Soins

Au Maroc, sur la route de l'Argan

Au Maroc, sur la route de l'Argan

Extraction de l’amandon du fruit de l’arganier sous la supervision d'une bienveillante Berbère. Photographe : Roxanne Matiz pour Kérastase

Soins

Au Maroc, sur la route de l'Argan

Embarquement immédiat pour une odyssée sur les traces de ce précieux élixir beauté, d’Agadir à Paris.

Depuis la nuit des temps, les femmes berbères produisent de l’huile d’argan et s’en enduisent de la tête aux pieds. Et pour cause! Exceptionnellement riche en vitamine E, en acides gras essentiels et en polyphénols, cet or vert marocain jouit de vertus hydratantes, antioxydantes et régénératrices. Pas étonnant que Kérastase l’ait choisi comme ingrédient star d’Aura Botanica, sa toute nouvelle gamme de soins capillaires. 

Mardi 7 mars 2017

13 h. Après deux longs vols (Montréal-Paris, Paris-Agadir), j’atterris enfin au Maroc. Un souffle d’air chaud me fouette le visage dès que je foule le tarmac. Momentanément aveuglée par le soleil brillant, il me faut quelques secondes avant de pouvoir admirer les palmiers et les dunes lointaines. Arrivée à mon hôtel, le «chicissime» Sofitel Agadir Thalassa Sea & Spa, je marche vers la plage, qui se trouve à deux pas. Programme de l’après-midi: nager, lézarder et tester un massage à l’huile d’argan dans un hammam traditionnel.

17 h. En plus de délier mes muscles endoloris, la massothérapeute m’initie aux multiples bienfaits de l’huile d’argan cosmétique: celle-ci hydrate et protège la peau, les ongles et les cheveux, donne de l’éclat au teint, atténue l’apparence des rides, soulage les démangeaisons cutanées et apaise les coups de soleil. Me voilà revigorée pour le souper de groupe qui se déroule à l’hôtel boutique Riad Villa Blanche (une trentaine de journalistes venus des quatre coins du monde y prennent part). Au menu? Tajine de poulet aux olives vertes, accompagné de vins marocains doux et veloutés. Ai-je besoin de dire que j’ai très bien dormi, cette nuit-là? 

Mercredi 8 mars 2017

9 h. En primeur, Samuel Michaux, directeur international du marketing chez Kérastase, nous dévoile les soins de la nouvelle gamme Aura Botanica: un shampoing, un revitalisant, un concentré et une essence. Chacun est composé d’ingrédients d’origine naturelle à 98 % (les 2 % restants assurent la stabilité olfactive et sensorielle des produits). Au menu: de l’huile d’argan marocaine et de l’huile de coco des îles Samoa, toutes deux fruits du commerce équitable et d’un approvisionnement responsable. 

11 h. Zoubida Charrouf, professeure à l’Université Mohammed V de Rabat, nous en apprend un rayon sur l’huile d’argan. Celle-ci est fabriquée à partir de l’amandon du fruit de l’arganier, un arbre épineux qui pousse dans la région d’Essaouira et d’Agadir, et sa production donne du boulot à quantité de coopératives de femmes marocaines. La Berbère Fatima Ihini, présidente de la coop Toudarte, où s’approvisionnent divers labels beauté, dont Kérastase, prend ensuite le relais afin de nous raconter ses débuts parsemés d’embûches mais aussi de succès. «J’ai dû vendre tous mes biens personnels pour fonder cette coopérative et ainsi offrir emplois, éducation, soins médicaux et autonomie financière à une centaine de femmes de mon pays. Je n’aurais pas pu rêver de célébrer aujourd’hui la Journée internationale des femmes en meilleure compagnie!» confie-t-elle, à la fois émue et fière.

Thé henné Maroc

  Photographe: Roxanne Matiz pour Kérastase

12 h. Après avoir tenté d’extraire sans succès l’amandon du fruit de l’arganier sous la supervision de bienveillantes Berbères, nous partons sillonner les forêts d’arganiers. Arrêt obligatoire au sommet d’une montagne de sable doré pour reprendre notre souffle, déguster un thé à la menthe sucré et nous faire faire un tatouage au henné au rythme des percussions de tambourins marocains.

18 h. Nous terminons la journée au souk, immense marché en plein air où s’entassent des tonnes de trésors: épices, pâtisseries, tajines, babouches, tenues traditionnelles, tapis, services à thé, écharpes... Difficile de résister à l’envie de dévaliser tous les kiosques!

Jeudi 9 mars 2017

Lever aux aurores pour attraper un vol qui nous emmène à Paris. Une fois à destination, nous nous dirigeons vers le Centre mondial de recherche capillaire du groupe L’Oréal (dont Kérastase fait partie), à Saint-Ouen. Aurélie Decaux, experte sensorielle, et deux chercheuses nous vantent les bienfaits de la collection Aura Botanica, tests et études à l’appui: elle hydrate, nourrit et protège la fibre capillaire, lisse et adoucit les longueurs, élimine les frisottis, répare les dommages causés par le coiffage et donne jusqu’à quatre fois plus d’éclat à la chevelure. Que demander de plus? Une conscience sociale et environnementale? C’est déjà dans la poche!  

LE RITUEL AURA BOTANICA

En salon
C’est quoi? Un traitement capillaire sur mesure en quatre étapes (nettoyage des longueurs avec une éponge konjac, bain lavant, soin revitalisant personnalisé et mise en plis soignée) offert dans les salons Kérastase et mettant en vedette la gamme de produits Aura Botanica.
Pour qui? Celles qui désirent s’offrir un moment de détente allié à des soins capillaires nourrissants et de qualité. Environ 30 $; kerastase.ca

Aura Botanica

À la maison
- Le bain micellaire (a) élimine la saleté, revigore et fait briller les cheveux.
- Le soin fondamental (b) est un revitalisant sans silicones qui volumise et «glamourise» la chevelure.
- Le concentré essentiel (c) s’utilise en préshampoing, en traitement à rincer (combiné au revitalisant), voire en huile nourrissante tant pour les cheveux que pour le corps.
- L’essence d’éclat (d), utilisée en touche finale, dompte les frisottis et
protège la chevelure toute la journée. 

Commentaires

Partage X
Soins

Au Maroc, sur la route de l'Argan