Rétrospective mode: tout ce qu’il faut retenir de 2017

Déc 13 2017 par
Categories : Tendances

Avant que le compte à rebours du 31 décembre ne sonne le glas de 2017, on fait le point sur les évènements, les défilés, les tendances et les designers qui ont fait jaser cette année!

  • 1/9

    LA CRÉDIBILITÉ 100 % MODE D’IKEA

    © IKEA / Balenciaga
    En 2017, le géant suédois de l’ameublement en kit, IKEA, s’est offert une image ultrabranchée jusqu’ici insoupçonnée, notamment grâce à l’appui de deux designers en vogue, Demna Gvasalia et Virgil Abloh. Le premier, en charge de la création chez Balenciaga, a commercialisé un sac — le Carry Shopper — ressemblant à s’y méprendre au fameux FRAKTA vendu par l’entreprise suédoise. Même couleur bleu sulfate, même double anses et même dimension XXL, à quelques différences près cependant. D’une part, la maison de luxe parisienne a troqué la matière plastique contre du cuir d’agneau raffiné; d’autre part, le prix: 3170 $ pour le Balenciaga contre 1 $ tout rond pour le sac de course en plastique. Le but de cette approche subversive lancée par Demna Gvasalia? Choquer bien sûr, et peut-être aussi nous faire réfléchir à ce qui différencie réellement un objet banal du quotidien d'un accessoire branché. Accorde-t-on vraiment autant d’importance au logo et au prix? La compagnie suédoise s’est en tout cas empressée de surfer sur le «buzz» en créant une affiche publicitaire intitulée «Comment identifier un sac FRAKTA […] original» par rapport à sa «contrefaçon» signée Balenciaga! Quant à Virgil Abloh, le créateur de la griffe ultracool Off-White a annoncé sur Instagram une future collaboration avec IKEA. Une nouvelle qui devrait certainement attirer la planète mode dans les magasins de l’enseigne suédoise…
  • 2/9

    LES BOTTES À PAILLETTES SAINT LAURENT, IT-SHOES DE LA SAISON

    © Instagram @badgalriri / Imaxtree
    Certes, elles valent la bagatelle de 13 000 $, mais ce détail n’a pas empêché les fashionistas (avec un généreux compte en banque) de s’arracher ces bottes parées de 3000 cristaux chacune, qui ont éclairé la passerelle de Saint Laurent lors de la Fashion Week automne-hiver 2017-2018. À l’instar de Rihanna, Kendall Jenner et Beyoncé, la paire de luxe se porte avec un jean large et troué ou un minishort aux ourlets effilochés. Bref, la chaussure en met plein la vue mais le reste de la tenue embrasse l’esprit streetwear. En 2017, on est «bling-bling»… mais pas trop!
  • 3/9

    LE PANIER EN OSIER: L’ACCESSOIRE BUCOLIQUE S’OFFRE UNE VIRÉE EN VILLE

    © Instagram @manrepeller / @camillecharriere / @janebirkinbasket
    Sur le bitume comme sur les tapis rouges, la chanteuse anglaise Jane Birkin, icône des sixties, ne quittait pas le sien. Ce printemps, le panier en osier a refait son apparition aux bras des filles en vogue, de la New-Yorkaise Leandra Medine (du blogue Man Repeller, à g.) aux Parisiennes Camille Charrière (du blogue Camille Over The Rainbow, au milieu) et Jeanne Damas (fondatrice de la griffe Rouje, à dr.). On s’est empressé d’adopter l’accessoire nous aussi, en s’imaginant l’avoir déniché dans un petit marché de Saint-Tropez, à une époque où ce village de la Côte d’Azur, fief de la Nouvelle Vague, n’était pas encore le point d’ancrage d’une jet-set tapageuse. Tout l’été, notre sac a fleuré bon le sable chaud et l’odeur ambrée des pins parasols, puis s’est fait détrôner dès la rentrée par un nouvel it-bag: le sac banane!
  • 4/9

    LE GRAND RETOUR DU SAC BANANE

    © Imaxtree
    Aperçu sur les passerelles du printemps prochain, lors de la Fashion Week de septembre, l’accessoire devrait vivre sa consécration en 2018. Reste que les fashionistas, ayant toujours un temps d’avance, l’ont adopté en grand nombre cet automne. Le sac banane — qu’on reléguait depuis les années 2000 à la panoplie du touriste lambda (au même titre que les chaussettes blanches glissées dans des sandales Teva) — s’offre une nouvelle image branchée grâce à l’aval du designer de Gucci, Alessandro Michele, sacré pape de la mode «geek-chic». À porter ceinturé à la taille, par-dessus un manteau, une veste ou une robe glamour.
  • 5/9

