Voyages
11 sept. 2012

Le paradis sur terre

Par Joëlle Currat

Auteur : Elle Québec

Voyages
11 sept. 2012

Le paradis sur terre

Par Joëlle Currat

Coincée sur mon siège entre deux inconnus, n'ayant dormi que quatre heures la nuit précédente, j'essaie de ne pas piquer du nez (l'avion dans lequel je me trouve aurait intérêt à faire de même!). Le jeune homme assis à ma droite, côté de l'allée, n'arrête pas de se bidonner. Il a les yeux rivés sur l'écran de son ordinateur portable. Intriguée, j'aimerais bien connaître la cause de son hilarité. «What's so funny?» Il me répond qu'il regarde l'émission Tosh.O (sur comedycentral.com), une sélection des vidéos les plus drôles diffusées sur Internet, et m'invite à brancher mes écouteurs sur son ordi. Nous sommes maintenant deux à rigoler dans la rangée 22, classe «éco», de ce vol en direction de Cancún. Ou plutôt du paradis, en ce qui me concerne, puisque ma destination finale s'appelle Paradisus. Et ces éclats de rire sont de bon augure!

La liberté d'être
Le Paradisus de Playa del Carmen, situé sur la Riviera Maya, au Mexique, est l'endroit par excellence pour se laisser aller dans le farniente et, je le découvrirai aussi, pour prendre part à des activités réjouissantes et régénérantes. À mon arrivée, je suis accueillie dans le hall de ce tout compris avec une coupe de champagne. Je le sirote en remplissant les formulaires d'usage. Première impression: ça sent le neuf (le complexe hôtelier de plus de 850 chambres a ouvert en novembre 2011), et le design est exceptionnel pour ce genre d'établissement. J'admire les hauts plafonds, les cours intérieures aménagées en jardins avec des bassins d'eau et, surtout, les nombreuses oeuvres d'art créées par des artistes locaux, placées ici et là.

Ma chambre est tout aussi magnifique: écran lumineux avec un fond sous-marin en guise de tête de lit et grande salle de bain en marbre; il y a même spa sur la terrasse, qui surplombe les piscines et la mer des Caraïbes. Dans un panier, de belles serviettes mauves portant l'inscription The freedom to just be (la liberté d'être). Voilà exactement ce que je cherchais...

 

 

C'est vous la reine!
Après vous être extasiée sur le parfum des savons et l'orchidée placée sur la table à café, le premier défi quand vous prenez possession d'une chambre dans un resort de luxe cinq-étoiles, option Service royal, c'est de comprendre à quoi servent les nombreux interrupteurs. Vous avez écouté l'exposé qu'on vous a fait au préalable, mais à cause du manque de sommeil, vous avez l'esprit embrouillé... C'est d'ailleurs la raison pour laquelle vous ne vous précipitez pas sur les bouteilles format maxi du minibar bien garni. Vous préférez défaire votre valise. Il y a tellement d'espace de rangement que vous n'êtes même pas obligée d'empiler vos t-shirts, vous pouvez les placer les uns à côté des autres dans les tiroirs. Votre second défi consiste à occuper votre majordome personnel, sans cesse relié à vous par un cellulaire. Comme vous êtes une femme autonome, vous n'avez pas l'habitude de vous faire servir. Il vous faudra donc un certain temps pour lui trouver des tâches: vous apporter une margarita sur la plage, dénicher une petite pochette pour votre monnaie ou, plus difficile, faire couler un bain à la bonne température au moment où vous entrez dans votre chambre le soir. Bain dans lequel, sans que vous le demandiez, il aura eu la délicatesse d'ajouter quelques pétales de rose...

