Cheveux

Oups! J'ai trompé mon coiffeur...

.. Auteur : ELLE Québec Crédits : Getty Images Source : ELLEQuebec.com

Cheveux

Oups! J'ai trompé mon coiffeur...

Que celle qui n'a jamais trompé son coiffeur ni même rêvé de lui être infidèle lance la première paire de ciseaux! Tôt ou tard, on vit toutes ce dilemme, et les remords nous envahissent. Pourquoi se met-on dans un tel état? Deux lectrices, une coiffeuse et une psychologue se penchent
 sur la question.

Vous avez présenté une photo de Beyoncé à votre coiffeur, pleine d'espoir. Quelques heures plus tard - et après avoir déboursé plusieurs centaines de dollars! -, vous ressortez du salon avec une tête de bichon maltais... Insatisfaction, ennui, déception, envie de nouveauté: les raisons qui peuvent nous pousser à l'infidélité, tant dans les rapports amoureux que dans une relation capillaire, sont nombreuses. Et dans un cas comme dans l'autre, les sentiments de honte et de culpabilité qui en découlent sont lourds à porter. Décryptage d'un phénomène courant typiquement féminin.

Les (pas si) beaux malaises

«La seule chose qui m'empêche de tromper mon coiffeur, c'est le malaise que je ressens à l'idée de passer à l'acte», confie Jessica, qui fantasme à l'idée de claquer la porte du salon qu'elle fréquente depuis deux ans, car elle trouve son propriétaire un brin incompétent et insouciant. «Avant de mettre les pieds là-bas, je suis allée voir le même coiffeur pendant près de 10 ans. Il me connaissait par cœur, coupait mes cheveux comme un dieu et me faisait de magnifiques brushings, qui me valaient toujours de nombreux compliments.»

Pourquoi donc avoir décidé d'aller voir ailleurs? «Avec le temps, j'ai vu apparaître des cheveux gris dans ma tignasse. J'ai voulu les camoufler avec des effets de mèches. Or, mon coiffeur chouchou ne touchait pas à la coloration, ou si peu. Et comme je trouvais absurde de devoir fréquenter deux salons de coiffure pour embellir ma tignasse, je me suis lancée à la recherche d'un endroit où je pourrais tout faire
 sous un même toit.» Jessica en avait discuté
 avec son coiffeur d'alors; aucun malaise de
 ce côté. C'est plutôt l'expérience qui a suivi
 qui ne s'est pas révélée aussi positive qu'elle
 le souhaitait. «Ça ne fait aucun doute: j'adore
 le coloriste qui teint mes cheveux. En revanche, j'aime un peu moins mon nouveau
 coiffeur: il parle beaucoup, m'écoute peu et ne s'applique pas toujours à la tâche. Donc, la plupart du temps, je sors du salon avec une frange trop effilée ou un dégradé plutôt raté. Des petits détails qui m'empêchent d'être une cliente comblée, quoi!»

Qu'envisage-t-elle pour la suite? «Je ne sais pas si j'aurai un jour le courage de "rompre" avec mon nouveau coiffeur pour retourner à mes "anciennes amours", mais je rêve de le faire! C'est fou d'être ainsi rongée par la culpabilité... Ce n'est quand même pas mon chum que je veux tromper!»

Retour à la case départ

«Je l'avoue: j'ai été infidèle à tous mes conjoints sans exception, mais je n'aurais jamais, au grand jamais, pensé que je tromperais un jour ma coiffeuse», révèle Maryse. Or, c'est arrivé! Après 15 ans de loyaux services, la jeune femme s'est résolue à aller voir ailleurs: elle en a eu assez de courir après les rendez-vous avec une coiffeuse de plus en plus «surbookée». «C'est vrai qu'on avait une belle relation, elle et moi: elle maniait pigments et ciseaux avec beaucoup de doigté, même quand j'avais décidé de passer du brun au rouge vif, une transformation qui avait nécessité plus de cinq heures de manœuvres pointues. Cependant, je commençais à en avoir marre de devoir prendre mes rendez-vous des mois d'avance parce qu'elle était toujours plus occupée. J'avais envie de spontanéité et peut-être aussi d'un peu de changement.»

PLUS: C'est mon histoire: «J'ai vaincu ma peur des coiffeurs»

Puis, il y a trois ans, la parfaite excuse pour changer de décor s'est présentée sur un plateau d'argent: le déménagement de Maryse. «J'en ai profité pour me dénicher un autre coiffeur, à deux pas de mon nouvel appartement. Non seulement il avait une plus grande disponibilité, mais son tarif était aussi plus abordable et son salon était situé à deux pas de chez moi, ce qui me permettait d'économiser temps et argent.» Seule ombre au tableau: Maryse n'était pas pleinement satisfaite du travail de ce coiffeur. «Ma coloration s'affadissait hyper rapidement: mon ancienne coiffeuse m'a donc vite manqué. J'avais envie de retourner la voir, mais j'avais peur de sa réaction... Et si elle me trouvait opportuniste? J'ai pris mon courage à deux mains et je l'ai appelée. On s'est longuement parlé; elle m'a dit qu'elle comprenait mon geste. Elle m'a même confié qu'elle avait aussi déjà trompé sa styliste préférée! J'ai donc retrouvé la voie de la fidélité, et elle et moi, on file désormais le parfait bonheur.»

