bien-être est-elle trop blanche?
ELLE Active: Éloge du mouvement
ELLE Active: la peur du sport