30 personnalités féminines québécoises qui nous inspirent

Mar 07 2017 Par
Categories : Reportages

En 2016, des femmes inspirantes ont contribué, chacune à leur façon, à la construction d’un monde meilleur et d’une société plus juste. Retour sur 30 personnalités québécoises qui forcent notre admiration et nous font croire en l’avenir. 

  • 1/30

    Coeur de Pirate

    © Mathieu Fortin

    Les raisons d’être fières de notre flibustière favorite ne manquent pas. En une seule année, la chanteuse et musicienne a rendu visite à ses fans au Canada, aux États-Unis et un peu partout en Europe; elle a eu carte blanche pour la création d’un magnifique spectacle imaginé pour le Festival d’été de Québec et présenté sur les plaines d’Abraham; elle a enregistré avec Marc Lavoine et Arthur H le conte musical Les souliers rouges (d’après la fable de Hans Christian Andersen). Enfin, à la suite des attentats homophobes survenus à Orlando, elle a dévoilé, par solidarité, son appartenance à la communauté LGBTQ.

  • 2/30

    Safia Nolin

    © Raphaël Ouellet

    On adore l’artiste pour la beauté envoûtante des chansons qu’elle crée, mais on admire aussi l’être humain pour son authenticité et son anticonformisme. Safia Nolin a l’audace de rester elle-même, même confrontée à l’œil redoutable du public. Le «Adisqgate»: un petit pas pour Safia, un grand pas pour l’égalité.

    «Le Québec, assouplis-toi. Sois moins dur envers ton voisin, tes artistes et ta culture, mais surtout tes femmes.»
    -Urbania, novembre 2016.

  • 3/30

    Marianna Mazza

    © Franca Perrotto

    Fellation, masturbation, poils, menstruation: aucun sujet n’est tabou pour cette provocatrice... Et, pourtant, l’humoriste de 26 ans suscite bien plus de fous rires que de malaises! En mai dernier, son numéro Sable dans le vagin a remporté un Olivier et c’est sans compter le succès qu’obtient son premier one woman show Femme ta gueule, qui parvient à nous décomplexer au passage. Mariana, on ne veut surtout pas que tu la fermes!

  • 4/30

    Charlotte Cardin

    © Malina Corpadean

    En 2016, elle nous a séduits par...

    Sa voix. Si on l’avait justement découverte à l’émission de téléréalité La Voix, c’est son mini-album Big Boy qui nous a véritablement révélé son timbre de voix rauque, profond et troublant... qui nous rappelle une certaine Amy Winehouse.

    Sa simplicité. Elle est belle, Charlotte. Et même si elle mène en parallèle une carrière de mannequin, qu’elle a fait à deux reprises la couverture de ELLE QUÉBEC et qu’un rien l’habille, elle préfère encore porter un t-shirt et un jean que des paillettes.

    Son ambition. À 22 ans, l’auteure-compositrice- interprète est parvenue à se hisser à la tête des palmarès canadiens et à attirer l’attention à l’étranger, notamment celle des prestigieux magazines Inrocks et Interview. Et, avec un premier album qui devrait sortir sous peu, la miss n’a pas fini de faire parler d’elle...

    «Je ne veux pas réussir à cause de ce que j'ai l'air, je veux être reconnue pour ma détermination et mon talent.»
    - ELLE Québec, août 2016

  • 5/30

    Brigitte Haentjens

    © Mathieu Rivard

    Avec le spectacle Une femme à Berlin, présenté l’automne dernier, cette grande dame du théâtre — l’une des rares femmes à faire une carrière de metteuse en scène — a donné vie au témoignage de la journaliste allemande Marta Hillers qui, comme ses compatriotes féminines, a servi de butin de guerre à l’armée russe lorsqu’elle a envahi Berlin à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Une réalité commune à bien des conflits armés, encore aujourd’hui, mais qui reste tabou. Que cette artiste engagée, sagace, sensible et féministe ait été élue, cette année, à la tête du Conseil québécois du théâtre (CQT) a vraiment de quoi nous réjouir.

