La bonne nouvelle des jumelles: le nous plus fort que tout!

la-bonne-nouvelle-des-jumelles-stratis
Oct 02 2019 par
Categories : Psycho / Société

On débute, cette semaine, une collaboration avec Josiane et Carolane Stratis qui signeront une chronique hebdomadaire "La bonne nouvelle des jumelles" sur notre site web. Il y sera question entre autre d'empowerment, de droit des femmes, d'avancement de certaines causes sociales, le tout abordé sur un ton ludique et dans la bonne humeur. Place aux Jumelles!

Salut! On se présente rapidement comme nous sommes nouvelles ici: Carolane et Josiane Stratis. Nous nous sommes autoproclamées «Les jumelles de la mode», en blague, il y a 6 ans, pour finalement nous rendre compte que cette étiquette que nous nous sommes attribuée était juste. Parce que la mode, c’est plus que des vêtements et qu’on peut l’utiliser pour analyser les tendances de la société et en décortiquer ses mouvements.

Vous apprendrez bien vite qu’on peut sauter d’un sujet à l’autre… et c’est ce qu’on s’apprête à faire là, maintenant.

Depuis le début de l’année, on se demande ce qu’il y a dans l’air (de la pollution, ça, c’est clair), mais 2019 est une année de changement pour la plupart des femmes de notre entourage. C’est comme si après les mouvements sociaux autour de #MoiAussi, de la charge mentale et du fait qu’on se rende compte qu’on a encore pas mal de batailles à entreprendre et à gagner, on est toutes épuisées et on a besoin d’un peu de douceur, même si l’expression est galvaudée.

Pour le reste du texte, Josiane va prendre le relais et parler au «je»! Chose encore difficile pour une personne habituée de se voir en «on» ou en «nous».

Carolane et moi avons chacune vécu avec la dépression: Carolane a fait sa première en 2012, tandis que j’ai fait la mienne en 2019. En tant que jumelle née en deuxième, ce n’est pas surprenant de ma part d’avoir pris mon temps pour tomber.

Mais quand je suis tombée, j’ai atterri dans une pile de petite ouate qu’on avait déposée pour que ça fasse moins mal. J’ai vite vu qu’autour de moi, les gens voulaient juste que je fasse attention à moi. On m’a dit de prendre soin de moi, pas pour me relever plus vite, mais pour me relever doucement.

Cette année, pendant la plus grande tempête de toute ma (jeune) vie, j’ai été aidée par toutes les femmes à qui j’avais tendu la main d’une façon ou d’une autre – ou même pas du tout! –, et j’ai eu le sentiment d’être soutenue virtuellement et concrètement dans tous les aspects de ma vie.

Et je ne suis pas la seule à avoir eu ce traitement de faveur. Je crois qu’on est plusieurs à être un peu poquées par la vie, avec ce besoin de se soigner ensemble, parce que nos blessures viennent des mêmes places, des mêmes systèmes.

On s’est rendu compte, et on se rend encore compte, qu’ensemble, nous les femmes, on peut se tenir plus fort pour dire que le nous est plus fort que tout. Que cette sororité qu’on se crée au fil des difficultés nous rend plus fortes, plus confiantes, plus sûres de nous. Et avec cette chronique récurrente, nous allons vous montrer qu’on est hot, entre nous, les femmes, quand on prend notre temps et notre talent pour s’élever et surtout, pour s’aider à nous relever!

À la semaine prochaine.

Carolane et Josiane Stratis sont les fondatrices de la plateforme Les jumelles de la mode et les créatrices de la marque Incluses.

Photo: Manny Fortin

Lire aussi:
La bonne nouvelle des jumelles: Et si on s’affranchissait du sentiment d’imposteur
Le Momhood: la sororité comme mode de vie
La fois où… Rose-Aimée Automne T. Morin a décidé de répondre

Categories: Psycho / Société