    KAIA GERBER: UNE SUPERMODÈLE EN DEVENIR

    © Imaxtree
    Lors de la Fashion Week printemps-été 2018, en septembre dernier, on n’avait d’yeux que pour Kaia Gerber. Son nom ne vous dit rien? C’est que la jeune top de 16 ans, qui défilait pour la première fois, n’a pas hérité du patronyme de sa célèbre maman, Cindy Crawford. Pour le reste, tout y est: mêmes jambes interminables, même sourire éclatant et même démarche assurée. Devant l’objectif comme sur les passerelles, de Calvin Klein 205W39NYC à Chanel en passant par Alexander Wang et Versace, Kaia est une naturelle. Il ne lui manque que le fameux grain de beauté qui sublime le visage de sa génitrice pour compléter le tableau. Kendall Jenner et Gigi Hadid n’ont qu’à bien se tenir…
  • 6/9

    ZOOM SUR LES «CLOUT GOGGLES»

    © Instagram @leonandharper / @chiaraferragni
    Ces lunettes de soleil se reconnaissent à leur monture blanche et futuriste, épaisse et ronde. Ultrapopulaire dans les années 1960, l’accessoire est immortalisé au nez du chanteur Kurt Cobain lors de sa dernière séance photo, peu de temps avant sa mort, en 1994. Par ce coup du sort malheureux, les «clout goggles» seront pour toujours associées au roi du grunge. À l’été 2017, et grâce à la consécration du style nineties, on a été nombreuses à adopter la monture. Parmi ses illustres fans? Les tops Gigi et Bella Hadid, ainsi que les blogueuses Anne-Laure Mais (d’Adenorah, à g.) et Chiara Ferragni (de The Blond Salade, à dr.). L’accessoire dépoussiéré s’est offert un retour en grâce, et c’est peu dire!
  • 7/9

    REGAIN D’INTÉRÊT POUR LES COLLANTS RÉSILLE

    © Instagram @haileybaldwin / @weworewhat
    Au début de l’année, les it-girls, de la top Hailey Baldwin (à g.) à Danielle Bernstein (du blogue We Wore What, à dr.), ont toutes été aperçues avec les jambes quadrillées. Pour être à la fine pointe des tendances, le mieux était encore de dévoiler des collants résille sous un jean, troué de préférence. Le fishnet, comme l’appellent nos voisins du sud, laissait présager dès le printemps un avenir triomphal, mais son succès s’est légèrement essoufflé avec la tombée des premières feuilles mortes. Reste que les collants résille, fleuron du style vulgaire dans les années 2000, ont réussi leur pari de prendre un virage résolument cool… et ce n’était pas gagné d’avance.
  • 8/9

    LE DÉFILÉ-HOMMAGE DE VERSACE

    © Imaxtree
    Pour souligner les 20 ans de la mort tragique de son frère Gianni Versace, assassiné devant sa demeure de Miami, Donatella a puisé dans les archives de la griffe italienne. Lors du défilé du printemps 2018, qui avait lieu en septembre dernier, les imprimés opulents chers à la marque habillaient les mannequins du moment, Kaia Gerber, Kendall Jenner, Gigi et Bella Hadid en tête. Le clou du spectacle? La réunion de Carla Bruni, Claudia Schiffer, Naomi Campbell, Cindy Crawford et Helena Christensen, tops mythiques des années 1990, qui ont clôt le show en robes lamées, et sous un véritable tonnerre d’applaudissements.
  • 9/9

    LA MODE PLEURE LES SIENS

    © Getty Images
    L’année 2017 aura été marquée par trois disparitions marquantes: celle du mécène et homme d’affaires Pierre Bergé d’abord, dont l’histoire restera à jamais associée à celle de son ex-compagnon, Yves Saint Laurent; celle d’Hervé L. Leroux ensuite, créateur de la mythique robe à bandes; et Azzedine Alaïa, enfin. Le couturier franco-tunisien, qui a tiré sa révérence le 18 novembre à l’âge de 77 ans, était avant tout un artiste dans l’âme, de cette veine qui ne suit aucun diktat si ce n’est ce besoin – essentiel – de sublimer le corps et les courbes des femmes. Chacun à leur façon, ces trois hommes auront marqué l’histoire de la mode. On leur dit merci!
Categories: Tendances