Célébrités
24 mars 2016

Rencontre avec Miley Cyrus: liberté, égalité et doigt levé!

Par Elisabeth Massicolli
Elle Québec
Célébrités
24 mars 2016

Rencontre avec Miley Cyrus: liberté, égalité et doigt levé!

Par Elisabeth Massicolli

Notre collègue de ELLE UK, Lena De Casparis, s'est entretenue avec une véritable activiste de la tolérance et de l'acceptation de soi: Miley Cyrus. La star nous a donné son point de vue - et celui de la génération Instagram - sur la sexualité, le genre et les relations amoureuses.

Miley Cyrus conduit sur Sunset Boulevard. C'est la fin de l'après-midi, et les palmiers bordant la route sont illuminés par les derniers rayons du soleil qui se couche sur Los Angeles. Je suis assise sur le siège passager de sa Maserati blanche, les fenêtres sont ouvertes. À mes pieds se trouve une montagne d'emballages de nourriture et ce qui semble être un pyjama roulé en boule. Une tonne de vêtements est éparpillée sur le siège arrière.

On vient tout juste de quitter le studio où elle a posé pour notre couverture. Miley me fait écouter quelques morceaux de son dernier album, en chantant les paroles à tue-tête. «Est-ce que tu trouves ça drôle? me demande- t-elle. J'ai voulu faire rire les gens.» Je lui réponds que oui, c'est drôle, tout en écoutant plus attentivement les paroles de la chanson qui joue en stéréo, dans laquelle elle décrit exactement la façon dont elle aimerait avoir des relations sexuelles. En fait, je ne sais pas ce que je trouve le plus drôle: les paroles de sa chanson, ou le surréalisme de la situation.

Nous approchons d'un feu rouge, et la voiture s'arrête. Les gens dans les autos avoisinantes s'excitent à la vue de la chanteuse et crient son nom. Elle semble ne pas s'en apercevoir, comme si ça lui arrivait chaque jour.

Miley a vendu plus de 30 millions d'albums partout sur la planète, elle a près de 38 millions d'abonnés sur Instagram et plus de 26 millions de personnes la suivent sur Twitter. On estime que sa fortune personnelle atteint les 160 millions de dollars. Pour utiliser une formule qu'elle déteste: Miley est LA it girl du moment. Et si ELLE a souhaité la rencontrer, c'est non pas en raison de ses millions d'abonnés, des scandales qui fusent à son sujet ou de son dernier album controversé, mais pour quelque chose de complètement différent, soit son rôle d'activiste impliquée dans la communauté LGBT (lesbiennes, gais, bisexuels et transsexuels). En effet, la jeune femme politisée s'est donné une mission: faire en sorte que la tolérance règne en maître dans notre société, rien de moins!

«Je me sens comme la fille la plus chanceuse de la planète de pouvoir faire ce que je fais, mais être une pop star, c'est le truc le plus stupide de tous les temps! J'ai honte d'être payée pour me déhancher dans un costume sexy, confie-t-elle. Je ne devrais pas avoir autant d'argent, alors que des gens vivent dans la rue. Mais j'ai beaucoup d'influence en tant que personnalité publique, alors c'est important que je l'utilise à bon escient.»

C'est pourquoi elle a décidé de mettre sur pied The Happy Hippie, un organisme à but non lucratif qui aide les jeunes qui n'ont pas de domicile fixe, les gens de la communauté LGBT et les autres personnes vulnérables de la société. «En 2015, quand la Cour suprême a légalisé le mariage pour tous, ç'a été le plus beau jour de ma vie!» affirme la jeune femme, qui a popularisé le mot-clic #InstaPride sur les réseaux sociaux afin de donner une visibilité à la communauté LGBT.

On s'arrête finalement au Soho House, un resto prisé des célébrités à Los Angeles. On s'assoit sur un sofa à l'arrière du restaurant, d'où l'on a une vue imprenable sur la ville. Miley commande une margarita et du guacamole, et je commande un grand verre de pinot grigio. Elle salue tous les employés de façon polie. «Un gars m'a dit récemment que je traitais tout le monde de la même façon. C'est un des plus beaux compliments qu'on m'a faits!»

PLUS: Cheveux: l'évolution du style de Miley Cyrus

Plus tôt dans la journée, alors qu'elle était assise dans la chaise de notre artiste-maquilleur, Miley a lu à voix haute un article à son sujet paru dans Charisma News, un magazine religieux. «Billy Ray Cyrus, le chanteur populaire de country et père de cette jeune femme sans jugement, se sentait probablement horriblement mal de voir sa propre fille presque nue sur scène», a-t-elle lu, avant de s'esclaffer. Les commentaires négatifs ne semblent pas l'affecter du tout. «Quand j'entends ce genre de critique, je m'en fous. Je trouve ça hilarant!» a-t-elle affirmé.

