Livres

Deux romans à saveurs allemandes

Auteur : Elle Québec

Livres

Deux romans à saveurs allemandes

La jeunesse mélancolique et très désabusée d'Adolf Hitler
Michel Folco (Stock)

C'est un roman. Mais hyper documenté. Et comme l'auteur est aussi un merveilleux conteur, il a pu se servir de la fiction pour nous raconter les périodes floues de la vie du pire bourreau de l'humanité. Il nous montre Hitler bébé, enfant, adolescent, jeune adulte. Gâté pourri par sa maman adorée. Et battu jusqu'au sang par son père fonctionnaire, qu'il exècre. On le voit se prendre d'affection pour les Peaux-Rouges d'Amérique et les opéras de Richard Wagner. On le découvre lâche, menteur, imbu de lui-même, têtu à l'extrême. On le sait aux prises avec un désordre intestinal constant, et aussi un problème sexuel. On le suit à Vienne où, devenu orphelin, sans le sou, il erre, désespéré, après avoir été recalé à l'Académie des beaux-arts. Il n'est pas encore antisémite, mais déjà très nationaliste. Pourquoi ce garçon somme toute banal est-il devenu un monstre? Michel Folco ne répond pas à la question mais donne plusieurs pistes. Troublant.

 

 

douce-flamme-250.jpgUne douce flamme
Philip Kerr (Éditions du Masque)

Sa Trilogie berlinoise, qui tenait à la fois du polar et du roman historique, a connu un succès planétaire. Elle vient d'être rééditée par Le Livre de Poche. Si vous n'avez pas encore lu ces récits se déroulant dans l'Allemagne d'Hitler, empressez-vous de plonger! Mais nul besoin de connaître l'enquêteur fétiche de l'écrivain pour apprécier ce nouveau titre. Bernie Gunther, ex-détective de la Kripo (la police criminelle allemande), débarque en Argentine au lendemain de la guerre. Complètement dégoûté par la tournure des évènements dans son propre pays, toujours aussi désabusé, cinglant et brillant, il va devoir se frotter aux criminels nazis en fuite qui affluent. Une sombre affaire de meurtre qu'il avait laissée en plan alors qu'il était à Berlin va le rattraper. Humour noir garanti. Et histoire d'amour en prime.

 

 

 

On a adoré...

L'épouvantail
Michael Connelly (Seuil)

L'histoire Un jeune Noir de 16 ans, dealer de drogue, est accusé du meurtre d'une femme blanche, danseuse nue et junkie. Elle a été violée à plusieurs reprises et est morte d'asphyxie. Mais dès le début, nous savons, nous, que le véritable meurtrier est un psychopathe, un tueur en série. Il ne va pas tarder à récidiver, d'ailleurs...

Ce qui vous fera succomber

1. Le retour du journaliste Jack McEvoy. Pas d'inspecteur Harry Bosch cette fois-ci. C'est le héros du Poète - roman considéré à juste titre comme le chef-d'oeuvre de l'auteur - qui prend en main l'enquête. À ses risques et périls.

2. La présence de la pétillante agente du FBI Rachel Walling. Celle-là même qui faisait équipe avec McEvoy dans Le poète. Il y avait eu une histoire d'amour entre eux, mais leur relation n'avait pas survécu à leur enquête... Les voilà réunis 12 ans plus tard.

3. L'attirance épidermique entre les ex-amants, qui n'a pas disparu avec le temps. Jusqu'où iront-ils? Voilà une question qui nous tient autant en haleine que le suspense de l'enquête.

Notre avis Malgré une fin un brin abrupte, ce 20e polar de Connelly figure parmi ses plus réussis.

 

 

À LIRE: Des histoires sombres et riches

 

 

 

 

Commentaires
Partage X
Livres

Deux romans à saveurs allemandes