Société

MATTHIEU RICARD À MONTRÉAL

Elle Québec
Société

MATTHIEU RICARD À MONTRÉAL

[caption id="attachment_8270" align="aligncenter" width="550"] Ricard, Matthieu - © Angeles Nassar 2013 Matthieu Ricard - © Angeles Nassar 2013[/caption] Les enfants sont naturellement égoïstes. J’imagine que vous avez, comme moi, entendu cette affirmation des dizaines de fois. Eh bien, savez-vous quoi? C’est faux! Les enfants sont naturellement altruistes, soutient Matthieu Ricard dans son dernier livre, Plaidoyer pour l’altruisme - La force de la bienveillance (éd. NiL). Matthieu Ricard, c’est un biologiste français (il a un doctorat en génétique cellulaire) qui a tout plaqué à 26 ans pour aller méditer en Himalaya. Quarante ans plus tard, celui qui est devenu l’interprète français du dalaï-lama y est encore. Il continue de méditer, de prendre des photos, de se consacrer à sa fondation Karuna-Shechen et d’écrire. Son dernier opus? Une brique de 900 pages (!) sur l’altruisme, qu’il a mis cinq ans à écrire. Faut dire qu’il fait pas mal le tour de la question, en faisant la synthèse de toutes les études scientifiques (des théories de l’évolution aux neurosciences) et de tous les courants de pensée à ce sujet, qu’ils touchent la philosophie, la psychologie, l’économie ou l’écologie. Ce qui est fascinant dans cet essai, c’est qu’il nous réconcilie un peu avec la nature humaine. Ainsi, le moine bouddhiste démolit l’idée très répandue selon laquelle l’être humain est fondamentalement égoïste. En fait, dit-il, les gens ont des comportements bienveillants dans la majorité des cas. C’est d’ailleurs cette coopération et cette entraide qui nous ont permis de survivre au cours de l’évolution. Bien sûr, il y a des guerres et des génocides, mais il est démontré que la violence décline globalement depuis trois siècles sur la planète. Même chose lors des catastrophes naturelles: alors qu’on pense que c’est le chaos et les pillages qui prévalent au cours de ces moments difficiles (c’est ce qu’on a dit, à tort, après l’ouragan Katrina), il s’avère que les gens s’entraident plus qu’ils ne s’entretuent. Ce qui est aussi passionnant, c’est la façon dont Matthieu Ricard établit le lien entre l’altruisme et notre vie quotidienne, dans toutes ses sphères. Aujourd’hui, dit-il, l’altruisme n’est pas un idéal ou un luxe, c’est une nécessité pour affronter les défis de notre époque. C’est grâce à l’altruisme qu’on va donner un visage plus humain à notre économie et lutter contre la pauvreté. C’est en étant concernés par les autres qu’on va trouver plus de sens à notre vie. C’est en laissant de côté notre égoïsme qu’on va préserver la planète dont nos enfants vont hériter. Et l’altruisme, ça s’apprend et ça se cultive, assure le moine qui donnera une conférence à Montréal les 16 et 18 novembre prochains ( tohu.ca) et à Québec, le 17 novembre ( lecapitole.com). On peut ainsi se changer soi-même, en entraînant son esprit, et changer notre société en étant de plus en plus nombreux à devenir altruistes. Encourageant, non?
Commentaires
Partage X
Société

MATTHIEU RICARD À MONTRÉAL