«Mes parents sont fiers de mon travail. Mon père se fout bien de ce que je fais sur scène; il comprend mon côté controversé. Mes parents ont aussi appris beaucoup sur la communauté LGBT grâce à moi. Ils ont environ 50 ans et ils viennent du Sud, alors je ne m'attends pas à ce qu'ils comprennent tous les enjeux, mais je leur demande d'être tolérants, pour moi.»

Les choses «honteuses» que Miley a faites au cours des dernières années - comme se montrer nue sur les réseaux sociaux et sur plusieurs couvertures de magazines, licher sensuellement une massue dans un vidéoclip ou «twerker» lascivement sur Robin Thicke aux MTV Video Music Awards... - sont pour certains des raisons valables de ne pas prendre la chanteuse au sérieux. Mais il serait ridicule de juger cette jeune femme uniquement en fonction de son fil Instagram. Elle est beaucoup plus que ça. Elle semble au courant de tout ce qui se passe autour d'elle et sait exactement comment attirer l'attention, pour le meilleur et pour le pire. «Tu montres tes seins, et tout le monde te regarde. Quand tu as leur attention, tu peux l'utiliser pour dire des choses intelligentes, et les gens écoutent.»

PLUS: Les célébrités à suivre sur Snapchat

Grâce à sa façon d'être complètement libérée de la pression sociale et d'utiliser son corps comme elle le veut, elle a créé un véritable mouvement. En témoignent les photos où on la voit avec des poils sous les bras, qui ont inspiré une armée de 
jeunes femmes à laisser
 pousser les leurs - et à 
partager des photos de
 leurs aisselles sur les réseaux sociaux. Ou, encore,
le cliché Instagram dans 
lequel elle porte un t-shirt 
arborant le slogan «Gender
 is Over» («Le genre n'existe
 plus»), qui cumule quelque
 554 000 mentions «j'aime».
 Je lui demande de m'expliquer à quoi ressemble son 
petit monde, où le genre
 est inexistant.

«Quand un bébé naît, on ne se pose pas de questions. C'est un gars ou c'est une fille. Mais quand il vieillit, il peut choisir de devenir qui il est vraiment. On est tous nés humains, dit-elle, en me regardant droit dans les yeux. Je suis féministe - et il y a encore beaucoup d'inégalités envers les femmes -, mais je ne m'identifie pas à un genre en particulier, aux rôles traditionnels ou à ce qu'une femme ou un homme doit être dans notre société.»

Pour ce qui est de sa propre sexualité, elle me dit ouvertement qu'elle est pansexuelle, ce qui veut dire qu'elle est attirée par tous les genres et toutes les orientations sexuelles. Mais présentement, elle ne cherche pas du tout à se caser. «J'ai 23 ans, je fréquente quelques personnes, mais je change de style toutes les semaines... Je ne sais pas comment je ferais pour rester avec la même personne plus longtemps que ça!» [NDLR: Selon les rumeurs circulant au moment où nous mettions sous presse, Miley serait de nouveau fiancée à son ex-petit ami, Liam Hemsworth. Certains disent qu'ils se seraient même mariés en secret!]

Elle semble posséder une confiance en elle à toute épreuve. Lui arrive-t-il de douter d'elle-même? «J'ai eu beaucoup de problèmes d'anxiété et de dépression dans ma vie, et beaucoup de doutes sur mon physique. Maintenant, j'essaie de me foutre de mon apparence. Parfois, j'ai des moments creux, mais je crois que quand tu es cool et que tu as confiance en toi, tu es belle, peu importe ce dont tu as l'air.»

Je lève mon verre à cette affirmation, et je remarque que Miley n'a pratiquement pas touché à sa margarita, alors que j'en suis à mon deuxième verre de vin. Peut-être n'est-elle pas aussi fêtarde qu'elle le prétend...

Je veux en savoir plus sur son 
plus récent album. Miley me dit
 qu'elle a écrit toutes les chansons
 de celui-ci alors qu'elle était en
tournée pour promouvoir son
 disque Bangerz. Elle se sentait 
seule, particulièrement après la 
mort de son chien. C'est pour ça 
que son album s'intitule Miley
 Cyrus & Her Dead Petz. Les pièces
 de ce disque sont beaucoup moins 
pop que Wrecking Ball ou We 
Can't Stop, et elles sont plus osées.
 «Oui, une des chansons parle de
 me baiser et de fumer de la marijuana, mais c'est beaucoup plus
 que ça. Cet album n'est pas pour
 tout le monde. Certains l'aiment beaucoup, d'autres pas du tout. Mais j'ai 23 ans, je vis à Los Angeles, tous mes amis vivent ici. Ça reflète notre réalité. Je m'en fous un peu si mes chansons ne se rendent pas au top des palmarès.»

