Les designers canadiens qui cartonnent à Milan

Design-Milan-designers-canadiens
Oct 03 2019 par
Categories : Déco / Style de vie

Chaque année au Salone del Mobile à Milan, les créateurs d’ici rivalisent avec les grandes stars, se faufilant parmi les meilleurs de la planète. Qui sont-ils? Avec l’aide des expertes Azamit –fondatrice de l'exposition In Toto x Montréal a Milano et du marché Souk @ Sat– et Laurence Gélinas –qui a mis sur pied Studio, une série d’événements montréalais visant à faire rayonner le design canadien–, nous en avons sélectionnés cinq, qui nous attirent et nous inspirent.

Pendant une semaine en avril, tout Milan s’anime à l’occasion du Salone del Mobile Milano. Les quartiers se transforment, les studios éphémères jaillissent, les évènements off se multiplient. De partout dans le monde, designers, influenceurs, architectes et fans se recueillent autour de ce rendez-vous incontournable. Le salon, qui présente les biennales Euroluce (luminaires) les années impaires et EuroCucina (cuisine) les années paires, est l’occasion rêvée pour qui veut se lancer dans l’arène – et y rester. Dans cette mer de créateurs, la présence canadienne épate par son talent. Et les Québécois sont du nombre!

Design Luminaire Pole

Le luminaire Pole, pour Roll & Hill.

1) Philippe Malouin, designer et architecte d’intérieur

Parcours: Il a étudié en design à Montréal, à Paris et à Eindhoven. Il a travaillé pour Droog et Tom Dixon et, depuis 2008, il dirige un studio, qu’il a fondé dans l’un des quartiers les plus en vue de Londres. Il doit souvent se rendre à New York et collabore à des projets tantôt artistiques, tantôt commerciaux, avec des marques internationales comme Caesarstone, Kvadrat et Umbra Shift. Philippe Malouin, originaire de Valleyfield, est devenu dans la dernière décennie une superstar du design, que les éditeurs, les galeristes et les commissaires s’arrachent.

Faits d’armes: En 2008, la célèbre galerie Rossana Orlandi à Milan présente son projet  – il est alors finissant à l’institution Design Academy Eindhoven – et propulse sa carrière. Polyvalent, il applique une approche expérimentale combinée «d’erreurs et parfois de leçons», dit-il. Ajoutons, tout de même, de réussites notoires, par exemple sa collaboration avec les maîtres du luminaire Roll & Hill et sa chaise-cintre Hanger, qui fait partie de la collection du Musée national des beaux-arts du Québec. En 2018, il est l’invité d’honneur du festival Design Parade à Hyères et, récemment, il a été nommé designer de l’année 2018 par le magazine Wallpaper.

Il s’est distingué à Milan parce que: «Son design est intelligent et réfléchi. Ce qu’il propose est tout en subtilité, et il reste fidèle à ses valeurs», dit Azamit. Le designer prolifique est un habitué du Salon: en 2013, il a présenté Simple, sa première exposition solo, et, au printemps dernier, son luminaire Pole, pour Roll & Hill, était en vedette.

À suivre: De ses futures collaborations pour des marques danoise, italienne et néozélandaise, Philippe Malouin ne dévoile que très peu. «C’est toujours secret avant la diffusion. Je peux vous dire que mon équipe et moi travaillons à de nouveaux projets pour le prochain Salone del Mobile et nous aurons un lancement majeur pour une société finnoise le 1er janvier 2020». philippemalouin.com

Salone del Mobile

Le Caffè Populaire, au Salone del Mobile 2019. (Crédit photo: Arseni Khamzin )

2) Samuel Lambert, de Lambert & Fils

Parcours: Furieusement créatif, Samuel Lambert a démarré sa carrière de designer après avoir quitté celle de gestionnaire et d’employé (il a fondé une boîte de montage de films, dirigé un café, puis travaillé dans un bureau). Sans plan, il fait ensuite le commerce des meubles rétros. À cette époque, quand il le peut, il se procure des pièces pour confectionner des luminaires. Seul, dans son petit local, il se plaît à la création et à la vie d’atelier. Naît ensuite Lambert & Fils et ses lampes de fabrication artisanale. Près de 10 ans plus tard, la production prend du galon, le marché est international. L’atelier devient studio. Et sur la rue Hutchison, Lambert & Fils consacre un espace, la galerie Corridor, aux échanges culturels et à l’expérimentation.

Faits d’armes: Ses collections-vedettes Laurent, Mile et le modèle Atomium ont fait sa renommée. Son approche locale, ainsi que ses nombreuses collaborations, notamment avec Amlyne Phillips (restaurant Jatoba) et Ménard Dworkind (resto Vinvinvin), de même que des projets d’envergure avec Atelier Zébulon Perron, lui ont permis de s’ancrer dans le paysage montréalais. Selon Laurence Gélinas, «ses premières présences à Courtrai et à Euroluce, à Milan, en 2017 ont été marquantes. Ses appareils d’éclairage sont désormais offerts dans les salles d’exposition les plus prestigieuses d’Europe». Mentionnons aussi son installation dans la vitrine du Conran Shop pendant la Design Week 2017 de Paris, de même qu’une installation florale à Stockholm l’an dernier.