  • 6/30

    Catherine-Anne Toupin

    © Julie Perreault

    «Même dans mes rêves les plus fous, je n’aurais jamais pensé vivre ça!» confiait l’actrice à La Presse. Et pour cause: Right Now, l’adaptation de la pièce À présent, dont elle est l’auteure, a non seulement été présentée à Bath, à Londres et à Édimbourg au printemps dernier, mais elle a été encensée par la critique. Bravo!

  • 7/30

    Anaïs Barbeau-Lavalette

    © Sarah Scott

    Non contente d’avoir signé l’un des romans les plus marquants de l’année, La femme qui fuit (Grand Prix du livre de Montréal, Prix des libraires, Prix France-Québec, etc.), l’écrivaine, cinéaste, dramaturge et maman de trois jeunes enfants a eu le temps — et l’empathie — de venir en aide aux réfugiés syriens. Après avoir été sensibilisée à cette cause grâce à son rôle de porte-parole de l’événement World Press Photo, elle a décidé, en collaboration avec le photographe Guillaume Simoneau, de monter sa propre exposition s’intéressant aux familles syriennes réfugiées à Montréal. Qui plus est, elle et les siens se sont même engagés à parrainer neuf nouveaux arrivants syriens: deux parents et sept enfants! Pas étonnant qu’elle se soit mérité, avec son amoureux Émile Proulx-Cloutier, la médaille de l’Assemblée nationale pour son implication sociale exceptionnelle.

  • 8/30

    Kim Lévesque-Lizotte

    © Andréanne Gauthier

    Parce qu’on s’est reconnues un peu, beaucoup, énormément dans les personnages de Maxim, de Laurence et de Nikki. Parce que, nous aussi, on la ressent la pression d’être parfaites, performantes au travail, belles sur nos photos Instagram, populaires sur Facebook... Parce qu’il nous arrive parfois d’avoir l’impression que l’égalité entre les sexes est une promesse non tenue. Merci Kim Lévesque-Lizotte de nous avoir permis de rire de nos travers et de réfléchir sur nos vies en créant la télésérie Les Simone. On attend impatiemment la prochaine saison!

  • 9/30

    Laurence Nerbonne

    © Kelly Jacob

    En octobre dernier, le rappeur Koriass dénonçait le fait que Laurence Nerbonne ait été la seule femme invitée à l’émission spéciale Révélations Radio- Canada. Dans le texte Moi pis mes bros only, publié sur Urbania, la musicienne osait enfoncer le clou: «Nous en serons venus à une réelle égalité lorsqu’un gars fera assez confiance à une fille pour collaborer en lui demandant autre chose que de faire “la chanteuse”. Nous en serons venus à une égalité lorsqu’il y aura des house bands complètement féminins. Nous en serons venus à une égalité lorsqu’un gars demandera à une fille de faire ses arrangements, sa réalisation, ses beats, ou l’invitera sur sa tournée de rappers, car pour le moment, ce gars-là, même s’il ressent l’inégalité et la dénonce, par habitude, il choisit encore ses bros

  • 10/30

    Céline Dion

    © Getty Images

    L’année fut riche en émotions pour la diva québécoise. D’abord terrassée par le décès de son époux et mentor René Angélil, elle a su renaître de ses cendres, tel un flamboyant phénix pailleté, et produire un nouvel album, Encore un soir. La Charlemagnoise a aussi repris sa série de spectacles au Caesars Palace de Las Vegas et a même entamé une tournée en Europe, à New York ainsi qu’au Québec.

  • 11/30

    Michelle Audette

    © Michelle Audette

    Née à Terre-Neuve-et-Labrador d’une mère innue et d’un père québécois, elle compte parmi les militants qui ont mené une véritable croisade pour qu’une enquête nationale soit ouverte sur les 1200 femmes des Premières Nations disparues ou assassinées au cours des 30 dernières années. En août 2016, la persévérance de l’ancienne présidente de l’Association des femmes autochtones du Canada a été récompensée puisqu’elle a été nommée l’une des cinq commissaires devant faire la lumière sur ce fléau trop longtemps passé sous silence.

  • 12/30

    Kharoll-Ann Souffrant

    © Trisha Kuntz

    À 24 ans, elle pourrait se contenter d’être une simple étudiante en travail social à l’Université McGill. Elle a toutefois choisi de consacrer plusieurs heures par semaine au bénévolat, notamment au Foyer pour femmes autochtones de Montréal. De plus, elle donne des conférences et multiplie les écrits sur des problématiques comme le consentement sexuel et la maladie mentale. Pas surprenant que son engagement ait été récompensé par le prix humanitaire Terry Fox et par celui de Jeune femme de mérite de la Fondation Y des femmes de Montréal.

