Soins

Rencontre avec Andie MacDowell, la magnifique

Rencontre avec Andie MacDowell, la magnifique

Photographe: Getty Images

Soins

Rencontre avec Andie MacDowell, la magnifique

Elle est égérie de L’Oréal Paris depuis 32 ans: un record de longévité! À 60 printemps, Andie MacDowell brille par sa douceur, sa beauté et sa sérénité. On a siroté un thé avec l’actrice et mannequin américaine lors du Festival international du film de Toronto. Silence sur le plateau... Et action!

À propos de son partenariat avec L’Oréal Paris. «L’Oréal soutient la cause des femmes depuis les débuts de sa campagne publicitaire “Parce que je le vaux bien”. Ce slogan fort éloquent, de même que les différentes égéries qui lui donnent vie, célèbre la féminité dans toute sa diversité. C’est gratifiant de travailler depuis si longtemps avec une marque pour laquelle la beauté n’a pas d’âge, pas plus qu’elle n’a de couleur de peau. Elle est plurielle, tout simplement.»

À propos du vieillissement. «Vieillir ne devrait pas avoir de connotation négative. Notre âge change, mais fondamentalement, d’année en année, on demeure la même personne. La Andie d’aujourd’hui n’a rien perdu de celle d’hier. Si ça se trouve, elle s’est bonifiée, profitant de ses expériences passées pour avancer avec encore plus d’aplomb, de détermination, de solidité et d’ambition. À Hollywood, les actrices vieillissantes servent souvent de faire valoir aux hommes. Or, nous sommes des êtres à part entière, avec une voix qui gagne à être écoutée à tout âge.»

À propos des réseaux sociaux. «J’apprécie leur aspect démocratique: par leur entremise, tout le monde a une tribune. Je suis consciente que pour être de son temps, il faut éviter de leur tourner le dos. Cela dit, je refuse d’en devenir esclave! J’y parle de ma carrière et de mes engagements professionnels, mais je reste pudique quant à mes proches. Et pas question de transformer mes fils en lieux mercantiles commandités! Je préfère employer mon temps et mon énergie à peaufiner mon jeu d’actrice et à câliner les membres de ma famille.»

À propos de son rituel beauté quotidien. «J’ai besoin de huit ou neuf heures de sommeil: c’est essentiel à mon équilibre. Le matin, je me tartine le minois d’écran solaire puis, le cou caché par un foulard, je pars marcher dans les collines californiennes. Je me maquille peu, mais en revanche, je chouchoute ma tignasse. Comme elle est bouclée (donc très sèche), je la shampouine moins souvent que je la revitalise. Le soir venu, j’aime exfolier mon visage, faire suivre d’un masque puis m’enduire de crème de nuit. Quant aux parfums, trop alcoolisés, je leur préfère les décoctions d’huiles essentielles. (Elle sort une fiole à base d’encens de son sac à main, puis m’en chatouille le poignet.) Ça calme... Il n’y a pas mieux pour se faire du bien!»

null

  Photographe: Instagram @andiemacdowell

À propos de son idole. «Nelson Mandela fait figure d’icône pour moi. Au lieu d’en vouloir à ceux qui lui ont mis des bâtons dans les roues, il s’est tourné vers l’action, pour briser les tabous et l’isolement, combattre le racisme et plaider pour la justice autant que l’égalité des chances en Afrique du Sud. Le ressentiment nous enlaidit, au propre comme au figuré. Comme Mandela, il faut fuir la colère et cultiver la positivité et la gratitude. C’est ainsi que naissent le bonheur et la beauté, et qu’ils deviennent, par le fait même, contagieux.»

À propos de sa personnalité et de son mode de vie. «J’ai un bon sens de l’humour et j’ai à cœur ma santé, afin d’être là aussi longtemps que possible pour mes enfants. Cela dit, je n’ai pas de mérite: j’ai toujours aimé bouger, manger sainement et avoir une vie équilibrée. Je fais de la randonnée avec mon chien, je pratique aussi yoga et spinning, en partie pour tenir mon anxiété galopante à distance. Je m’adonne à des cures de jus, je m’éduque afin que ce que je mange soit aussi bénéfique que possible pour le fonctionnement de mon organisme et je cuisine bio.»

À propos de sa double carrière comme mannequin et actrice. «Ce sont des métiers que tout oppose! Mais c’est peut-être en comprenant bien les mécaniques de chacun qu’on parvient à enfiler avec brio les deux chapeaux. Quand on pose pour un magazine ou une campagne publicitaire, il faut jouer avec l’objectif, s’en faire un allié afin qu’il nous présente sous notre meilleur jour. À l’inverse, quand on tourne pour le cinéma ou la télévision, on doit faire comme si la caméra n’existait pas afin de se coller au mieux à la réalité, de traduire une émotion de façon aussi véridique que possible. Il faut à tout prix faire abstraction du plateau.»

À propos de son futur. «Je veux jouer tant que je vivrai. Je désire prendre part à des projets cinématographiques stimulants, qui me permettront de faire émerger de nouvelles facettes de mon jeu. Mon rôle d’ambassadrice auprès de L’Oréal m’amène aussi à rencontrer des gens qui changent le monde, un geste à la fois. Ils m’inspirent et me motivent à en faire plus. Je veux m’impliquer davantage socialement, car il n’y a pas meilleur antidépresseur que le bénévolat!» 

 

DANS LA TROUSSE BEAUTÉ D’ANDIE...

null

 

1. Roll-on d’huiles essentielles ClaryCalm, de doTERRA (42 $; doterra.com).

2. Lotion hydratante Crème de Corps, de Kiehl’s (41 $ les 250 ml; labaie.com).

3. Huile pénétrante Hair Expertise Extraordinary Oil, de L’Oréal Paris (7 $; amazon.ca).

4. Hydratant anti-âge intensif Triple Power LZR Revitalift, de L’Oréal Paris (38 $; jeancoutu.com). 

Commentaires

Partage X
Soins

Rencontre avec Andie MacDowell, la magnifique