Dans La tête du coiffeur

Incroyable mais vrai: plusieurs coiffeurs ne voient pas d'objection à ce que leurs clientes aillent voir ailleurs de temps à autre. «Logiquement, si tu rends visite à un styliste régulièrement, c'est que tu aimes sa façon de faire et que tu as confiance en ses compétences, croit Véronique Beaupré, propriétaire du salon Local B, à Outremont. Si ce lien de confiance s'étiole au fil du temps ou si tu as simplement envie d'essayer autre chose, go for it! On a tous soif de nouveauté à l'occasion: c'est humain et hyper sain. Le seul moment où un coiffeur risque réellement d'être blessé, c'est quand on lui fait faux bond alors qu'on avait établi avec lui un plan d'attaque de longue haleine (pour faire allonger nos cheveux, pour corriger une coloration manquée ou pour passer sans heurts du marron au blond, par exemple). Personne n'aime s'investir inutilement dans un projet prenant!»

L'avis de la psy

«Plusieurs facteurs peuvent expliquer la culpabilité qu'on ressent à l'idée de tromper son coiffeur, dit la Dre Stéphanie Léonard, psychologue. D'abord, les êtres humains - et les femmes en particulier, en raison de leur instinct maternel - sont très sensibles à l'idée de décevoir les autres. Et être infidèle à son coiffeur, c'est un peu lui asséner un coup de massue en lui disant: "Ton travail ne fait plus l'affaire, je suis donc forcée d'aller voir ailleurs." Un message délicat à passer... et difficile à encaisser!»

D'autre part, il faut savoir que dès qu'il est question d'apparence physique, les femmes deviennent très vulnérables.
 Beaucoup d'entre elles vivent une relation conflictuelle avec
 leur corps, mais le coiffeur a le pouvoir de les rendre belles et de les aider à se sentir bien dans leur peau. «Un lien de confiance unique se tisse entre les femmes et leur coiffeur: elles peuvent passer de longues heures à lui parler de tout et de rien, à se confier à cœur ouvert, un peu comme elle le ferait avec un psychologue, explique la Dre Léonard. Un lien qui devient d'autant plus difficile à briser lorsqu'elles sont déçues des services reçus ou qu'elles ont envie d'essayer autre chose.

PLUS: Comment porter la frange selon la forme de son visage

Mais plus encore, cette idée d'infidélité nous ramène à nos dynamiques relationnelles personnelles, précise la psychologue. La plupart des femmes ont de la difficulté à s'affirmer et à dire ce qui ne va pas lorsqu'elles sont en couple. C'est du pareil au même avec leur coiffeur: elles n'osent pas dire ce qu'elles pensent par peur d'être blessantes.»

La morale?

Quelle est donc la solution à ce grand dilemme: «tromper» ou ne pas «tromper» son coiffeur? À ce propos, la Dre Léonard nous donne une piste de solution pour le moins déculpabilisante. «Il ne faut jamais oublier qu'on entretient une relation d'affaires avec notre coiffeur, rappelle-t-elle. On le paie, comme on paie notre électricien, notre plombier, notre garagiste... Si on est insatisfaite de ses services, on a tout à fait le droit d'aller voir ailleurs sans culpabiliser! Souvenons-nous par contre de ceci, avant de se prendre aux cheveux avec notre styliste capillaire: la communication est la base, le socle, la fondation de toute bonne relation. Et elle peut souvent prévenir bien des dégâts!» À bon entendeur...

Ça arrive aussi aux stars...

Jennifer Lawrence semblait fidèle à Mark Townsend depuis longtemps (il a d'ailleurs coupé
 ses extra longs cheveux blonds en shag ombré il y
a trois ans, à l'occasion des GLAAD Awards). Or depuis quelque temps, elle va voir Jenny Cho (c'est elle qui est derrière son fameux pixie d'il y a deux ans).

Jennifer Lopez est allée voir pendant
 des années le coiffeur Lorenzo Martin (responsable de sa coiffure Old Hollywood, aux Golden Globes de 2013). Cette année, elle s'est fait faire un shag par un certain Juan Carlos Maciques. Mais pourquoi donc a-t-elle changé de coiffeur? Le mystère plane...

Kim Kardashian n'est pas aussi fidèle que d'autres quand il est question de coloriste. Après avoir misé sur les mains expertes de George Papanikolas, qui a réalisé son ombré doré de 2013, elle s'est plutôt tournée vers Lorri Goddard pour passer du noir au blond platine juste avant de partir pour la Semaine de mode de Paris, en 2014.

 

À DÉCOUVRIR:
Matrix Color Lounge: une application qui évite les mauvaises surprises capillaires
Grand Prix de la Beauté 2015: les meilleurs produits pour les cheveux
Coiffures de soirée: les conseils de Kim Kimble, coiffeuse de stars

Commentaires
Partage X
Cheveux

Oups! J'ai trompé mon coiffeur...