Culture
26 mai 2013

Seize choses que j'ai apprises sur le Festival de Cannes

Par mfrappa
Seize choses apprises sur le Festival de Cannes

Getty Images Auteur : Elle Québec Crédits : Getty Images

Culture
26 mai 2013

Seize choses que j'ai apprises sur le Festival de Cannes

Par mfrappa

Notre rédactrice en chef beauté Mélanie Frappa a représenté ELLE Québec lors du Festival de Cannes 2013. Comme il s'agissait de sa première expérience au prestigieux événement, elle nous partage ses impressions en seize temps.

1- On a beau le savoir, s'en douter, ce festival est mythique. Et quand je dis mythique, je suis vraiment sérieuse. C'est comme prendre une bonne droite dans le plexus! À la différence qu'à Cannes, c'est Mohamed Ali qui vous la balance.

2- Le festival ne serait plus ce qu'il était. Peut-être, mais pour le commun des mortels comme moi, c'est my-thi-que. Je me répète, non?

3- Couvrir le festival, c'est grisant et épuisant. Je n'ai vécu que trois jours (sur huit) comme mes confrères journalistes de cinéma et je suis sur les genoux. J'admire sincèrement ceux qui le couvrent pendant les 12 jours.

4- On m'avait prévenue, je le savais. À Cannes, faut y aller mollo. Je n'ai pas écouté. Je suis sortie tous les soirs pendant les quatre premiers jours. J'ai vécu l'expérience à "donf", comme on dit ici. J'en paie le prix: cernes de déterrée et rides du lion installées (je pense sérieusement au botox!)

5- Cannes est capable du pire comme du meilleur. On côtoie les gens les plus charmants comme les plus affreux. Ceux-là sont sans foi ni loi. Mais leurs poches pleines de fric leur font croire qu'ils sont tout permis.

6- Avant qu'un film ne débute, le générique du festival est diffusé. Pour les mélomanes, la musique dudit générique est tirée du Carnaval des animaux, de Saint-Saens.

7- Lorsque le logo de la palme d'or apparaît à l'écran, le public applaudit que ce soit un soir de première ou une simple projection.

8- À Cannes, il faut se préparer à l'excès, et je ne parle pas que de quantité de champagne... Je parle plutôt d'un café à 12 euros au Martinez ou d'un hamburger (qui aurait pu nourrir tout le Mali tellement il était gargantuesque) pour la modique somme de 54 euros. Sans commentaire...

9- Pendant les 12 jours du festival, même les plus gentilles grand-mères peuvent se transformer en harpies prêtes à vous arracher votre invitation ou votre badge. Voir des stars (même de loin),  ça fait disjoncter bien des cerveaux, jeunes comme vieux.

11- Je le savais, on me l'avait dit, mais c'est à voir: Cannes ne rime pas forcément avec classe. Ce n'est pas parce que l'on y joue des films intellos que la culture vous sort par les pores de peau. Traduction: microjupes et décolletés sont légion. Précision quant à ces décolletés, je les ai vus aussi bien sur des hommes que sur des femmes, voui voui. Bref, c'était ma minute: je suis outrée.

12- Cannes, c'est du gros n'importe quoi. L'ambiance est électrique, euphorique, mais la magie finit par opérer et par nous gagner. 

13- À Cannes, les gens applaudissent toujours à la fin du film, même s'il était mauvais. La preuve: j'ai tapé dans mes mains après la diffusion de l'énigmatique Borgman.

14- Des milliers de gens de partout dans le monde y sont rassemblés. Vibrer à l'unisson devant un film avec autant de personnes, c'est une expérience quasi spirituelle. 15- Cannes, c'est beau. Le cadre est totalement idyllique. Moi aussi, je rêve de vieillir botoxée sur cette côte (je blague). 16- Cannes, ça donne envie de voir des films...et des bons, pas que des films d'action. Et c'est une grande amatrice de ce genre qui parle.    
Partage X
Culture

Seize choses que j'ai apprises sur le Festival de Cannes