Sorties

Osheaga: entrevue avec Dylan Phillips de Half Moon Run

Elle Québec
Sorties

Osheaga: entrevue avec Dylan Phillips de Half Moon Run

[caption id="attachment_15328" align="aligncenter" width="400"] Half Moon Run Half Moon Run[/caption] Half Moon Run était certainement l'un des groupes les plus attendus par les Montréalais lors de cette 9ème édition du Festival Osheaga. Quelques heures avant qu'il monte sur scène, j'ai eu l'occasion de rencontrer Dylan Phillips, batteur, claviériste et chanteur du groupe. Vous étiez déjà à Osheaga en 2012. Cette année, ressentez-vous un enthousiasme public plus fort à votre égard? Je crois que oui. Du moins, pour nous, oui! En 2012, on se disait «Wow! On est à Osheaga!» Même si c'était sur une petite scène, c'était vraiment fou! Cette fois-ci, la scène est plus grande, donc j'imagine que ce sera encore plus mémorable. Comparativement à d'autres festivals, c'est comment de jouer à Osheaga? Est-ce plus spécial de jouer ici qu'ailleurs? C'est spécial parce que c'est Montréal, c'est ici où tout a commencé. De voir que nous avons débuté dans le petit Barfly sur St-Laurent, en 2010, pour se rendre jusqu'ici, c'est vraiment incroyable... À chaque fois qu'on fait une tournée ici, c'est fantastique de voir le chemin parcouru, notre évolution. Votre musique est très soignée, est-ce que votre look vestimentaire sur scène est aussi réfléchi? En tant que batteur du groupe, pour moi, c'est vraiment une histoire de confort. Je sais que Connor et Devon sont meilleurs que moi dans ce domaine car ils ont beaucoup plus de style! Isaac aussi… moi je suis vraiment le pire! Je les entends souvent me dire en riant: «Qu'est-ce que tu portes aujourd'hui… Qu'est-ce que tu fais avec ça?» Votre album Dark Eyes est sorti en 2012 au Canada, et suite à l'intérêt qu'il a suscité, vous l'avez lancé à l'international en 2013. Surfez-vous toujours sur la vague Dark Eyes ou êtes-vous en train de travailler sur un 2e opus? En ce moment, on est un peu dans une phase de transition. Il faut non seulement écrire mais il faut enregistrer notre album… Et pour y arriver, on doit arrêter les tournées! On écrit beaucoup entre les spectacles. Cet automne, on va prendre une pause pour travailler les chansons. Half Moon Run a explosé, surtout après avoir fait la première partie de plusieurs spectacles de Mumford and Sons, qui vous ont demandé de participer à leur tournée en Europe. Quelle est la prochaine étape pour vous? Pour le moment, il est vraiment difficile de se projeter tant que notre 2e album ne sera pas terminé, car c'est ce qui nous empêche de continuer. Deux ans après Dark Eyes, il nous faut de nouvelles chansons, donc c'est clairement notre priorité. Pour moi, aller plus loin n'est pas le plus important. Je pense que le but d'une chanson est que nous ayons du plaisir à la jouer. Il faut donc s'atteler à écrire des chansons spéciales, qu'on aime jouer, encore et encore, bref, avoir du fun dans la vie! Il y a des moments où être tout le temps en tournée peut devenir lourd, tu ne sais plus où tu es, ce que tu fais… Tu te retrouves dans des festivals où tout le monde est excité tandis que toi, tu sais que tu ne vas faire que ça pendant des mois encore. Heureusement, on a du fun! Et lorsque c'est parfois difficile, ça nous rappelle que le plus important à l'avenir nous est  de composer de bonnes chansons, dont on puisse être fiers, d'avoir une bonne équipe, de faire de bonnes tournées et de prendre du temps pour s'ouvrir et découvrir d'autres choses. Quels groupes ou artistes écoutes-tu ces temps-ci? J'écoute beaucoup de musique électronique vraiment relax, chill. Par exemple Helios et Jon Hopkins, j'adore ça. En fait, je viens juste de recevoir un piano chez moi, donc je joue plus que je n'écoute de la musique. Tu viens de la Colombie-Britannique mais il semble que tu aies eu un coup de foudre pour Montréal. Quels sont tes endroits préférés? Tous les restaurants végétaliens. En fait, je suis devenu vegan à Montréal, parce que c'est tellement plus facile ici. Il y a vraiment beaucoup de bons restaurants. J'aime beaucoup Crudessence, Aux Vivres et La Panthère Verte… j'y vais presque tous les trois jours quand on est à la maison! J'aime aussi aller au Sparrow sur St-Laurent, parce qu'il n'y a pas trop de bruit et que c'est assez relax! À DÉCOUVRIR: Béni sois-tu Half Moon Run Osheaga 2014: rencontre avec Dave One de Chromeo Osheaga 2014: entrevue avec Band of Horses Osheaga 2014: rencontre avec Jimmy Hunt
Commentaires
Partage X
Sorties

Osheaga: entrevue avec Dylan Phillips de Half Moon Run