ELLE écoute Avril Lavigne

Mai 11 2007 par
Categories : Musique

Pour promouvoir son plus récent disque, The Best Damn Thing, Avril Lavigne avait convoqué les journalistes du monde entier au chic Hyde Club de Los Angeles.

Enjouée et rieuse, elle nous a fait entendre ses nouvelles chansons, accompagnées de chorégraphies spontanées. Le plaisir, semble-t-il, était à l’ordre du jour. «C’est exactement ce que je veux transmettre par cet album», raconte-t-elle en entrevue. Outre quelques ballades, son troisième opus est une véritable explosion adolescente. On y trouve un petit côté rétro, avec deux chansons qui évoquent le Mickey de Toni Basil, alors que d’autres renvoient à la pop scintillante de Gwen Stefani, ou encore nous rappellent son penchant plus rock. Un disque bonbon mais pas trop, présenté dans des teintes de noir et de rose.

Et que pense Avril Lavigne de la culture de la célébrité où elle baigne depuis qu’elle a fait son nid à L.A.? «On s’y habitue. Les paparazzis sont un peu idiots; ils se tiennent toujours aux mêmes endroits. En très peu de temps, j’ai réussi à apprendre à les éviter.» À mon avis, elle n’a pas fini de courir…

ISABELLE BOULAY
De retour à la source

Il y a longtemps qu’Isabelle Boulay nous promettait un album influencé par les musiques country et folk qui ont bercé son enfance. Étrangement, De retour à la source fait la part belle à des auteurs et des compositeurs (Michel Rivard, Jorane, Luc De Larochellière…) qu’on n’imagine pas de prime abord sous un chapeau de cowboy. Paul Daraîche y apporte une touche d’authenticité pur terroir, mais c’est surtout la voix d’Isabelle, tout en retenue, qui rend cette aventure roots si convaincante.

LUCE DUFAULT
Demi-jour

On a souvent dit de Luce Dufault qu’elle n’avait pas un répertoire à la hauteur de sa voix magnifique, reproche qu’on peut difficilement adresser à Demi-jour. Ici entourée d’auteurs de qualité (Nelson Minville, Michel Rivard et Marc Déry) qu’elle sert à merveille par des interprétations inspirées, Luce Dufault se permet aussi une reprise de Hors saison, de Francis Cabrel, et s’attaque deux fois plutôt qu’une à Joni Mitchell. Des détours qui s’inscrivent parfaitement dans l’approche épurée et intimiste de ce disque.

Categories: Musique