Cinéma et Télé
29 août 2016

Le questionnaire Dompierre: rencontre avec Guillaume Lemay-Thivierge

Par Stéphane Dompierre
Le questionnaire Dompierre: Guillaume Lemay-Thivierge

-- Auteur : Stéphane Dompierre Crédits : Daniel Cianfarra (S. Dompierre) Source : ELLEQuébec.com

Cinéma et Télé
29 août 2016

Le questionnaire Dompierre: rencontre avec Guillaume Lemay-Thivierge

Par Stéphane Dompierre

Lors de notre rencontre, Guillaume Lemay-Thivierge a englouti un petit-déjeuner gargantuesque arrosé d’une piscine de café au lait. (Mais où met-il donc toutes ces calories?)

J’ai vu des photos de toi en bedaine et j’ai sangloté un peu en voyant tes abdos d’acier. J’espère que ça ne te stresse pas trop d’avoir 40 ans?

Pas du tout! J’ai été chanceux parce que mes parents m’ont enseigné dès mon jeune âge à surveiller mon alimentation et à faire de l’exercice. Ma mère nous a forcés à faire de la gymnastique: ça faisait partie de notre éducation, à mon frère et à moi, et ce n’était pas une option. Je lui en suis reconnaissant aujourd’hui, car c’est ce qui fait que je me sens bien dans mon corps de quadragénaire!

Mettons qu’un gars veut que sa blonde l’accompagne pour voir le film Nitro Rush, dans lequel tu tiens la vedette, il lui dit quoi pour la convaincre?

Qu’il y a un personnage féminin important dans le film; une fille solide qui en a dedans, qui est dans l’action, qui se bat... En fait, le héros et l’héroïne sont du même calibre. Il pourrait aussi lui dire que ça raconte l’histoire d’un père qui s’évade de prison par amour pour son fils. Ça devrait toucher le cœur des filles! Sûrement plus que les chars qu’on magane...

Quelle est l’idée fausse que les gens se font le plus souvent de toi?

Que je suis hyperactif, ce qui n’est pas vrai du tout! Je cherche de plus en plus à atteindre la sagesse, l’équilibre... Et non, je n’ai pas toujours un sourire dans la face. Je m’autocritique, je me cherche dans mon identité de père, je trouve ça «rushant» d’être dans la routine, de faire des lunchs, d’habiller les enfants le matin... La vie ordinaire me déstabilise un peu.

Tu es comédien, animateur, réalisateur et conférencier, tu as des enfants, une école de parachutisme, une fondation... Est-ce que ton horaire est réglé à la seconde près par une équipe de spécialistes?

Mon horaire est effectivement réglé au quart de tour, mais j’essaie de changer ça. En 2016, je ralentis et j'épure. Quand tu te rends compte que tu es embourbé, tu as besoin de faire une grosse vente de garage symbolique pour t'alléger. Je suis là-dedans. Je veux créer du vide dans ma vie. Juste l'idée me fait déjà du bien. 

Quand tu vis un événement important dans ta vie personnelle, te demandes-tu comment tu vas l’apprendre au public?

Je trouve ça très futile, mais oui, je fais des calculs. Je me demande comment annoncer les choses afin que ça nuise le moins possible aux projets professionnels que je dois promouvoir. Mais bon, je sais que peu importe ce que j'annonce, ma face va se retrouver dans les journaux à potins... sauf quand j'essaie d'attirer l'attention sur des causes importantes! (soupir)

Le père Fouras, ton collègue de Fort Boyard, a 2700 abonnés sur Instagram, alors que tu en as 27 000. À sagesse égale, est-ce la preuve que les réseaux sociaux sont obsédés par le look?

Les gens sont obsédés par le physique des autres. Entre nous, c’est de leur propre forme physique qu’ils devraient se préoccuper! J’aime les gens comme Pierre Lavoie, qui démocratisent l’entraînement et encouragent les gens à prendre soin d’eux. Sinon, eh bien, tu savais que le père Fouras, c’est un acteur avec un masque?

HEIN? Ben voyons donc... N’essaie pas de briser mes rêves!

OK, je n’ai rien dit.

À DÉCOUVRIR:

Le questionnaire Dompierre: rencontre avec Jonathan Roberge

Le questionnaire Dompierre: rencontre avec Mariana Mazza

Rencontre avec Magalie Lépine-Blondeau

 

 

 

Partage X
Cinéma et Télé

Le questionnaire Dompierre: rencontre avec Guillaume Lemay-Thivierge