Cinéma et Télé
13 juil. 2016

Legally Blonde: Elle Wood et le féminisme rose bonbon

Par Elisabeth Massicolli
Legally Blonde: Elle Wood et le féminisme rose bonbon

-- Auteur : Elisabeth Massicolli Crédits : Tumblr Source : ellequebec.com

Cinéma et Télé
13 juil. 2016

Legally Blonde: Elle Wood et le féminisme rose bonbon

Par Elisabeth Massicolli

Un des films les plus marquants de Reese Whitherspoon, Legally Blonde, fête cette année son quinzième anniversaire. Plus qu’une comédie romantique, ce film féministe (oui, oui!) met en vedette une femme forte, intelligente et créative qui découvre tout son potentiel — en étant, de surcroît, une véritable fashionista. Voici dix raisons qui font d’Elle Wood l’une des figures féministes les plus importantes de la culture pop!
 

Lorsqu’elle choisit d’aller en droit à Harvard, l’une des écoles les plus prestigieuses des États-Unis, toutes les femmes de son entourage l’appuient complètement.

Parce qu’elle est une jolie fille blonde, on aurait eu tendance à croire que son entourage ne la supporterait pas, mais c’est tout le contraire. Ses amies, ses sœurs de sororité et sa conseillère d’orientation lui offrent toutes leur support. #girlssupportinggirls

On se moque d’elle et on diminue son intelligence parce qu’elle est extrêmement féminine (classique!), mais elle assume tout à fait son côté girly et ne doute jamais de ses capacités.

En plus de ne vouloir changer pour personne (parce qu’après tout, on choisit notre look pour nous-mêmes et personne d’autre) elle prouve que d’aimer la mode et la beauté n’est pas une faiblesse, mais bien une force.

Elle est blonde, elle est belle... et intelligente, et déterminée, et créative!

Adieu le stéréotype de la blondasse un peu nunuche! Elle Wood est aussi jolie qu’intelligente.

Lorsqu’elle se rend compte que son petit ami ne croit pas en son potentiel, elle le laisse tomber, puis lui prouve ce dont elle est capable.

Parce qu’un chum qui ne nous appuie pas dans nos projets, on n’a pas du tout besoin de ça! #boybye

Lors d’un party d’Halloween, elle assume complètement son déguisement sexy.

Elle est en bouche un coin à tout le monde lorsqu’elle affirme ne pas être déguisée en lapin sexy, mais bien en Gloria Steinhem — une célèbre journaliste féministe américaine — circa 1963 alors qu’elle faisait des recherches pour son manifeste féministe.

Elle inspire les femmes de son entourage à avoir confiance en elles.

Vous vous rappelez du «bend and snap»? Ça, c’est de la confiance en soi!

Elle développe une véritable amitié avec sa rivale, Vivian, alors qu’elles sont amoureuses du même garçon.

Ce qui aurait facilement pu se transformer en hargneux triangle amoureux se transforme plutôt en une saine relation d’amitié. Si mature, Elle!

Lorsqu’elle se fait harceler sexuellement par l’un de ses professeurs, elle lui répond du tac au tac et ne se laisse pas marcher sur les pieds.

Pas question d’intimider Elle Wood!

Elle finit avec «le bon gars», mais ce n’était pas du tout sa priorité.

Legally Blonde, c’est avant tout une histoire d’accomplissement personnel, pas une histoire d’amour!

Grâce à sa créativité et à son intelligence, elle sauve une femme innocente de la prison et trouve celui qui a véritablement commis le crime dont celle-ci est accusée!

«I rest my case.»

 

À DÉCOUVRIR 

Nos «boy crush» des années 2000 et ce qu'ils sont devenus

5 questions à Elizabeth Plank, feministabulous en chef! 

13 citations de Beyoncé qui vous donneront envie de conquérir le monde

 

Partage X
Cinéma et Télé

Legally Blonde: Elle Wood et le féminisme rose bonbon