Je trouve Miley très brave. Je lui demande si, après sa carrière musicale, elle pourrait envisager une carrière en politique - et j'espère qu'elle dira oui, ça apporterait tout un vent de fraîcheur à Washington! «Non, je ne pourrais pas faire ce que fait Obama. Il y a trop d'idiots et de vieux hommes en politique. Ça prendrait une femme au pouvoir!» dit-elle en riant et en faisant allusion, de toute évidence, à Hillary Clinton. «Je suis contente que les choses changent. Si on passe d'un président noir à une femme présidente, on pourra finalement dire qu'on vit dans un vrai pays libre.»

En surface, Miley n'échappe pas à certaines contradictions: elle est une riche conductrice de Maserati qui aide des jeunes dans la rue, une féministe qui se dénude sur scène... Mais elle déborde de confiance en elle et refuse de se faire mettre dans une boîte. C'est rafraîchissant. Elle fait un gigantesque doigt d'honneur (en mousse) aux étiquettes et refuse de se laisser définir par l'idée que les gens se font d'une bisexuelle, d'une féministe, d'une activiste ou d'une party girl. Miley Cyrus, un exemple à suivre? Quoi qu'il en soit, le monde se porterait sûrement mieux si on écoutait un peu plus son message de tolérance et d'ouverture.

PLUS: Taylor Swift: De Nashville à New York

MILEY EN RAFALE

Son appli favorite «Brief Me. C'est une sorte de minijournal qui me permet d'être au courant de ce qui se passe dans le monde en cinq minutes.»

Le meilleur professeur qu'elle a eu «Mme Devere, ma prof de deuxième année. Elle a toujours cru en moi et m'a fait jouer dans des pièces de théâtre.»

Sa devise dans la vie «Sois heureuse, aime ce que tu fais. Fous-toi du reste, sans faire de mal à personne.»

À minuit hier soir... «J'étais soûle et je teignais des t-shirts en tie-dye

Le superpouvoir qu'elle souhaiterait avoir «J'aimerais pouvoir lire dans les pensées, pour voir quand les gens mentent effrontément.»

Dans son frigo, il y a toujours... «Des avocats et du lait d'amandes.»

Les mots qu'elle utilise trop souvent «Badass et dude

Son sport favori «L'ashtanga yoga. J'adore ça. Si j'avais à choisir une religion, ce serait ça. »

Le meilleur conseil qu'elle a reçu «Prends soin des gens.»

Son film préféré «Eternal Sunshine of the Spotless Mind et the Truman Show. J'aime beaucoup Jim Carrey.»

Son talent caché «J'adore créer et bricoler. J'ai créé la couverture de mon plus récent album et j'ai moi-même pris la photo qu'on y voit.»

La bande sonore de sa vie «Un album de Johnny Cash ou des Flaming Lips.»


Un conseil qu'elle aimerait donner aux jeunes «Accorde surtout de l'importance à ce que tu penses, et sache qu'il y a des choses bien plus importantes dans la vie que d'être beau physiquement.» 

PLUS: À quoi ressemblaient les pop-stars à leurs débuts?

PLUS SUR LA FONDATION HAPPY HIPPIE

En mai 2015, Miley Cyrus a lancé
la fondation Happy Hippie, qui a pour mission de lutter contre les injustices que subissent les jeunes sans-abri, les gens de la communauté LGBT et les autres personnes vulnérables de la société. «C'est la chose dont je suis le plus fière», affirme Miley. Et on comprend pourquoi: ici comme ailleurs, il y a encore beaucoup à faire.


À preuve, ces statistiques canadiennes:

- Chaque nuit, 6000 jeunes
 canadiens passent la nuit dans
 un refuge pour sans-abri.

- De 20 % à 40 % des jeunes canadiens dans la rue font partie 
de la communauté LGBT.

- Au Canada, aucune initiative d'hébergement ne répond aux besoins spécifiques des jeunes sans-abri de
 la communauté LGBT. Les refuges séparent les gens d'après le sexe attribué à la naissance, ce qui donne lieu à de graves problèmes de sécurité et de discrimination pour les personnes transgenres.
- À Montréal, les jeunes dans la rue
s ont 11 fois plus à risque de se suicider 
ou de mourir d'une surdose que les 
jeunes de la population générale.

À DÉCOUVRIR:
Shay Mitchell: superstar sur toutes les plateformes
Instagram: les clichés les plus indécents des fashionistas
Miley Cyrus en couverture de notre numéro avril 2014

Partage X
Célébrités

Rencontre avec Miley Cyrus: liberté, égalité et doigt levé!