Il s’est distingué à Milan parce que: «Samuel a trouvé sa voix en tant que designer et quand il s’est exporté, il a conservé sa signature. Son travail est de haut calibre», dit Azamit. Le créateur sait également mettre en scène ses produits de manière originale. En avril, il s’est associé à DWA Design Studio et à Alcova (une plateforme activant des espaces historiques abandonnés) pour imaginer le Caffè Populaire. En marge du parcours officiel du Salon milanais, ce café éphémère, aménagé notamment avec la collection Hutchison, a fonctionné pendant six jours, ce qui a permis aux curieux d’échanger tout en découvrant le talent québécois.

À suivre: Le lancement des collections Parc, qui comprend la participation du designer suisse Adrien Rovero, ainsi que Sainte. Présentée à Milan, celle-ci est une collaboration avec la Montréalaise Rachel Bussin. Lambert & Fils est à la recherche d’un espace et prévoit s’installer à New York pour répondre à ce qui s’avère être son principal marché.
lambertetfils.com

Luminaire

Le luminaire Cé Murale.

3) Alexandre Joncas et Gildas Le Bars, du studio d’Armes

Parcours: La trajectoire des designers d’Armes, Alexandre Joncas et Gildas le Bars, est atypique et elle reflète une curiosité audacieuse. Avant de s’intéresser au néon, le premier a étudié les arts visuels et a été coiffeur. Le second possède une formation en communication politique. La rencontre improbable a eu lieu chez Lambert & Fils, là où ils ont commencé leur carrière de créateurs. D’Armes est né en 2016 et n’a pas perdu de temps pour se faufiler dans la A-list.

Faits d’armes: À Milan, Alexandre Joncas et Gildas Le Bars ont d’abord présenté RA Suspension et RA Murale à l’exposition underground sense-me organisée en 2017 par SBODIO32, un espace indépendant du Salon situé dans le quartier Ventura Lambrate et connu comme «une véritable pépinière de jeunes talents». Ils ont aussi été recrutés par Azamit pour exposer dans le showroom éphémère In Toto, qu’elle a organisé en collaboration avec Archiproducts et qui s’est tenu d’avril 2018 à mars 2019. «Le test Milan a été une réussite, confie Alexandre Joncas. Nous nous sommes retrouvés dans diverses publications internationales, ce qui a donné lieu à des projets un peu partout dans le monde.»

Ils se sont distingués à Milan parce que: «Ils travaillent avec brio le néon, qui fait un retour, et mettent l’accent sur l’éclairage doux qu’il procure. En fait, Alexandre et Gildas font beaucoup d’essais, et explorent des matières et des méthodes de production peu communes», affirme de son côté Laurence Gélinas.

À suivre: Leur déménagement à Morin-Heights. «L’atelier a besoin d’un environnement inspirant, qui apporte une liberté et nous permet de nous concentrer pleinement sur la création», dit Alexandre Joncas. Au moment d’écrire ces lignes, le tandem se préparait pour la Design Week de Paris, en parallèle du salon Maison & Objet. Et il planche sur une collection qui sera exposée à Milan en 2020.
darmes.ca

design Chaise

La chaise en verre et marbre How Fragile This Love.

4) Quinlan Osborne, Philip Hazan et Martin Poitras, fondateurs de Claste

Parcours: À Westmount et à New York, Philip Hazan est connu comme designer d’intérieur. Quinlan Osborne, ami et collaborateur de longue date, est le directeur artistique. À Milan, ils rencontrent Martin Poitras, alors conseiller aux ventes à Latitude Nord. Claste naît en 2017 de leur désir commun de produire des pièces de mobilier d’exception, à l’abri des tendances. Gracile, luxueuse et intemporelle, la première série de meubles est si prometteuse que Claste devient un nom à retenir. La collection Tension est lancée la même année au International Contemporary Furniture Fair (ICFF) de New York, et tout s’enchaîne. L’année suivante, le studio s’envole vers Milan pour participer à l’exposition collective In Toto, qui permettra au trio d’élargir son réseau. «Pour moi, Claste est un incontournable du design canadien, déclare Azamit. Le mobilier est chic et bien pensé. L’esthétique est légère, mais imposante. Les créateurs font des recherches sur les matériaux depuis longtemps.»

Faits d’armes: La chaise en verre et marbre How Fragile This Love a remporté plusieurs prix, dont le Archiproducts Design Award en 2017, puis le Good Design Award, du Chicago Antheaneum: Museum of Architecture and Design. L’hiver dernier, elle faisait partie de l’exposition I Don’t Believe in Art, I Believe in Artists à la galerie LX, à New York. Claste a également été nommé au London Design Awards en 2018.

