Cinéma et Télé

Debbie Lynch-White: rien à son épreuve

Debbie Lynch-White: rien à son épreuve

  Photographe : Julie Artacho

Cinéma et Télé

Debbie Lynch-White: rien à son épreuve

Ce mois-ci, Debbie Lynch-White perce l’écran dans le film très attendu La Bolduc. Rencontre avec une femme de tous les talents.

On l’attendait depuis longtemps, et il débarque enfin au cinéma: La Bolduc, qui met en vedette Debbie Lynch-White, a tout d’un film à succès. L’histoire? Celle de Mary Travers, considérée comme la première chansonnière de la province, qui touche encore le cœur de bien des Québécois. À preuve, un album, sorti cet automne, sur lequel on entend Debbie reprendre les grands classiques de la pionnière. C’est d’ailleurs l’actrice qui – après avoir suivi des cours de turlute! – prête sa voix à la bande sonore du film. «Je suis comédienne avant tout, mais j’adore chanter et c’est une passion que je souhaite continuer à explorer. J’ai de la chance: on m’invite souvent à exploiter ma voix, même si je ne ferai certainement pas de tournée mondiale demain matin! (rires)»

Debbie Lynch-White

  Photographe: Julie Artacho

Le rôle de Nancy Prévost, une dure gardienne de prison au cœur tendre, dans la populaire émission Unité 9 (ICI Radio- Canada), a propulsé la carrière de l’actrice en 2012. Le public s’est attaché au personnage, comme à la comédienne d’ailleurs, au point d’exprimer fortement son désarroi et son mécontentement – attention aux divulgâcheurs! – à la mort de l’IPL Prévost, lors de la sixième saison, en 2017. «La réaction des gens m’a touchée! C’est fou de recevoir une telle vague d’amour. C’est surprenant aussi. Je n’avais pas réalisé à quel point les téléspectateurs s’étaient épris de mon personnage. J’ai reçu des centaines de messages de sympathie!», avoue Debbie Lynch-White. Dans La Bolduc, l’actrice tient pour la première fois le rôle-titre d’une grande production cinématographique. «Je me suis rapidement sentie très près de Mary Travers. C’était une femme forte, fonceuse, bonne vivante, pleine d’humour et féministe avant l’heure. C’était aussi une figure complexe, qui en a arraché, et une battante qui voulait d’abord et avant tout mettre du pain sur la table pour ses enfants. Elle me fait d’ailleurs penser à bien des femmes de ma famille et de mon entourage, au Nouveau-Brunswick. Je trouve ça tellement cool que les plus jeunes générations puissent découvrir, grâce au film, ce personnage historique et son œuvre.» À l’aube de la sortie en salle, la comédienne est-elle nerveuse? «Je suis confiante. J’ai vu le film et il est merveilleux. Toute l’équipe a travaillé fort et ça parait. Ça fait si longtemps que le projet est en branle que je suis impatiente de le présenter. J’ai hâte d’accoucher! (rires)»

Elle joue, elle chante, elle turlute, elle danse... et elle nous réserve encore bien des surprises! Le nom de Debbie Lynch-White apparaîtra d’ailleurs cet automne sur la page couverture d’un livre! «Ce n’est pas un roman, mais plutôt un essai, dans lequel j’aborde une tonne de sujets: l’amour, le deuil, l’homosexualité ou la grossophobie. C’est une fenêtre ouverte sur ma vie et sur mes réflexions... mais pas que! C’est drôle aussi, par bouts. J’espère que cet ouvrage sera le point de départ de belles discussions autour de la table ou de la machine à café.» En attendant la publication de sa première œuvre littéraire, on se réjouit de retrouver l’actrice au cinéma ce mois-ci. Pour le reste, «ça va venir, découragez-vous pas»!

La Bolduc, réalisé par François Bouvier, est présentement en salle.

 

 

Commentaires

Partage X
Cinéma et Télé

Debbie Lynch-White: rien à son épreuve