Reportages

Le cerveau masculin expliqué aux femmes

Istockphoto.com Auteur : Elle Québec Crédits : Istockphoto.com

Reportages

Le cerveau masculin expliqué aux femmes

Un ami, qui a quitté le célibat depuis bien des années, me disait récemment: «En couple, tout ce qui compte, c'est d'être gentil.» J'ai ri aux larmes devant sa candeur désarmante et j'en ai eu pour 10 bonnes minutes à tenter de reprendre mon souffle. L'ami en question ne s'était pas rendu compte qu'au 21e siècle, le sentiment amoureux a été remplacé par une longue liste d'exigences, fondée sur ce qu'on aura reproché le plus souvent aux conjoints précédents.

À partir des critiques que les femmes font le plus souvent aux hommes, je livre ici, avec dévouement et générosité, une explication rationnelle à certains mystères du comportement masculin. Il s'agit bien sûr de généralisation gratuite, mais, mine de rien, vous reconnaîtrez sans doute quelques spécimens de votre entourage.

«IL N'EST PAS ROMANTIQUE.»
Il est surtout moins friand que vous des comédies romantiques où tous les gens seuls sont décrits comme de misérables zombies qui renaissent une fois qu'ils ont trouvé l'amour. Pas pour rien que ça s'appelle «comédie» romantique, d'ailleurs: la femme y voit du romantisme et se demande pourquoi ces choses ne lui arrivent pas, tandis que l'homme n'y voit qu'une oeuvre de fiction qui l'aura bien fait rire. Notez aussi que le film se termine toujours au moment où les deux personnages principaux forment un couple – laissant croire qu'ils vivront heureux – sans rien montrer de la débâcle qui s'ensuit.

À LIRE SUR LE MÊME SUJET: Louis Morissette nous parle des rapports gars-filles Christian Bégin réfléchit sur l'intimité entre amoureux Louis-José Houde nous donne un cours de séduction

«LES HOMMES NE DRAGUENT PLUS!»
En fait, oui, ils draguent encore. La seule chose, c'est qu'ils préfèrent aller vers les filles invitantes qui leur sourient en les regardant droit dans les yeux, plutôt que vers les princesses qui attendent qu'on les aborde, se plaignant des hommes avec leurs copines, lunettes fumées sur le nez, envoyant des textos sur leur cellulaire d'une main tout en rejetant les hommes de l'autre. L'inaccessible snobinarde, ça ne fonctionne plus depuis le 18e siècle. Pourquoi tenter de séduire une fille qui semble prête à vous cracher dessus dès que vous l'approchez?

«ON DIRAIT QUE ÇA NE L'INTÉRESSE PAS!»
Ça ne l'intéresse pas. Le cerveau de l'homme voit les choses dans leur globalité, tandis que le cerveau de la femme se préoccupe surtout des détails. Monsieur reste donc de glace devant votre difficulté à choisir entre acheter des bols à café avec ou sans anse, ou votre hésitation à repeindre l'intérieur d'un placard en bleu curaçao, bleu lavande ou bleu andalou.

«IL PENSE JUSTE AU SEXE.»
À la suite d'une étude récente qui a probablement coûté quelques millions de dollars, des chercheurs ont annoncé que, contrairement aux idées reçues, il serait faux de croire que l'homme pense au sexe toutes les 10 secondes. Ils ont découvert que le cerveau masculin serait plutôt comparable à un salon (en désordre) où un téléviseur diffuserait des films érotiques, en sourdine, 24 heures sur 24. Alors que la femme peut accomplir plusieurs tâches à la fois, l'homme est capable de penser à deux choses en même temps: la première étant le sexe, la deuxième étant tout le reste.

«IL NE VEUT PAS S'ENGAGER.»
C'est triste à dire, mais il a peut-être peur de ne pas être à la hauteur de vos exigences. Il n'en parlera évidemment pas, parce que rien qu'en le disant, il dévoilerait une de ses faiblesses et, à force d'échecs, il hésite à se montrer sous son vrai jour. Quand vous soupirez d'extase en voyant Roger Federer à la télé, il se sent un peu poche avec sa petite bedaine et son début de calvitie. Alors, plutôt que de montrer ses faiblesses, il fuit. Parce que les fois où il s'est montré vulnérable, c'est elle qui est partie.

«TOUS LES BONS SONT PRIS!»

À l'approche de la trentaine, rares sont les femmes célibataires qui n'ont pas prononcé cette phrase. OK, d'accord, vous avez raison, tous les bons sont pris. Et vous savez quoi? Ils sont en couple avec les bonnes! Il ne reste donc plus que les mauvais et les mauvaises, des restes, des sous-produits qui n'ont pas trouvé preneur. Si on part du principe selon lequel qui se ressemble s'assemble, ça ne devrait pas poser de problèmes. Ça nous laisse des hommes immatures à jumeler à des femmes borderline. Voyez comme la vie est bien faite!