  • 13/30

    Marie Hélène Poitras et Léa Clermont-Dion

    © Maxyme G. Delisle (M. H. Poitras); Le Pigeon (L. Clermont-Dion)

    L’essai qu’elles ont cosigné, Les superbes, n’est pas passé inaperçu. Traitant des difficultés particulières que rencontrent les femmes dont la carrière est couronnée de succès (artistes, politiciennes, etc.), il a reçu une vague d’éloges... et son ressac de réactions haineuses. Ce qui ne fait d’ailleurs que prouver que tous ne sont pas encore à l’aise avec la réussite professionnelle au féminin et que ce livre était nécessaire.

    «On ne réalise pas à quel point la solidarité entre femmes peut être un outil.»
    - Marie Hélène Poitras

    «Le mouvement féministe n'est pas homogène: il est pluriel, et l'échange de paroles entre femmes est essentiel.»
    - Léa Clermont-Dion

  • 14/30

    Florence Gagnon

    © Kelly Jacob

    En novembre dernier, Lez Spread the Word (LSTW), organisation québécoise qui rassemble, informe et fait rayonner les communautés lesbiennes, lançait le tout premier numéro de son magazine éponyme. La magnifique publication bilingue et pancanadienne, qui sera diffusée annuellement, met en vedette le duo du groupe indie-pop Tegan & Sara. La mission de ce magazine entièrement autofinancé? Donner une voix et une plus grande visibilité aux communautés lesbiennes, partager des témoignages et présenter des modèles de femmes positifs. Chapeau bas à la présidente fondatrice, Florence Gagnon, ainsi qu’à toute son équipe pour cette importante initiative!

  • 15/30

    Maïtée Labrecque-Saganash

    © Alexandre Claude

    Cette étudiante en science politique de 21 ans ne manque ni d’opinion ni de bagout. Impliquée dans la tournée de consultations publiques citoyennes Il faut qu’on se parle, aux côtés de Gabriel Nadeau-Dubois, elle possède aussi une tribune dans le quotidien Métro. Les injustices concernant les droits des Premières Nations qui enflamment cette militante sont nombreuses. Parmi elles figure le fait que «les femmes autochtones sont 3,5 fois plus à risque d’être enlevées et violées», s’insurge-t-elle. Quelle chance de pouvoir désormais compter sur les cris du cœur d’une telle femme de tête!

  • 16/30

    Mélanie Lemay, Ariane Litalien et Kimberley Martin

    © Bethany Wilkes

    Trois valeureuses voix se sont élevées sur les campus postsecondaires afin de contrer la culture du viol qui y règne trop souvent. Mélanie, Ariane et Kimberley ont milité pour instaurer (ou rendre plus efficaces) les processus de plainte en cas d’agression, mais aussi pour sensibiliser institutions et étudiants aux droits des femmes ainsi qu’à la notion de consentement.

  • 17/30

    Le Fab IV de Rio

    © Steph Polic

    Les fabuleuses plongeuses québécoises Meaghan Benfeito, Pamela Ware, Jennifer Abel et Roseline Filion ont représenté le Canada aux Jeux olympiques de Rio. Les deux premières ont remporté la médaille de bronze au 10 mètres synchronisé. D’ailleurs, un nombre impressionnant d’athlètes féminines canadiennes nous en ont mis plein la vue lors des derniers Jeux olympiques!

  • 18/30

    Aurélie Rivard

    © Scott Grant/Canadian Paralympic Committee

    Elle a toujours aimé le sport, mais les moqueries de ses camarades de classe sur sa malformation à la main gauche ont bien failli venir à bout de sa passion. Heureusement, une rencontre avec le nageur paralympique Benoît Huot à l’âge de 12 ans lui a non seulement redonné confiance en elle, mais a changé sa vie. Aujourd’hui, elle cumule les succès. La nageuse de 20 ans a notamment remporté trois médailles d’or et une d’argent aux jeux paralympiques de Rio, en plus
    de fracasser un record de distance. Bravo Aurélie!

