Célébrités
11 mars 2016

Maripier Morin: une hockey wife pas comme les autres

Par Elisabeth Massicolli
Maripier Morin: une hockey wife pas comme les autres

Leda & St.Jacques Auteur : Elle Québec Crédits : Leda & St.Jacques

Célébrités
11 mars 2016

Maripier Morin: une hockey wife pas comme les autres

Par Elisabeth Massicolli

Samedi, 9 h du matin. Au bout du fil, Maripier Morin est complètement réveillée et d’une bonne humeur contagieuse. Candide et sans retenue, elle nous parle du retour de l’émission de téléréalité Hockey Wives, de ses choix de carrière et de la façon dont elle entretient la flamme avec son amoureux, Brandon Prust.

Hockey Wives, l'émission de téléréalité dans laquelle on peut te suivre, recommence le 16 mars. Qu'est-ce que cette deuxième partie de la saison nous réserve?
Je ne veux pas dévoiler de surprises! (rires) Mais vous verrez certainement quelques trucs étonnants, par exemple; le cadeau de Noël que m'a fait mon copain, Brandon. Il m'a proposé de faire congeler mes ovules! Mon chum est à l'autre bout du pays, et je ne me sens pas prête à avoir des enfants maintenant, alors c'est une décision qu'on a prise ensemble - et qui risque de surprendre certains téléspectateurs. Sinon, c'est aussi dans cette partie de la saison qu'on apprend que Brandon a été rétrocédé dans les ligues mineures, aux États-Unis. Ça a été une année riche en émotions pour nous deux, disons!

Brandon Prust jouait pour les Canucks de Vancouver. Comme tu as mentionné, il a été rétrocédé et joue maintenant dans l'État de New York, dans les ligues mineures. Comment vivez-vous cette transition?
Pour lui, c'est plus difficile. C'est un coup pour son égo et son moral. Jouer dans les ligues mineures, c'est vraiment différent que de jouer dans la ligue nationale. En même temps, je crois que ça lui permet de remettre les choses en perspective et de se rappeler pourquoi il aime jouer au hockey. C'est facile de l'oublier, quand tu es dans la ligue nationale, parce que tout est glamour. Quand tu joues dans les mineures, il faut que tu aimes ça pour de vrai! (rires) Et puis, ça nous a rapprochés physiquement un petit peu! New York, c'est moins loin que Vancouver. Ça nous permet de nous voir plus souvent et c'est agréable. (NDLR: Le 10 mars dernier, Brandon Prust a mis fin à sa saison dans la Ligue Américaine de Hockey pour se remettre d'une blessure à la cheville.) Mais c'est sur que c'est une période difficile pour nous, mais ça nous rapproche. Les épreuves, on les vit à deux.

Martine Forget et toi êtes les deux seules Québécoises dans la série Hockey Wives. Sens-tu qu'il y a des différences profondes entre vous et les autres wives?
Pour ma part, je me sens un peu différente, oui, surtout parce que j'ai fait le choix de rester à Montréal et de continuer à travailler sur ma carrière - chose qui ne se fait pratiquement jamais dans le monde du hockey. La plupart des femmes de joueurs les suivent dans leurs déplacements. Mais moi, une relation à distance, ça ne me fait pas peur!

Et je ne suis vraiment pas la femme de joueur de hockey typique. (rires) Je suis l'anti-casting, même! Et ça donne lieu à des situations assez drôles. Par exemple, LG, le commanditaire de l'émission Hockey Wives, nous a envoyé des électros pour notre maison, en Ontario: four, frigo, laveuse, sécheuse... Et, même si je suis une maniaque de ménage, je suis complètement pourrie en cuisine. Durant la saison, on peut voir les autres wives cuisiner plein de bons petits plats et on me voit moi, pas du tout à l'aise dans une cuisine, en train de ca-po-ter parce que j'ai réussi à cuisiner des cupcakes! Les autres filles ont un peu ri de moi...

PLUS: 10 questions à Patrick Vimbor, styliste de Maripier Morin

Partage X
Célébrités

Maripier Morin: une hockey wife pas comme les autres