Designers

Tasha Tilberg, la top modèle rebelle

Leda & St-Jacques Photographe : Leda & St-Jacques Auteur : Elle Québec

Designers

Tasha Tilberg, la top modèle rebelle

 Elle a presque 30 ans, le visage racé, et le corps constellé de tatouages et de piercings. Cette Vancouvéroise, qui est musicienne à ses heures, préfère parler des chanteurs qu’elle aime et de jardinage que de mode.


Moulée dans des pantalons de cuir noir et juchée sur des talons vertigineux, Tasha Tilberg prend la pose sur les rythmes abrasifs du groupe néo-punk Magazine. Son regard est pénétrant, et sa beauté, étourdissante; on est aussi frappés par son élégance et par l’énergie très rock qu’elle dégage. Ses tatouages et ses piercings, comme son allure androgyne, détonnent dans l’univers aseptisé des égéries. Depuis 15 ans déjà, elle ne cesse d’inspirer les photographes et les créateurs les plus en vogue.

Quand elle réapparaît pour nous accorder une entrevue, son visage est «nu», et elle est vêtue d’un chemisier très sage. Rien à voir avec la dégaine provocante qu’elle affichait sur le plateau. Timide et appliquée, elle se prête au jeu des confidences avec autant de candeur que de générosité. Tête-à-tête avec une top pleine de paradoxes.


Pourriez-vous nous parler de vos débuts en tant que modèle?

J’ai commencé à l’âge 14 ans. À l’époque, je ne savais même pas que ce métier existait. Je menais une vie très protégée, je gardais des enfants et je m’occupais du chat de mes voisins. Ma soeur, qui étudiait dans le domaine de la mode, m’a suggéré de communiquer avec une agence, qui a accepté de me représenter.


On vous dit très réservée; est-ce difficile pour vous d’être mannequin?
La mode m’a vraiment permis de «sortir de moi-même» et de développer mon côté plus extraverti. C’est étrange: comme chanteuse, je suis plutôt timide sur scène, alors que comme mannequin, je suis hyper à l’aise.

 

 

 tisha-video.jpg

À VOIR EN VIDÉO
Les coulisses de la séance photo

Est-ce que vieillir sous l’oeil des caméras vous inquiète?
Je vais bientôt avoir 30 ans et je me sens très bien dans ma peau. Parfois, pendant les défilés, je suis très peu maquillée, et on voit mes rides. À côté de moi, il y a des filles de 15 ans qui ont une peau parfaite. Des fois, je manque un peu d’assurance et je me sens vieille! Mais j’arrive à me raisonner en me disant que je ne peux pas avoir le visage d’une ado. Il faut que j’apprenne à l’accepter.



La carrière d’une mannequin est généralement courte.
Comment expliquez-vous que la vôtre dure depuis si longtemps?

Je ne sais pas. Je n’ai jamais vraiment arrêté, mais je choisis mes contrats et je m’éloigne régulièrement du milieu de la mode. Je trouve très réconfortant de constater que des gens ont toujours envie de travailler avec moi. Mon parcours professionnel est un peu singulier, c’est vrai, et je me considère comme privilégiée.


Vous avez de nombreux piercings et des tatouages; c’est plutôt rare dans votre domaine...

Les tatouages font partie de moi et me permettent d’exprimer ma créativité. On dirait que ma peau en réclame constamment. (rires) Ça m’a probablement empêchée d’obtenir certains contrats, mais honnêtement, ça ne me dérange pas. Et puis aujourd’hui, c’est très facile de les effacer en retouchant les photos. C’est vrai que, parfois, j’ai dû y penser à deux fois avant de me faire tatouer près du visage, par exemple. C’est difficile, parce que je suis très impulsive! (rires)

Quelle est votre passion en dehors du métier de mannequin?
J’adore la musique. Je chante, je joue de la guitare, j’apprends le piano, et ça me procure énormément de plaisir. J’ai toutes sortes d’influences: David Bowie, Leonard Cohen, Tom Waits, le blues et Depeche Mode. En ce moment, je travaille à un album, mais, étant donné que je suis perfectionniste, je passe mon temps à refaire ma liste de chansons.



Occupez-vous votre temps libre en pratiquant d’autres activités?

Je suis assez casanière et j’adore cuisiner. Étant végétarienne, je prépare énormément de légumineuses et de légumes frais. Je me passionne aussi pour le jardinage. J’ai des terrains où je cultive une grande variété de légumes. J’ai également des orangers et des figuiers à Los Angeles, et des pommiers et des pruniers à Vancouver.


Quel est votre rapport à la mode?

Je suis fascinée par son histoire. Ça m’intéresse de savoir comment les gens s’habillaient à d’autres époques et de quelle manière les tendances ont changé au fil du temps. Au quotidien, je porte surtout des jeans et des t-shirts, mais j’aime bien m’habiller le soir. J’adore les créations d’Anne Demeulemeester; elle fait des choses magnifiques qui me conviennent parfaitement.


Qu’est-ce qui vous rend belle?

L’amour! Il me permet de donner et de recevoir, et de me sentir bien à l’intérieur.

 

tisha-video.jpg

À VOIR EN VIDÉO
Les coulisses de la séance photo

 

Commentaires
Partage X
Designers

Tasha Tilberg, la top modèle rebelle