  • 19/30

    Marie-Ève Bédard

    © Jean Bernier

    C’est avec son caméraman (et conjoint!), Sylvain Castonguay, que la correspondante de Radio-Canada parcourt le Moyen-Orient, de Beyrouth à Alep, bravant quotidiennement le danger, pour nous offrir une couverture à la fois rigoureuse et humaine des conflits qui dévastent cette région du globe. Chapeau!

  • 20/30

    Homa Hoodfar

    © Université Concordia

    En juin dernier, alors qu’elle se rendait en Iran pour enquêter sur la participation des femmes aux élections dans son pays natal, l’anthropologue Homa Hoodfar
    a été incarcérée. La raison? Ses écrits féministes sur la condition des femmes dans les pays musulmans. Pendant 110 jours, cette professeure retraitée de l’Université Concordia a été détenue dans une cellule minuscule, subissant des interrogatoires quotidiens, ainsi que des sévices corporels et psychologiques, avant d’être finalement relâchée grâce aux pressions exercées par plusieurs pays. Ses geôliers ne seront toutefois pas parvenus à la museler. «Ils m’ont sortie de l’Iran, mais ils ne peuvent pas me l’enlever. Je vais continuer à écrire sur l’Iran», a-t-elle déclaré dans une entrevue à Radio-Canada.

  • 21/30

    Véronique Jacques

    © Forces armées canadiennes

    Il faut du courage pour être une femme dans un milieu traditionnellement masculin. Et sans doute encore davantage pour s’enrôler dans l’armée, en sachant que les inégalité y persistent toujours. Cela n’a pourtant pas empêché Véronique Jacques de faire carrière dans les Forces armées canadiennes, encore moins d’être la seule femme à avoir pris part en 2015 et 2016 à la mission de maintien de la paix des Nations Unies au Soudan, en tant qu’officier des opérations. Celle qui a depuis été promue commandant adjoint pour l’unité des opérations immobilières du détachement Saint-Jean figure sur la liste des 100 Canadiennes les plus influentes selon le Women’s Executive Network (WXN).

  • 22/30

    Sophie Boulanger

    © @BonLook

    En 2011, elle cofonde avec son frère Louis-Félix le site transactionnel de lunettes BonLook. En 2016, six boutiques BonLook ont ouvert leurs portes à travers le Canada, et neuf autres devraient voir le jour en 2017. L’entreprise montréalaise emploie présentement 80 personnes, et son chiffre d’affaires a fait un bond de 2200 % en cinq ans. Les affaires sont bonnes et risquent de l’être encore plus, puisqu’en juillet dernier, la société de placements privés Partenaires Walter Capital a investi des millions de dollars dans l’entreprise pour permettre l’expansion de la marque.

  • 23/30

    Elyse Lambert

    © Christian Tremblay

    Non seulement elle est la première Québécoise à rejoindre le club sélect des Master sommeliers et à avoir décroché le titre de Meilleure sommelière du Canada en 2015, elle s’est aussi hissée à la cinquième place au concours Meilleur sommelier du monde 2016. Pour y parvenir, elle a dû relever des épreuves théoriques et de service, en plus de devoir identifier deux vins et quatre spiritueux en demi-finale, et deux vins et six spiritueux en finale. Pour se préparer à ce concours, la Montréalaise a dégusté plusieurs centaines de vins et d'alcools. 

  • 24/30

    Christiane Germain

    © Groupe Germain Hôtels

    La future dragonne de l’émission Dans l’œil du dragon est un modèle inspirant pour les jeunes loups de l’entrepreneuriat. Car c’est un véritable empire hôtelier que cette femme dirige depuis la création du tout premier hôtel-boutique du Canada, Le Germain, en 1988. Le Groupe Germain Hotels, qu’elle a fondé et qu’elle dirige avec son frère, possède aujourd’hui 13 établissements chics et contemporains situés entre le Pacifique et l’Atlantique... et ce nombre passera à 17 d’ici 2018!

