Musique

Rufus Wainwright passe aux aveux

Lorenzo Brigheli Photographe : Lorenzo Brigheli Auteur : Elle Québec

Musique

Rufus Wainwright passe aux aveux

1-Depuis la mort de ma mère, Kate McGarrigle, il y a deux ans, je pense à elle tous les jours. Je m'ennuie d'elle comme mère, mais c'est en tant qu'artiste qu'elle me manque le plus. Alors, pour me rapprocher d'elle, je chante ses chansons.

2-Mes deux dernières années ont été teintées par le deuil, et ce, malgré la naissance de ma fille, Viva Katherine. J'ai retrouvé mon envie de festoyer quand je suis rentré en studio pour enregistrer mon album. J'ai eu tellement de plaisir avec mon réalisateur, Mark Ronson, et son équipe que, lors de ma dernière journée d'enregistrement, j'ai pleuré tout mon soul. J'aurais voulu que la fête continue...

3-Que mon père ait eu plein d'enfants et plein de femmes m'a beaucoup pesé durant mon adolescence. Aujourd'hui, j'aborde ça avec une certaine sérénité.

4-Les femmes devraient me craindre, car je les vois toutes comme des mamans potentielles avec qui faire des enfants. Suis-je tranquillement en train de devenir comme mon père?

5-Avant que ma fille naisse, j'avoue que l'éventualité d'avoir un garçon m'angoissait. C'est sans doute parce que j'ai été élevé dans une tribu matriarcale. Être entouré de femmes me rassure: avec elles, je sais à l'avance que je perdrai toujours...

6-Oui, la musique panse les plaies. Mais elle peut aussi, dans certains cas, vous pousser à vous jeter du haut d'un édifice.

7-Dès la seconde où j'ai pris ma fille dans mes bras pour la première fois, j'ai senti toute la force qu'elle avait déjà en elle. La chanson Montauk, sur mon dernier disque, lui est dédiée. Je lui en ai écrit plusieurs autres, mais je ne les ai pas enregistrées. Je ne voudrais pas lasser tout le monde à force de parler de mon amour pour cette enfant!

 

8-Ma mère m'a toujours répété à quel point il est ardu d'être une femme dans l'industrie de la musique. Par conséquent, j'ai encore plus de respect pour les musiciennes que pour les musiciens. Je voue une admiration absolue à: Nina Simone, Lhasa de Sela, Maria Callas, Barbara et Ginette Reno.

9-J'entretiens une certaine hygiène de vie pour garder ma voix en santé: je me couche à 5 h du matin à peine deux fois par semaine... Et à 60 ans, ce ne sera plus qu'une seule fois par semaine!

10-Une mère donne deux fois naissance à son fils. Une première fois à l'accouchement, une deuxième fois lorsqu'elle meurt. Depuis que Kate n'est plus là, j'entends dans ma voix une maturité qui n'était pas là, avant. Je sonne aujourd'hui comme un homme, et non plus comme un pauvre petit garçon.

 

 

 

 


À LIRE: Alexandre Barrette passe aux aveux

 

 

 

 

Commentaires
Partage X
Musique

Rufus Wainwright passe aux aveux