«IL A PEUR D'AVOIR DES ENFANTS.»
À l'adolescence, pendant que les filles développaient leur sens des responsabilités en faisant du gardiennage, les gars lançaient des pétards dans la ruelle ou faisaient fumer des grenouilles. C'est normal que la paternité leur fasse peur; souvent, la première couche qu'ils changeront dans leur vie sera celle de leur propre enfant. Ce n'est pas l'idée d'avoir des enfants qui les bloque, c'est l'impression qu'ils se feront materner par leur conjointe à cause de ce manque d'expérience.

À LIRE SUR LE MÊME SUJET:

Louis Morissette nous parle des rapports gars-filles

Christian Bégin réfléchit sur l'intimité entre amoureux

Louis-José Houde nous donne un cours de séduction

«IL ME TIENT POUR ACQUISE!»
Quand l'homme choisit la vie de couple, c'est qu'il met fin à la conquête. Il sort de l'arène et laisse les autres mâles s'entredéchirer pour séduire la plus jolie fille du bar. Le problème, c'est que la femme tombe amoureuse du conquérant mais se retrouve en couple avec un ancien combattant. Comment faire pour qu'il reste à jamais ce conquérant fougueux? Ne sortez pas avec lui. Les amours les plus excitantes sont les amours impossibles.

«IL NE PARLE PAS.»
Une étude révèle que la femme prononce en moyenne 16 215 mots par jour, et l'homme, 15 669. Il n'y a qu'une différence de 546 mots, ce qui est très peu significatif. Peut-être parle-t-il moins de ses émotions, d'accord, mais il suffit alors d'être attentive à son non verbal. Un peu comme les Inuits ont plus de 30 mots pour décrire la neige, l'homme a de nombreux haussements d'épaules pour exprimer ses pensées, qui vont de «M'en fous» à «Je sais que si je réponds à ta question en disant la vérité, je suis mort. Alors, je vais me taire, quitte à passer pour un abruti sans opinion.»

«IL N'APPRÉCIE PAS MES ATTENTIONS!»
Il fait ce qu'il peut pour avoir l'air d'aimer ça, mais c'est parfois difficile. Pour l'homme, la spontanéité est le plus grand aphrodisiaque, pas le bain avec pétales de roses, chandelles et musique nouvel âge dans un bed & breakfast au cours d'un voyage planifié deux mois d'avance dans le but avoué de donner un deuxième souffle au couple en perte de passion. Les attentes mettent de la pression, les surprises mettent du piquant.

«IL PRÉFÈRE REGARDER LA TÉLÉ!»
Dans une journée où la femme se plaint de sa coupe de cheveux, de sa cellulite, de ses seins trop petits, de ses yeux bouffis, de son teint pâle, de ses trop grosses fesses et de ses points noirs, le compliment que l'homme lui envoie est habituellement balayé du revers de la main, considéré comme une tentative malhonnête de lui remonter le moral. Monsieur en vient à croire que si vous êtes incapable d'aimer votre corps tel qu'il est, vous devez trouver le sien particulièrement répugnant. Alors, il préfère s'avachir devant le téléviseur plutôt que de tenter de vous caresser. Et puis, à force d'entendre les filles déclarer que le chocolat est meilleur que le sexe, l'homme sait que la compétition est perdue d'avance dès qu'il croise une Coffee Crisp.

«IL AIME LE GROUPE KISS!»

Probablement qu'un des plus grands mystères du mâle réside en sa capacité à faire de l'air guitar et à crier sa joie devant ce groupe de hard rock dont les membres s'affublent de vêtements moulants et se maquillent pour ressembler à de petits animaux. À dire vrai, répondre à la question «Pourquoi les hommes aiment Kiss?» reviendrait ni plus ni moins qu'à vous donner, en une simple phrase, la clé qui vous permettrait de décoder tous les mystères du genre masculin. Dans le but de ne pas trahir mon espèce, je me contenterai donc de répondre à cette question par un haussement d'épaules.

La BD Jeunauteur – Tome 1 Souffrir pour écrire, de Stéphane Dompierre et Pascal Girard (Québec Amérique), est vendue en librairie.

Article publié originalement dans le magazine ELLE QUÉBEC

À LIRE SUR LE MÊME SUJET:

Louis Morissette nous parle des rapports gars-filles

Christian Bégin réfléchit sur l'intimité entre amoureux

Louis-José Houde nous donne un cours de séduction

Commentaires
Partage X
Reportages

Le cerveau masculin expliqué aux femmes