  • 25/30

    Véronique Cloutier

    © Daniel Auclair

    La blonde quadragénaire ne jouit plus seulement du statut enviable et incontesté de vedette chouchoute des Québécois, elle est aussi une femme d’affaires accomplie! Si l’on fête son tout récent retour au petit écran (Votre beau programme, à ICI Radio-Canada Télé), on salue aussi le lancement de la chaîne Vero.tv (qui s’ajoute au magazine, au blogue et à la ligne de vêtements de la souriante entrepreneure) ainsi que la création de la Fondation Véro et Louis, venant en aide aux adultes autistes. Parce qu’elle est aussi philanthrope, notre Véro!

  • 26/30

    Elizabeth Plank

    © VOX

    Elle est aussi brillante qu’irrévérencieuse, et c’est pour cela que l’Amérique du Nord tout entière craque pour cette journaliste d’origine montréalaise désormais établie à New York. Elle était donc aux premières loges pour couvrir les récentes élections américaines... avec la franche lucidité qu’on lui connaît. Or, cette féministe assumée prévient les États-Uniennes: «Attachez votre tuque, ça va être difficile. Avec Donald Trump au pouvoir, il faut s’attendre au pire. Il ne gouvernera pas au bénéfice des femmes, car il ne se sent pas du tout concerné par leur sort.» Heureusement, Elizabeth sera toujours la bienvenue parmi nous. «Je me considère extrêmement chanceuse de pouvoir revenir au Canada si jamais la situation dégénère. C’est un privilège inestimable en ce moment», soutient-elle.

  • 27/30

    Lili Boisvert et Judith Lussier

    © Daphné Caron

    On aimait déjà ces deux journalistes pour leurs prises de position non équivoques sur les questions relatives à la condition humaine (et plus spécifiquement féminine!), pour le magazine Urbania et le journal Métro, notamment. Elles ont achevé de nous séduire avec leurs capsules Les brutes, diffusées sur le site web de Télé-Québec. Ces chroniques- entrevues-sketchs de quelques minutes chacune démantèlent par l’humour les préjugés qui persistent à plomber notre société dite évoluée. On adore!

  • 28/30

    Vanessa Pilon

    © Marie-Ève Lévesque

    On aimait déjà son style, mais, en 2016, la chroniqueuse de Salut, Bonjour! et animatrice de l’émission Switch tes fripes, à VRAK, a plus que jamais fait tourner les têtes... et pas seulement pour avoir osé raser son crâne! En plus de cumuler les looks edgy et les séances photo en collaboration avec des designers québécois, la belle a trouvé le temps d’être porte-parole du Festival Mode & Design et a même imaginé la collection de lunettes Atelier78 pour l’opticien Doyle. Aucun doute: Vanessa Pilon est la nouvelle it girl du Québec!

  • 29/30

    Joanne Corneau

    © Frédéric Auclair/Les Publications Charron et cie inc./Groupe TVA

    Des femmes aux lèvres pulpeuses, des corps musclés, des couleurs vibrantes, des coups de pinceau énergiques... On reconnaît facilement la griffe de la peintre Joanne Corneau, alias Corno, décédée en décembre dernier à l’âge de 64 ans des suites d’un cancer. Boudée par le milieu de l’art qui lui reprochait de refaire inlassablement le même tableau, la New-Yorkaise d’adoption reste l’une des artistes québécoises à avoir le plus rayonné à l’international avec des toiles pouvant se vendre jusqu’à
    60 000 $. «T’aimes ça, t’aimes pas ça, mais t’en as plein la gueule», affirmait la principale intéressée dans le documentaire que le réalisateur Guy Édoin lui a consacré. Une chose est certaine: jusqu’à la fin, Corno aura été fidèle à elle-même.

  • 30/30

    Viola Desmond

    © Communications Nova Scotia

    Dans notre palmarès des Québécoises s’étant le plus illustrées cette année, on a eu envie de faire une petite place à une femme exceptionnelle qui a vécu en Nouvelle-Écosse au début du siècle dernier. Son nom: Viola Desmond. Une décennie avant Rosa Park et le mouvement américain des droits civiques, cette Afro-Canadienne a refusé de quitter la section réservée aux Blancs d’un cinéma de New Glasgow. En décembre dernier, on annonçait que cette pionnière apparaîtrait sur les billets de 10 $ dès l’an prochain, devenant ainsi la première Canadienne et la première Noire à figurer sur notre monnaie. Enfin!

Categories: Reportages