Société
17 janv. 2014

L'édito de l'édition de février ELLE QUÉBEC: chapeau, mesdames!

Par ldugas
Elle Québec
Société
17 janv. 2014

L'édito de l'édition de février ELLE QUÉBEC: chapeau, mesdames!

Par ldugas

[caption id="attachment_9668" align="aligncenter" width="580"] Louise Dugas (Crédit: Maxyme G.Delisle) Louise Dugas, rédactrice en chef reportages, culture et art de vivre (Crédit: Maxyme G.Delisle)[/caption]

Depuis les 15 ans ou presque que je travaille à ELLE QUÉBEC, je n’ai jamais vu autant de femmes se démarquer par leurs réalisations ou leur courage au cours d’une même année.

Pour la plupart des Québécois, l’année 2013 reste à jamais liée à l’exploit de Mylène Paquette, qui a traversé toute seule l’Atlantique à la rame, et à la solidité de Colette Roy Laroche, la mairesse de Lac-Mégantic, qui a su guider ses concitoyens durant une des pires catastrophes qu’ait connues le Québec.

En tout, elles sont 50 femmes à faire partie de notre palmarès de 2013 (p. 66), mais nous aurions pu en choisir 100 tellement les 12 derniers mois ont été riches en exploits féminins. Parmi celles que nous aurions pu ajouter à notre liste et à qui j’aimerais rendre hommage, il y a la militante féministe Léa Clermont-Dion, initiatrice de la pétition qui a empêché la tenue à Laval d’un concours de mini-miss – décrié parce qu’il contribue à l’hypersexualisation des petites filles –, et la cinéaste de 10 ans Zuriel Oduwole, dont le documentaire sur l’Afrique lui a valu d’être la plus jeune personne jamais interviewée par le magazine Forbes.

Côté culture populaire, l’année 2013 n’aurait pas été la même, pour moi, sans les actrices d’Unité 9, chez nous, et d’Orange Is the New Black, aux États-Unis, deux séries dont l’action se passe en prison et qui représentent la référence en ce qui a trait aux rôles féminins forts à la télévision. Impossible aussi de passer sous silence Jorane, qui a coécrit l’extraordinaire musique du film Louis Cyr, le succès québécois de l’année au grand écran, et Sandra Bullock, dont la performance dans Gravity est «un des rares exemples de féminité triomphante au cinéma», comme l’affirmait récemment un magazine français.

Et comment oublier les top modèles Justine LeGault et Tara Lynn, ou l’actrice Melissa McCarthy, dont les silhouettes non conformes aux standards actuels dans le milieu de la mode ont brillé sur les couvertures de ELLE QUÉBEC, du Elle américain et du Elle espagnol? C’est 50 pages qu’il nous aurait fallu pour parler de toutes ces femmes, je vous le dis.

Ce qui me frappe aussi, c’est que la réussite de plusieurs d’entre elles n’aurait pu voir le jour ou prendre de l’ampleur sans les réseaux sociaux. Notre journaliste Marie-Claude Élie-Morin brosse d’ailleurs un tableau fascinant des nouvelles guerrières du Web qui tentent de changer les mentalités un tweet à la fois dans «Vive le féminisme 2.0!» (p. 79). À la lecture de son analyse, je me demande ce que des combattantes de la première heure, comme la syndicaliste québécoise Simonne Monet-Chartrand ou la figure emblématique de la lutte pour les droits civiques Rosa Parks, auraient pu accomplir grâce à Facebook ou à Twitter!

Je ne vous quitterai pas sans vous parler de la liste des «30 personnes de moins de 30 ans qui changent actuellement le monde», publiée en décembre par le magazine Time. Parmi ces jeunes, 13 sont des femmes. C’est presque la moitié, vous vous rendez compte? Et beaucoup d’entre elles travaillent dans des secteurs traditionnellement masculins, tels que la science, la technologie et l’environnement.

Je sais, il reste encore beaucoup de chemin à faire pour améliorer la condition féminine dans le monde. Mais de temps à autre, ça fait du bien de s’arrêter pour mesurer tout ce qui a été accompli.

Pas vrai?

Partage X
Société

L'édito de l'édition de février ELLE QUÉBEC: chapeau, mesdames!