Célébrités

La Mariana Mazza qu’on ne connaît pas

La Mariana Mazza qu’on ne connaît pas


 
Photographe : Leda & St. Jacques

Célébrités

La Mariana Mazza qu’on ne connaît pas

Mariana Mazza est tatouée, elle jure sans complexe et son humour cru réfère allègrement aux organes génitaux et à la sexualité. Néanmoins, derrière tous ces sparages se cache une artiste sensible, réfléchie et cultivée. Rencontre avec une fascinante jeune femme.

«Discrète» n'est certainement pas le qualificatif qu'on prêterait d’emblée à Mariana Mazza. Pourtant, attablée à son café de quartier, arborant une simple queue de cheval et une chemise en flanelle beige, on pourrait bien passer à côté d’elle sans la remarquer. Difficile à croire? Ajoutons que, tout au long de notre entretien, elle sera calme, à l’écoute, concentrée. Passionnée aussi, par moments. Mais tonitruante et surexcitée? Pas du tout. Une interlocutrice idéale, quoi! Chez qui l’on retrouve tout de même tout ce qu’on aime de l’humoriste d’origine arabo-latine de 27 ans: son franc-parler quasi légendaire, son féminisme viscéral ainsi que sa joie de vivre contagieuse.

Mariana avoue d’ailleurs d’entrée de jeu qu’elle exulte d’avoir été choisie comme cover-girl pour le ELLE Québec, que c’est un rêve qu’elle caressait depuis longtemps. «Pour moi, c’est une consécration en mode. J’ai toujours apprécié les couvertures du ELLE, et de m’y retrouver, ça me fait capoter!», dit-elle joyeusement. Car, on l’aura remarqué, la fringante brunette possède un look unique en son genre. Et cette originalité, elle la cultive depuis toujours. «J’adore porter des vêtements que personne d’autre ne peut avoir, sans dépenser une fortune. Avant, je fouinais constamment au Village des Valeurs et je mettais de l’argent de côté pour faire la tournée des magasins vintage de Toronto. Maintenant que je gagne assez bien ma vie, je continue de courir les friperies, mais un peu plus haut de gamme. Chez Ruse, sur Saint-Laurent, par exemple. Ils m’appellent une fois par semaine pour me dire qu’ils ont reçu telle ou telle pièce, ou un kimono, parce qu’ils savent que j’adore ça!» Le fantasme avoué de cette singulière fashionista? Proposer, lorsqu’elle aura franchi le cap des huit décennies, sa propre exposition regroupant les vêtements originaux qu’elle aura accumulés. Un peu à la manière d’Iris Apfel!

null

  Photographe: Leda & St. Jacques

MANGE, LIT, AIME

Il n’y a pas que la mode qui procure à Mariana Mazza des frissons de plaisir. Lorsqu’on lui demande ce qui la rend heureuse, elle répond sans détour ni embarras: «Manger! Une pizza partagée entre amis, une bouteille de vin... Pour moi, c’est mieux qu’un orgasme. Et ce n’est pas une joke!» C’est d’ailleurs son amour pour la nourriture qui l’a guidée sur le chemin de l’acceptation de soi. «Quand j’étais petite et que j’allais à la piscine, en maillot de bain, je me disais: je sais que j’ai un bon ventre, mais j’ai tellement hâte de rentrer à la maison pour manger! Il n’était pas question que je me prive. Et puis, à un moment donné, un déclic s’est produit. Je me suis demandé: mais qu’est-ce que ça changerait si j’étais mince? Est-ce que ça améliorerait ma personnalité? Non. Est-ce que j’aurais plus de choses à dire? Non. Est-ce que j’aurais plus de style? Non, parce que j’ai trouvé une façon de m’habiller qui me ressemble. Est-ce que ça changerait mon sourire? Ma face? Non. En plus, j’ai la chance d’en avoir une belle!», lance-t-elle en riant.

