Célébrités

Le questionnaire Dompierre: rencontre avec Anne-Marie Withenshaw

Le questionnaire Dompierre: rencontre avec Anne-Marie Withenshaw

  Photographe : Stéphane Dompierre

Célébrités

Le questionnaire Dompierre: rencontre avec Anne-Marie Withenshaw

Vous voulez être accueilli comme une vedette rock dans un restaurant? Faites comme moi: entrez-y en compagnie d’Anne-Marie. Rencontre au sympathique Café Gentile, à Westmount.

Tu vas coanimer Indice UV avec Mario Tessier, une émission d’été sur les ondes d’ICI Radio-Canada Télé. J’imagine que ta seule semaine de vacances de l’année vient de s’envoler?

Tout à fait! Mais c’est pas grave! L’été dernier, je n’ai pas été beaucoup ici, et cette année j’avais envie de passer plus de temps à Montréal... Mon voeu a été exaucé! L’été du 375e anniversaire de la ville, en plus, ce n’est pas le temps de partir!

L’émission est de 16 h 30 à 18 h du lundi au jeudi. À ce moment-là, je ne ferais pas mieux de profiter de l’été plutôt que de regarder la télé?

Ben non! Tu peux faire les deux: on enregistre l’émission au marché des Éclusiers, sur le bord de l’eau dans le Vieux-Montréal. Viens prendre un cocktail! Viens profiter de l’été avec nous! On va cuisiner, parler de culture, recevoir des bands... Sinon, si tu es à la maison, on est diffusé en plein à l’heure du souper: ça te permet donc d’écouter nos suggestions culturelles en cuisinant et de profiter de l’été tout de suite après!

De quel aliment n’es-tu plus capable d’entendre parler? Du ka-lé? Des pôke bowls?

Hein? Hi là là! Ça se prononce «kail» et non «kalé», et «poké» et non «pôke»...

Je me fais chicaner!

Je fais ton éducation! (rires) Le poke bowl, sans blague, c’est super bon! Du poisson cru et plein de bons ingrédients frais. Sinon, le kale, oui, j’avoue que je suis un peu «à boutte», mais c’est pratique, ça pousse comme de la mauvaise herbe. C’est ultrarésistant, personne ne devrait en acheter à l’épicerie tellement c’est facile à faire pousser!

Sur le site web de l’émission de cuisine Signé M, de Louis-François Marcotte, j’ai trouvé ta recette de pain aux bananes. Une dame demande: «Je n’aime pas les bananes, par quoi pourrais-je les remplacer?»

Arrête... Tu me niaises? Madame, si vous n’aimez pas les bananes, je sais pas... vous devriez peut-être vous trouver une autre recette? Une dont l’ingrédient principal n’est pas la banane?

Sur Instagram, t’as mis environ une photo par jour depuis l’ouverture de ton compte en 2010… Quel est ton degré de dépendance aux réseaux sociaux?

Ah oui, hein? C’est beaucoup... Les réseaux sociaux m’amusent. Instagram reste mon préféré. Tu peux être niaiseux ou sérieux, il y a de la place pour ça. Je suis bien dans ce rapport-là. Facebook, je ne m’en sers pas beaucoup; avec les commentaires, ça dégénère trop vite. Et Twitter, je le consulte pour les nouvelles. Je m’en sors assez bien, je ne crois pas qu’un jour je vais avoir besoin de me déconnecter pour vaincre une dépendance.

Te souviens-tu de ta première photo sur Instagram?

Non! Tu l’as retrouvée?

Ça m’a pris du temps, mais oui: c’est la chanteuse Marie-Élaine Thibert qui tient un dragon fait en carottes.

(Éclat de rire) Oui, je me souviens! C’était dans le cadre du Guide resto Voir, on est allées manger dans un resto de sushis qui n’existe plus. Peut-être parce qu’ils s’occupaient davantage de leurs décorations d’assiettes que de la fraîcheur de leurs poissons...

Et parle-moi donc de la fondation Evenko, dont tu es un des membres fondateurs. C’est quoi, au juste?

C’est une petite fondation née il y a deux ans, qui encourage la persévérance scolaire grâce aux arts de la scène. Je trouve que pour beaucoup de jeunes, la pratique des arts peut être une belle bouée de sauvetage, une activité qui les aide à s’épanouir et qui, souvent, les empêche de décrocher. On le voit très bien, les résultats sont fulgurants!

 

Commentaires

Partage X
Célébrités

Le questionnaire Dompierre: rencontre avec Anne-Marie Withenshaw