La clé du paradis
Après ma première journée remplie de moments wow, je pars à la découverte des lieux. Le Paradisus est construit en deux parties: La Perla, la section destinée aux adultes, et La Esmeralda, où sont logées les familles. Reliées par une zone commune (El Zocalo), elles offrent le même service de qualité. En mangeant mon petit-déjeuner sur la terrasse ombragée du restaurant La Palapa, je prends conscience que la clé pour jouir pleinement de mon séjour, c'est d'arriver à décrocher. Impossible de savourer pleinement mon délicieux smoothie à la banane et au lait de soya si je pense à ce qui se passe à la maison ou au bureau. Je décide donc de mettre mes préoccupations de côté et d'apprécier ce qui m'entoure. Et les plaisirs abondent. J'admire les fleurs et la mangrove - gardée intacte par souci écologique - sur le sentier en bois qui mène à la plage privée. Je peux non seulement y choisir l'emplacement de ma chaise longue, mais aussi le revêtement (tissu ou plastique) et le type de siège (droit ou incliné). Il y a même des lits à baldaquin blancs. Le confort à géométrie variable! En longeant le bord de la mer, je constate que la plage du côté de La Esmeralda est plus belle, plus large, et je m'y installe. Au retour de la baignade, je m'allonge sur les coussins des palapas, de petites huttes au toit en feuilles de palmier séchées. Je me rends compte que tout est conçu pour le bien-être maximal des clients. Et si je prenais un pina colada, pour changer?

 

Gastronomie incluse
Franchement, je ne pensais pas trouver dans un tout compris mexicain une telle variété de propositions culinaires. Pensez-y, il y a 14 restaurants différents au Paradisus! On veut déguster de la cuisine gastronomique? On se dirige vers le Passion, le plus coté, dont les mets exquis (caramel au homard, hmm...) sont préparés par le chef Martin Berasategui (sept étoiles Michelin). Une envie de sushis? On va au Bana. Pour la côte de boeuf, il y a The Grill. Des spécialités mexicaines, comme le céviche? Rien ne vaut le Mole. J'ai particulièrement aimé le Vento et sa cuisine raffinée d'inspiration libanaise et maghrébine. J'ai même participé à une dégustation de tequila à un des huit bars à la décoration très in. Certaines variétés haut de gamme de cette eau-de vie d'agave ont une belle couleur ambrée et un goût de cognac. Qui l'aurait cru?

Journée sportive
Après l'assouplissement du mental, place au raffermissement du corps. «Take a kayak!» a déjà lancé Céline Dion sur les ondes de CNN (serait-ce la tequila qui me donne des visions de la chanteuse?). Je suis son conseil. J'emprunte un canot (compris dans le Service royal) et je vogue gaiement sur les flots vert émeraude de l'océan. Ragaillardie, je poursuis avec une séance de volley-ball de plage, puis de ping-pong. J'aurais pu choisir le cours de danses latines ou de yoga, mais je voulais rester à l'extérieur. Une fois ces efforts musculaires terminés, je prends la direction du spa Yhi (le massage maya est extra). Puis, pour faire durer les effets relaxants du traitement, je passe au salon de coiffure adjacent. Je veux être à mon avantage pour aller faire la fête au Gabi Club le soir même...

Téquila 101
Pour m'initier à la préparation de cocktails à base de tequila, le barman du South Avenue Bar, du Paradisus, m'a donné la recette de La Paloma, une boisson très rafraîchissante. • Tremper le bord d'un verre dans du jus de citron, puis dans du sel. • Remplir le verre de glaçons. • Ajouter 1 1/4 once de tequila blanche (la meilleure, c'est la Don Julio). • Compléter avec du jus de lime et du Fresca, une boisson gazeuse à base d'agrumes (ou un mélange de jus de pamplemousse et de soda). Salud

Sorties sympas à Playa del Carmen

  • Ah Cacao On se régale de mousses, glaces, gâteaux et boissons chocolatées dans ce café sympathique.
  • Zingara Envie d'un joli maillot de bain? On le dénichera dans cette boutique.
  • Cozumel Située en face de Playa del Carmen, cette île est considérée comme le plus beau site de plongée des Caraïbes.
  • Xcaret Ce parc archéologique et récréotouristique de la région devient un must quand on voyage avec des enfants.
  • Tulum Pyramides, sites archéologiques, monuments... On prend un bain de culture maya dans la plus belle ville de la Riviera.

Après une semaine de rêve comme celle-ci, je compte bien faire durer les sensations et le bien-être. Et, de retour dans mon quotidien, revenir en pensée vers ce paradis terrestre quand le besoin s'en fera sentir. Revoir les flots bleuvert, le sourire des Mexicains et me dire Todo está bien. Tout va bien!


 

Partage X
Voyages

Le paradis sur terre