Billets

Pourquoi Richard Martineau n'écrit plus pour Elle Québec.

Auteur : Elle Québec

Billets

Pourquoi Richard Martineau n'écrit plus pour Elle Québec.

Le 25 mai 2009, M. Martineau nous a remis un texte intitulé Les langues sales, sur le bitchage des femmes au travail, sujet intéressant pour un magazine féminin. Citant l'essai Ces femmes qui détruisent... les femmes, de Marthe Saint-Laurent (Béliveau éditeur), il y affirmait que la médisance des femmes envers les femmes «est une forme d'agression verbale aussi violente et aussi dévastatrice que le harcèlement psychologique». Soit. Mais M. Martineau reprenait aussi les propos de Mme Saint-Laurent, selon lesquels «les problèmes causés par le bitchage dans le milieu de travail sont tels que certains employeurs sont de plus en plus réticents à embaucher des femmes, de peur qu'elles se mettent à foutre le bordel au bureau!», et «que les femmes elles-mêmes craignent de travailler pour d'autres femmes!»

Surprises par ces informations, nous avons demandé à M. Martineau quelles étaient les sources de Mme Saint-Laurent. Cette auteure avait-elle des exemples ou une étude sérieuse lui permettant de tirer de telles conclusions? Non, nous a répondu M. Martineau, «c'est ce que dit l'auteure tout au long de son livre, sans jamais appuyer ses dires sur des exemples concrets. Elle dit que c'est ce que lui ont dit plusieurs employeurs...»

En tant que gardiens de la qualité journalistique de notre magazine, nous avons estimé que cette faiblesse dans l'argumentation de l'auteure devait au moins être mentionnée dans la chronique de M. Martineau. Ainsi, nos lectrices auraient pu être au courant des effets possibles du bitchage, tout en étant conscientes que les affirmations du livre n'avaient pas une valeur scientifique.

M. Martineau a refusé d'ajouter cette nuance à son texte et, en réaction, a décidé de ne plus collaborer à notre magazine. C'est son droit le plus légitime. Le nôtre est de veiller à la rigueur des textes que nous publions.

 

Commentaires
Partage X
Billets

Pourquoi Richard Martineau n'écrit plus pour Elle Québec.