Il s’est distingué à Milan parce que: La nature poétique et la plastique sculpturale exceptionnelle du mobilier Claste, conçu et produit à Montréal, ont tout simplement conquis Milan. De même que l’assemblage parfait de la pierre et du verre: «Nous avons perfectionné nos techniques afin de combiner le charme chaleureux des matières à une approche minimaliste unique», explique Martin Poitras.

À suivre: Claste envisage de retourner à Milan l’an prochain grâce à une présence chapeautée par le Collectif des créateurs canadiens, dont il est aussi membre fondateur. Mais d’ici là, les designers se lancent à la conquête du marché nord-américain! Cet automne, les Ateliers Courbet, à New York, accueilleront une deuxième fois Claste, qui y présentera une nouvelle collection.
clastefr.ca

luminaire design

Le luminaire Luna, présenté au salon Euroluce.

5) Gabriel Kakon et Scott Richler, de Gabriel Scott

Parcours: «Nous sommes deux architectes et Scott est mon beau-frère, raconte Gabriel Kakon. Avec le temps, nous avons réalisé que nous partagions les mêmes inspirations.» Après avoir exposé une première collection au ICFF, les Montréalais fondent Gabriel Scott en 2012, un studio de design tourné vers l’international. Une deuxième collection, puis une troisième les conduisent à Manhattan, où ils ouvrent une salle d’exposition en 2014. Aujourd’hui, le studio compte plus de 30 personnes qui confectionnent à la main des meubles et des luminaires de luxe. Considéré comme un pionnier en design canadien, le studio est aussi un habitué de Milan. Au printemps dernier, il a d’ailleurs présenté les lampes Luna et le mobilier Boudoir au salon Euroluce.

Faits d’armes: Les luminaires Welles en 2013. «Nous avions imaginé un concept modulaire et flexible d’une grande élégance facile à personnaliser», explique Kakon. Parmi les multiples réalisations de Gabriel Scott, on compte une collaboration régulière avec le fabricant de bijoux français Cartier. La marque mythique aménage ses boutiques avec les lampes Gabriel Scott, que ce soit à Dubaï ou sur les Champs-Élysées.

Il s’est distingué à Milan parce que: La finesse des créations fait la renommée du tandem. Il faut dire que les designers puisent leur inspiration dans l’univers de la joaillerie. «Sur le plan de l’éclairage, chaque pièce est un bijou. Les composantes sont spécifiques à chaque objet et les détails sont sublimes», explique Laurence Gélinas. Le lustre Myriad marquera également les esprits. Gabriel Scott a réalisé cet objet pour le Bar Basso en l’honneur d’un cocktail célèbre inventé au restaurant, le Negroni Sbagliato. L’installation a coïncidé avec le Salone del Mobile de 2018.

À suivre: Une première boutique européenne en septembre. Avec pignon sur rue, au cœur de Mayfair, un quartier huppé de Londres et une destination de choix pour le haut de gamme. De plus, de nouveaux produits seront lancés à Milan.
gabriel-scott.com

ELLE aime aussi

design

Lukas Peet, ANDlight

«Cette année, ANDlight participait pour la première fois au Euroluce de Milan. L’exposition design la plus importante du monde nous a ouvert les marchés d’Europe, d’Asie et du Moyen-Orient. C’était excitant d’être parmi les plus grands et les plus influents!» confie Lukas Peet, qui présentait entre autres la lampe sur pied Spotlight Floor. Le designer basé à Vancouver a fondé sa marque de luminaires en 2013 avec les Canadiens Caine Heintzman et Matt Davis, et il s’est fait connaître avec les suspensions tubulaires Rudi pour Roll & Hill. andlight.ca

design

Zoë Mowat

Avec le retour du style Memphis, il n’est pas étonnant que la designer Zoë Mowat se soit envolée vers Milan (puis Singapour). «J’ai été invitée à l’exposition Wallpaper handmade 2018 pour interpréter le concept du bien-être. J’avais conçu une série d’objets “antistress” en marbre, qui ont été confectionnés en collaboration avec le producteur de pierres italien Casone», explique la Montréalaise. L’habituée des magazines design et des salons prépare une création pour la marque japonaise Ariake. zoemowat.com

design

Foraine, par Atelier Barda

Six mois après sa fondation à l’automne 2017 par la firme d’architecture Atelier Barda – formée de Cécile Combelle et d’Antonio Di Bacco –, Foraine était à In Toto. «Notre série Saint-Laurent a été éditée dans des tonalités de terracotta métallisée», raconte Cécile Combelle. Résultat de cette expérience? Le duo agira à titre de membre du jury des Archiproducts Awards 2019, aux côtés de grandes pointures comme Manuel Aires Mateus et Rossana Orlandi. foraine.atelierbarda.com

Lire aussi:

Salon design de Milan: Design haute couture
Goodee: tête-à-tête avec les frères Peart
Design québécois : 5 marques à surveiller

Categories: Déco / Style de vie