Société

Les 5 moments phares de C2-Mtl 2014

Elle Québec
Société

Les 5 moments phares de C2-Mtl 2014

[caption id="attachment_14297" align="alignnone" width="650"] L'espace Garage, aménagé dans le cadre de C2-Mtl (photo: C2-Mtl) L'espace Garage, aménagé dans le cadre de C2-Mtl (photo: C2-Mtl)[/caption] Ça y est, le marathon des conférences C2-Mtl est terminé. Ce qu’on en a retenu? Que le musicien James Murphy (ex-LCD Soundsystem) a de l’humour à revendre, que le réalisateur James Cameron est un excellent conteur, et qu’organiser des rendez-vous d’affaires dans un contexte décalé (comme un aquarium à boules!), ça paie! Retour sur nos 5 moments phares. 1.     Le contexte ultra-créatif Chaque année, ce qu’on apprécie le plus de cette grande conférence d’affaires, c’est le soin apporté à sa mise en scène. Entre l’aquarium rempli de boules en plastique où les participants se donnaient parfois rendez-vous et l’esplanade extérieure où la soirée de clôture a été inaugurée par une performance du Cirque Éloize, des espaces intimes avaient été créés un peu partout afin de favoriser les rencontres et les conversations. Ça nous change des salles de conférence traditionnelles à la déco beige et grise! Seul hic: les repas offerts sur le site ont fait subir une cure minceur à notre portefeuille. 2.     Le Cabinet éphémère et la boutique Code Souvenir Deux boutiques temporaires, la première consacrée à la mode, la seconde aux objets, ont été inaugurées pour célébrer le talent et la créativité des designers montréalais. On a adoré la déco soignée (des bobines de fil et un immense métier à tisser pour le Cabinet Éphémère; un univers net et graphique tout en rouge et blanc pour l’espace Code Souvenir), et le fait que la sélection d’objets n'a jamais versé dans le cliché. 3.     La réunion de quatre cinéastes québécois de talent C’était un moment marquant que celui où Xavier Dolan, Louise Archambault, Kim Nguyen et Michael Dowse ont été réunis sur scène pour être interviewés par Pénélope McQuade. La conversation aura été trop courte (12 minutes à peine), et elle nous aura un peu laissés sur notre faim (Kim Nguyen a notamment soulevé la question de savoir si des films comme The Godfather ou Apocalypse Now auraient été financés aujourd’hui), mais elle nous aura au moins permis de constater que le futur du cinéma québécois est entre bonnes mains. 4.     Coup de cœur pour un James James Murphy, DJ et fondateur du groupe LCD Soundsystem, a répondu aux questions du public et de l’animateur George Stromboulopoulos (aaaaaah, George!) avec une candeur et un franc-parler désarmants. Ce qui l’exaspérait le plus, lorsqu’il était à la tête de LCD Soundsystem? Devoir lancer toutes sortes de produits dérivés pour accompagner la sortie d’un album: site web, images, logo, etc. «Après avoir créé un album, a-t-il raconté, les producteurs nous disaient toujours: ’’Génial. Maintenant, il va falloir nous donner du contenu.’’ Quel contenu? Je croyais que l’album en soi était du contenu!» D’ailleurs, il a volontiers avoué ne pas avoir de temps à consacrer aux réseaux sociaux: «Donner à quelqu’un d’autre la responsabilité de tweeter ou de bloguer en notre nom… je trouve que ça manque de sincérité. Il y a quelque chose de faux là-dedans.» Un véritable anachronisme à l’ère où les pop stars publient des selfies plus vite que leur ombre. 5.     puis pour un autre Le réalisateur de Titanic et d’ Avatar, James Cameron, a donné une conférence à l’image de ses films: très, très longue. Mais aussi très intéressante. Ce geek assumé, qui aide la NASA à concevoir une caméra qui pourrait être utilisée sur Mars, a balayé du revers de la main l’idée qu'il puisse un jour y faire un tour: «Avant de s’attaquer à la planète rouge, il faut d’abord s’occuper de la planète bleue.» Quelle belle phrase de la part d’un environnementaliste convaincu! Pour le reste, il a vanté les mérites du travail en équipe («J’apprends tous les jours des choses des gens qui m’entourent»), avoué que les moments intimistes étaient parfois plus difficiles à filmer au cinéma que les grandes scènes d’action, et donné un précieux conseil aux jeunes cinéastes, qui se demandent parfois s’il faut accepter tel ou tel projet qui ne leur correspond pas: «Quand vous commencez, il faut que vous vous donniez des limites à ne pas franchir, à la fois du côté créatif et du côté éthique. Parce que sinon, vous allez les franchir et vous ne pourrez plus revenir en arrière. J’ai vu trop de gens à qui c’est arrivé.» Un conseil inattendu, mais sage. Pour ce qui est de la prochaine édition de C2-Mtl, deux têtes d’affiche ont déjà été annoncées: l’acteur Kevin Spacey (qui fait un malheur dans House of Cards en ce moment) et la conférencière Chelsea Clinton, fille de l’ancien président Bill Clinton. Des moments forts en perspective. PLUS: Le Cabinet Éphémère à C2MTL Soirées shoppings et dansantes au Centre Phi Les filles à l'assaut de la techno
Commentaires
Partage X
Société

Les 5 moments phares de C2-Mtl 2014