ELLE n’oublie pas – La tuerie de Polytechnique

Nov 24 2014 Par
Categories : Société

Pour elles 2014 marque un anniversaire d’une tristesse infinie, au Québec. Le 6 décembre prochain, cela fera 25 ans que Marc Lépine a sauvagement enlevé la vie à 14 jeunes femmes brillantes et promises à un bel avenir, toutes étudiantes à la Polytechnique de Montréal.
Je me rappelle encore le 6 décembre 1989. Je me souviens vaguement des bulletins de nouvelles, de mon père catastrophé devant la télé. De mon enseignante qui nous a annoncé quelques jours plus tard que la fille de notre suppléante habituelle avait été une des victimes de la tragédie. J’avais 7 ans; je ne comprenais pas tout. Mais j’en comprenais assez pour saisir l’ampleur des événements. Assez pour deviner que je me souviendrais encore longtemps de cette histoire. Ce sentiment d’être témoin d’un événement marquant, je l’avais pour la première fois de ma vie.  C’est en grandissant que j’ai finalement réalisé qu’il s’agissait d’un crime misogyne. Ce n’est que quelques années plus tard que j’ai finalement compris qu’en réalité, je ne vivais pas dans une société entièrement égalitaire. Qu’il existait encore des hommes qui croyaient que les femmes valent moins qu’eux. Mais je comprends aujourd’hui que c’est le 6 décembre 1989 que le bourgeon du féminisme a commencé à germer en moi. Et je n’oublie pas. Je ne suis pas la seule. Différentes initiatives ont été mises en place afin de souligner ce triste anniversaire.
Pour elles, un spectacle unique mis en scène par Lorraine Pintal et animé par Julie Le Breton, sera présenté le 6 décembre, 20h, au Théâtre Outremont. Quatorze artistes d’exception (dont Robert Charlebois, Louise Forestier, Daniel Bélanger, Jorane, Vincent Vallières…) ont été invités à jouer une pièce à la mémoire des victimes. Une magnifique façon de se réunir, de se recueillir, de réfléchir. Tous les profits de la vente des billets iront à la Coalition pour le contrôle des armes. Et il sera possible d’écouter le concert sur les ondes de
CISM (89,3FM).
En souvenir d’elles, un concert symphonique de l’Orchestre de l’Université de Montréal (avec les choeurs de l’Université de Montréal et de McGill), aura également lieu le 6 décembre, 19h30, à Salle Claude-Champagne.

Unknown

Aux
Éditions du remue-ménage, l’artiste interdisciplinaire Diane Trépanière vient de publier
un cri un chant des voix, un ouvrage qui se penche sur son installation photographique du même nom, commémorant les événements de Polytechnique. On peut aussi y lire de magnifiques textes (rédigés notamment par des proches des victimes). Et jusqu’au 15 janvier, ladite oeuvre est par ailleurs exposée à la
Maison de la culture Frontenac. De même, on vient de créer une
bourse de 30 000$ qui, chaque année, sera remise à une étudiante en génie de Polytechnique désirant poursuivre des études supérieures ici ou ailleurs dans le monde. Enfin, pour encourager les jeunes filles de milieux modestes à s’inititer aux sciences et au génie, on a mis sur pied la
Semaine de la rose blanche. Le public est invité à contribuer en achetant et en offrant des roses blanches virtuelles. Les sous amassés permettront à des filles de 7 à 17 ans de s’initier à des activités à vocation scientifique à l’école, ou encore dans un camp d’été. Une belle façon de se tourner vers l’avenir, tout en rappelant à nos proches qu’ils sont chéris et aimés.
À DÉCOUVRIR:
Lettre à mes filles, par Patrice Godin
Le féminisme à l’ère du 2.0
Carrière: c’est le temps de s’affirmer!

Categories: Société