Cinéma: les héroïnes de film qui ont influencé la mode

Fév 06 2017 par
Categories : Cinéma et Télé

D’Annie Hall à Cher Horowitz dans Clueless, ces héroïnes de films – icônes de leur décennie – ont sans conteste influencé la mode et notre garde-robe. Zoom sur leur style cultissime!

  • 1/10

    1954 : Audrey Hepburn

    © Getty Images

    En faisant appel aux plus grandes stars américaines de l’époque, à savoir Humphrey Bogart, William Holden et Audrey Hepburn, le film se taille une place de choix parmi les grands classiques du cinéma, presque autant que la tenue monochrome de l’actrice, qui délaisse le style glamour des années 1950 au profit d’une silhouette minimaliste. À l’origine du look? La costumière du Tout-Hollywood, Edith Head, qui remporte, grâce à Sabrina, l’Oscar de la meilleure création de costumes en 1955. L’uniforme – à savoir le pantalon «feu de plancher» (aussi appelé 7/8), les ballerines et le pull noir – sied tellement à Audrey Hepburn qu’elle le portera à nouveau dans Funny Face et dans Breakfast at Tiffany’s. Culte, vous avez dit?

    Film: Sabrina
    Réalisateur: Billy Wilder

  • 2/10

    1955: Marilyn Monroe

    © Getty Images

    Le film ne serait sans doute pas entré dans les annales, si ce n’était pour l’envolée – mythique! – de la robe blanche de l’actrice au-dessus d’une bouche de métro. Lors du tournage à New York, la scène fut jouée à 14 reprises devant une foule admirative, pour finalement être enregistrée en studio, à l’abri des sifflements. L’Amérique puritaine s’offusque, mais qu’importe: Marylin Monroe accède au statut de sex-symbol grâce à la petite robe créée par le designer William Travilla.

    Film: The Seven Year Itch
    Réalisateur: Billy Wilder

  • 3/10

    1960: Anita Ekberg

    © Getty Images

    Comment oublier la scène légendaire durant laquelle Anita Ekberg émerge de la fontaine de Trevi, à Rome? Blonde incendiaire, l’actrice incarne à merveille Sylvia Rank, une starlette hollywoodienne qui ébranle le cœur désabusé du journaliste à scandale Marcello (Marcello Mastroianni). Sa fameuse robe bustier, imaginée par le costumier Piero Gherardi, n’y est d’ailleurs pas pour rien... Pour l’anecdote, Fellini aurait eu l’idée du film en apercevant la célèbre «robe sac» de Cristóbal Balenciaga, créée trois ans plus tôt.

    Film: La Dolce Vita
    Réalisateur: Federico Fellini

  • 4/10

    1962: Ursula Andress

    © Getty Images

    À l’époque, la scène fait l’effet d’une bombe...La toute première James Bond Girl, Ursula Andress, sort de l’eau vêtue d’un simple bikini blanc ceinturé, laissant à Sean Connery le loisir d’admirer ses courbes plantureuses. Dès la sortie du film, le maillot deux-pièces, créé en 1946 et encore peu démocratisé, voit ses ventes s’envoler. La révolution sexuelle des années 1960 est en marche!

    Film: Dr. No
    Réalisateur: Terence Young

  • 5/10

    1967: Faye Dunaway

    © Getty Images

    L’actrice incarne la très chic Bonnie Parker, soit la moitié du couple de gangsters devenu tristement célèbre durant la Grande Dépression. Sexuellement explicite et d’une rare violence pour l’époque, le film bouleverse les codes d’un Hollywood encore conservateur. Faye Dunaway n’en est qu’à son troisième film, mais Bonnie & Clyde la projette instantanément au rang de star... presque autant que son look, imaginé par Theadora Van Runkle. D’un bout à l’autre de l’Amérique, les femmes rêvent d’un carré blond et lisse, de foulards en soie et de l’indispensable béret en laine pour imiter son allure follement glamour!

    Film: Bonnie & Clyde
    Réalisateur: Arthur Penn

  • 6/10

    1970: Ali Macgraw

    © Getty Images

    Alors que le mouvement hippie fait rage, l’Amérique s’émeut de l’histoire d’amour tragique d’un couple B.C.B.G. Love Story fait fondre les cœurs, tandis qu’Ali MacGraw incarne à merveille le style preppy, terme d’ailleurs employé pour la première fois par l’auteur du script, Erich Segal. Avec son caban, ses jupes plissées à carreaux, ses larges lunettes et ses cols roulés, l’actrice donne vie à Jennifer Cavalleri, une étudiante de Radcliffe College – l’université pour femmes de Harvard – qui fera rêver toute une génération. Calvin Klein dira d’ailleurs de l’actrice qu’elle «personnifie ce remarquable style américain».

    Film: Love Story
    Réalisateur: Arthur Hiller

  • 7/10

    1977: Diane Keaton

    © Getty Images

    Indissociable du personnage d’Annie Hall, sa garde-robe masculine aurait pu ne pas voir le jour. La costumière Ruth Morley préférait en effet des tenues plus élégantes pour Diane Keaton, mais Woody Allen donna carte blanche
    à l’actrice. Celle-ci choisit de s’inspirer de son propre style, tout en copiant le look des femmes actives de Soho,
    à New York. Gilets, cravates (signées Ralph Lauren), pantalons larges et vestes en tweed vinrent compléter le charme doucement névrosé d’Annie Hall, qui devint sans le vouloir l’icône d’un style avant-gardiste.

    Film: Annie Hall
    Réalisateur: Woody Allen

  • 8/10

    1978 : Olivia Newton-John

    © Getty Images

    Pour plaire au populaire Danny Zuko (John Travolta), la gentille Sandy Olsson – jouée par Olivia Newton- John – passe du statut de jeune fille rangée à celui de bad girl en un clin d’œil... du moins à l’aide d’une bonne dose de laque, d’un coup de rouge à lèvres et d’une tenue ultramoulante (et ultraculte). Pour l’anecdote, le pantalon en cuir fut cousu directement sur l’actrice afin d’épouser ses formes à la perfection!

    Film: Grease
    Réalisateur: Randal Kleiser

  • 9/10

    1985: Madonna

    © Getty Images

    Madonna est encore peu connue lorsqu’elle tourne Desperately Seeking Susan (son deuxième album, Like a Virgin, sortira peu de temps avant le film), mais déjà son charisme crève l’écran. Le style de son personnage, Susan, grandement inspiré de la garde- robe de la chanteuse, incarne à merveille l’esprit des années 1980 et de la scène new-yorkaise underground. Le costumier Santo Loquasto habille le personnage de vestes en cuir aux épaules larges et de crop tops en dentelle pour créer un look qui transpire une sexualité débridée, pile dans l’esprit punk de l’époque.

    Film: Desperately Seeking Susan
    Réalisateur: Susan Seidelman

  • 10/10

    1995: Alicia Silverstone

    © Getty Images

    Au milieu des années 1990, la mode est aux silhouettes grunges et androgynes. Avec ses habits de designers, de Dolce&Gabbana à Alaïa, l’adolescente Cher Horowitz détonne. Et pour cause, la costumière de Clueless, Mona May, a imaginé pour l’étudiante une garde-robe féminine, inspirée des tendances des défilés. Résultat, grâce au succès du film, toute une génération de jeunes filles se précipiteront vers le centre commercial le plus proche pour se procurer les jupes en tartan, les chemisiers à jabot et les chaussettes hautes, chères à l’héroïne incarnée par Alicia Silverstone!

    Film: Clueless
    Réalisateur: Amy Heckerling

Categories: Cinéma et Télé