Culture
9 juil. 2013

Kirsten Dunst m’a écrit (oui, oui!)

Par Violaine Charest-Sigouin
Kirsten Dunst m’a écrit (oui, oui!)

Kirsten Dunst m’a écrit (oui, oui!) Auteur : Elle Québec

Culture
9 juil. 2013

Kirsten Dunst m’a écrit (oui, oui!)

Par Violaine Charest-Sigouin

Lundi dernier, j’ai reçu un courriel de Kirsten Dunst. Elle disait qu’elle avait vendu sa voiture à son amie Jessica pour 7000$. Et il y a aussi Lena Dunham qui m’a écrit le même jour. Finalement, elle a décidé de ne pas se faire livrer un divan Liljevalch de Suède (trop cher pour elle). J’aime bien Lena. Je la connais depuis quelques mois: j’ai d’abord vu son film Tiny Furniture, puis j’ai suivi la série Girls qui, paraît-il, est en bonne partie autobiographique. Mais bon, j’avoue que je ne suis pas assez copine avec elle pour qu’elle m’entretienne de ses finances…

En fait, si ces deux courriels ont atterri dans ma inbox, c’est grâce à Miranda July – vous savez, celle à qui l’on doit les ovnis cinématographiques Me, You and Everybody We Know et The Future. C’est cette artiste multidisciplinaire qui est à l’origine du projet We Think Alone: suffit de s’inscrire sur ce site pour recevoir chaque lundi, jusqu’au 11 novembre, les courriels de 10 personnalités sur un thème défini (la semaine passée, c’était l’argent). En plus de Kirsten et de Lena, j’ai reçu les  messages de l’ex-joueur de basket Kareem Abdul-Jabbar, de l’auteure Sheila Heti, de l’écrivain et cinéaste Etgar Keret, des sœurs Kate et Laura Mulleavy qui sont à la tête de la griffe Rodarte, de la photographe Catherine Opie, du physicien Lee Smolin et de l’artiste contemporaine Danh Vo. Bien entendu, ces messages attisent notre côté voyeur – je l’avoue, je me suis demandé quelle voiture avait Kirsten Dunst! – et nous forcent à nous interroger sur la relation que nous entretenons avec la vie privée des célébrités. Tirés de la correspondance personnelle de leurs auteurs, ils sont livrés sans contexte, nous forçant parfois à décoder leur signification – par exemple, le courriel de Rodarte daté du 18 septembre 2012 se résume à un énigmatique: « can we get our money back on the wrong pins?»… Ce projet est également une réflexion sur comment Internet a bouleversé nos échanges épistolaires – si les messages de Lee Smolin et de Sheila Heti sont écrits dans une langue soutenue et comprennent les formules d’usage, ceux de Lena Dunham et de Rodarte se limitent à une phrase. Toutefois aucun d’entre eux ne spécifie l’adresse de son expéditeur. J’imagine que ni Kirsten ni Lena n’est intéressée à connaître l’état de mes finances…
Partage X
Culture

Kirsten Dunst m’a écrit (oui, oui!)