C'est mon histoire

C’est mon histoire: «Je suis dans un couple à trois.»

C’est mon histoire: «Je suis dans un couple à trois.»

Illustration: Elsa Rigaldies

C'est mon histoire

C’est mon histoire: «Je suis dans un couple à trois.»

Cassandra, Edward et Soukayna sont amoureux. Ensemble. Simplement.

Je ne sais pas trop comment je définirais ma relation amoureuse. Couple à trois? «Trouple»? À vrai dire, je ne me préoccupe pas vraiment du mot idéal pour la décrire. Tout ce que je sais, c’est que pour moi, elle est toute simple: c’est comme un couple à deux... sauf qu’on est trois. Moi, mon copain et ma copine. Avec le recul, je réalise que j’ai sans doute toujours eu envie de vivre une histoire comme celle-ci. Mais puisque je n’avais aucun trouple auquel m’identifier, il m’a fallu beaucoup de temps et d’exploration pour en arriver ici, en restant à l’écoute de mes désirs et en suivant mes instincts. Aujourd’hui, je suis follement amoureuse des deux plus beaux humains que je connaisse. Et je suis totalement comblée.

Je suis en couple avec mon amoureux, Edward, depuis huit ans. J’ai toujours su que je n’étais pas exclusivement hétéro, mais j’ai commencé à m’afficher comme étant bisexuelle il y a quelques années seulement. Edward, lui, est hétérosexuel.

Il y a environ cinq ans, Edward et moi nous sommes séparés durant quelques mois, pendant lesquels il a été en trouple avec deux femmes. Lorsque nous nous sommes remis ensemble, nous avons amorcé une discussion quant à l’idée d’inviter une autre femme dans notre histoire. Au début, c’était plus sexuel que sentimental, et nos expériences m’ont permis d’explorer ma bisexualité à mon rythme, en compagnie de l’homme que j’aime. On s’est inscrit sur Tinder, ce qui a mené à quelques aventures d’un soir et à quelques fréquentations plus ou moins sérieuses. Si elles nous ont permis d’explorer ensemble ce type de relation, je dois avouer que les applis du genre ne m’ont pas semblé être le moyen idéal de faire la rencontre dont je rêvais. Malheureusement, les couples gars-fille à la recherche d’une autre femme sur Tinder ont mauvaise réputation... et ce n’est pas pour rien. Trop souvent, on sent qu’ils ne veulent qu’une troisième personne comme jouet sexuel, ce qui n’était pas du tout notre cas.

Juste avant notre première date avec celle qui deviendrait notre amoureuse, fatigués des nouvelles rencontres qui n’aboutissaient pas et de l’ambiance générale sur Tinder, on avait décidé que si celle-là n’était pas la bonne, on abandonnerait le projet pour un bout de temps.

J’ai rencontré Soukayna il y a environ un an et demi. On avait plusieurs amis communs, je la connaissais virutellement et l’admirais depuis longtemps. Chaque fois qu’on se voyait, on avait des conversations incroyables. Elle était cool, belle et brillante. Elle me plaisait énormément. Après avoir appris qu’elle était queer, j’ai essayé à plusieurs reprises de lui faire comprendre qu’Edward et moi fréquentions d’autres femmes, mais mes messages subtils sont passés inaperçus. Puis, un jour, dans un moment on ne peut plus millénial, j’ai répondu à une de ses publications Instagram dans laquelle elle demandait si quelqu’un avait envie de l’inviter pour une date; j’ai commenté que mon copain et moi étions partants.

Notre première sortie à trois était un peu stressante et maladroite – comme le sont souvent les premières rencontres –, mais je peux affirmer sans hésitation que ça a été le plus beau premier rendez-vous de ma vie. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre, mais Soukayna et Edward se sont entendus à merveille. Ils se ressemblent beaucoup, si bien qu’on dirait parfois qu’ils sont une seule et même personne. Tous les trois, on se complète à la perfection. Nos personnalités, nos goûts, notre humour... C’est un match parfait!

Très rapidement, les choses sont devenues sérieuses avec Soukayna. On est tous trois tombés amoureux. Depuis quelques mois, on est exclusifs et on passe tout notre temps ensemble; majoritairement tous les trois, mais parfois deux par deux. Pour ma part, je découvre ce que c’est d’être véritablement amoureuse, et en relation, avec une autre femme. Soukayna avoue avoir enfin trouvé une structure amoureuse dans laquelle elle se sent bien. Ensemble, on fait des plans pour l’avenir. On parle d’emménager ensemble, de partir à l’étranger, d’avoir des enfants. La vie, quoi!

Au début, j’avais un peu peur de m’afficher publiquement, mais j’ai choisi de vivre ma relation au grand jour sur les réseaux sociaux. Quand j’ai envie de partager une photo de mon chum, je le fais sans me poser de questions, alors pourquoi ne pourrais-je pas faire la même chose avec ma blonde? Je suis en amour avec ces deux magnifiques personnes et j’ai envie de le crier sur tous les toits. Bien entendu, cette fenêtre sur notre vie vient avec son lot de messages privés d’internautes confus, curieux ou carrément déplacés, auxquels je tente de répondre du mieux que je peux quand j’en ai le désir et l’énergie.

Si je pouvais dire une chose à tous ceux qui se posent des questions sur notre situation, ce serait très simple: on est des amoureux ordinaires, mais on est trois au lieu d’être deux. C’est tout. Certains croient qu’Edward et moi n’étions pas heureux ensemble, mais c’est faux. On a été seuls tous les deux durant des années. On voulait tout simplement faire entrer Soukayna dans nos vies. Ça ne vient pas d’un manque, mais plutôt d’une envie. On est bien, et c’est tout ce qui compte.

Certes, notre relation sort de la norme et demande énormément de communication, de transparence, de confiance et d’acceptation, mais dans un monde idéal, toutes les unions devraient être fondées sur ces principes-là, quels que soient leur nature et le nombre de partenaires impliqués. Comme dans tout couple, il y a eu une période d’ajustement, le temps que chacun prenne sa place, s’assure de se sentir confortable et apprenne à communiquer avec les autres. Et, oui, il nous arrive de nous disputer!

Mais être avec deux personnes au lieu d’une, ça signifie d’abord et avant tout deux fois plus d’amour, d’entraide, de soutien, de complicité. Et, en fin de compte, qui n’a pas envie d’être aimé davantage?

 

Commentaires

Partage X
C'est mon histoire

C’est mon histoire: «Je suis dans un couple à trois.»