Célébrités

Rencontre avec la mannequin Anaïs Pouliot

Denis Desro Photographe : Denis Desro Auteur : Elle Québec

Célébrités

Rencontre avec la mannequin Anaïs Pouliot

Organiser une séance photo pour une page couverture avec Anaïs Pouliot relève de l'exploit olympique. Vu le succès qu'elle connaît, la New- Yorkaise d'adoption a un horaire aussi chargé que celui d'un ministre. Par contre, une fois qu'on se trouve enfin en sa présence aux Hudson Studios, dans Chelsea, on comprend pourquoi elle est si en demande. Tout est tellement simple avec elle! D'une gentillesse désarmante et d'un professionnalisme exemplaire, la belle Québécoise irradie.

Visiblement épanouie à New York, amoureuse (son copain est le mannequin Daniel Hamaj), elle savoure aujourd'hui le fruit de plusieurs années de travail acharné. En cette belle journée ensoleillée, la top modèle se dit d'autant plus heureuse d'être photographiée par ELLE QUÉBEC qu'elle sait «que les gens que je connais vont voir le résultat de cette séance photo». Tout juste démaquillée, simplement vêtue d'un jean skinny gris et d'un t-shirt noir, elle se prête avec plaisir au jeu de l'entrevue à bâtons rompus.

Votre bien le plus précieux? Des chaussures à talons hauts signées Alexandre Birman que j'ai achetées pour participer à mes premiers castings. Je me souviens que j'avais appelé mon père pour lui demander si elles n'étaient pas trop chères! Depuis, ce sont mes escarpins chanceux; ils m'accompagnent à tous mes castings. Je me sens sûre de moi quand je les porte.

Votre plus grosse gaffe durant une séance photo? C'était lors d'une pub pour des chaussures. J'ai cassé le talon des souliers qu'on devait photographier! On a dû le recoller avec du scotch tape!

À LIRE: Anaïs Pouliot: une québécoise parmi les tops

Votre pire défaut? Je suis embarrassée par un rien. C'est bête, mais c'est comme ça.

Un accessoire qui vous fait craquer? Je viens de m'acheter un sac Chanel vintage des années 1980. Je suis tombée amoureuse de cette petite boîte noire carrée, super jolie et toute simple.

Votre séance photo la plus délirante? C'était à Los Angeles avec le photographe David LaChapelle. Il crée toujours des mises en scène un peu folles. J'étais entourée de trois garçons qui portaient des têtes de cheval et qui devaient sauter autour de moi en se prenant pour des animaux! C'était quand même assez drôle!

Un autre métier qui vous plairait? J'aimerais bien faire de la décoration d'intérieur ou être comédienne. Il y a des similitudes entre le mannequinat et le métier d'actrice. Dans les deux cas, on doit devenir quelqu'un d'autre devant la caméra.

Votre séance photo la plus exotique? Ça s'est passé au Costa Rica. Il y avait des singes, des serpents; c'était vraiment cool! Le matin, on se faisait réveiller par des singes hurleurs.

La pièce essentielle de votre garde-robe? Un jean skinny dans lequel je me sens parfaitement bien.

Une personnalité qui vous inspire? J'admire Angelina Jolie. C'est à la fois une mère modèle et une personne très engagée dans différentes causes humanitaires.

La dernière fois où vous vous êtes sentie vraiment heureuse? C'était à Noël. J'étais en Slovaquie, dans la famille de mon copain. C'était la première fois que je la rencontrais. J'ai découvert un nouveau pays et des gens au coeur d'or.

Votre plus grande crainte? Perdre des gens qui me sont chers.

La plus belle qualité chez un homme? Être passionné.

À DÉCOUVRIR:

Anaïs Pouliot: une québécoise parmi les tops 

Marc-André Grondin: l'incorruptible 

Commentaires
Partage X
Célébrités

Rencontre avec la mannequin Anaïs Pouliot