La demoiselle au langage coloré expose son raisonnement avec l’aisance d’une juriste experte de la plaidoirie. C’est qu’on a affaire à une véritable intello! Ou, à tout le moins, à une lectrice invétérée. «Je suis obsédée par la lecture depuis que je suis enfant. Pour me punir, ma mère m’empêchait d’aller à la bibliothèque – où je pouvais rester des heures. J’explorais tous les livres, même ceux pour adultes... Je trouvais ça tellement cool de me dire que là-dedans, il y avait l’histoire de plein de gens.»

Et ce penchant ne s’est jamais démenti. Encore aujourd’hui, l’humoriste accorde une place prépondérante à la lecture, notamment quand sa vie professionnelle s’avère prenante. Lorsqu’elle doit livrer son spectacle plusieurs fois en peu de temps, il n’est pas rare qu’elle s’immerge dans un bouquin quelques heures avant d’entrer sur scène. Et les effets des mots et des récits sont immédiats: «Quand je passe l’après-midi à lire, je suis plus présente mentalement lorsque je performe. Ça aide mon cerveau à se délier, je sens que je m’exprime mieux.»

Mariana croit profondément au pouvoir de la littérature, estimant qu’elle parvient à changer la vie de ceux qui s’y intéressent. Elle-même, après avoir lu la tétralogie L’amie prodigieuse, d’Elena Ferrante, a repris contact avec plusieurs amies perdues de vue au fil des années. «Ces livres m’ont ouvert les yeux. Ils m’ont fait réaliser à quel point l’amitié féminine est précieuse. Il n’y a rien de plus beau – et de plus vulgaire! – qu’un souper de filles... parce qu’on peut tout se dire!»

null

  Photographe: Leda & St. Jacques

DE SURPRISES EN SURPRISES

Étonnante, cette Mariana, lorsqu’on apprend à la connaître. Et le processus est loin d’être terminé, car son second spectacle – dont elle poursuit l’écriture en ce moment – ne manquera pas de révélations. «Un premier show sert à présenter tes différentes facettes: les gens te découvrent. Dans le deuxième, tu peux être plus spécifique. Une fois que le public t’a adoptée, tu peux en montrer davantage.» L’humoriste promet d’aborder, entre autres, ses multiples voyages autour du monde qui, selon elle, comportent chacun au moins une anecdote hautement rocambolesque.

Mais il y a fort à parier que ce futur spectacle, tout comme Femme ta gueule qu’elle promène partout au Québec depuis 2016 avec un succès magistral, ne connaîtra pas de seconde vie sur DVD; cela va tout à fait à l’encontre des principes de l’humoriste. «Ce que je fais n’est pas destiné à une consommation rapide et facile. Prends le temps! Saute dans la douche, parfume-toi, fais garder tes enfants, stationne-toi, bois une bière, décompresse. C’est ce que je veux! Lorsque le rideau se ferme, j’ai envie que tu en discutes avec la personne qui t’accompagne. C’est ça, l’art, pour moi. Il faut prendre le temps de le consommer, de l’apprécier, de le partager.» Il en va de même, à ses yeux, pour les autres disciplines artistiques tels la musique ou le cinéma: une bonne partie de la portée d’une œuvre réside dans la qualité d’écoute du téléspectateur et dans l’expérience qu’il en retire. «Ça n’a pas l’air d’être mon genre, mais j’aime les soi- rées de poésie, et celles consacrées à jaser de nos lectures. J’adore être entre humains et parler de ce que d’autres humains ont réalisé», confie celle qui n’hésite pas à interpeler directement les membres du public ayant l’outrecuidance de manipuler leur téléphone pendant son spectacle!

Prendre le temps de bien faire les choses, de vivre chaque moment – de son cours de tennis privé hebdomadaire aux nombreux films qu’elle va voir sur grand écran – lui tient particulièrement à cœur. Cette faculté de se concentrer sur l’instant présent, d’être complètement absorbée, l’aurait sans doute bien servie dans le métier qu’elle pensait peut-être exercer avant de faire carrière en humour: intervenante en toxicomanie. «La drogue et les dépendances, c’est un univers qui est très loin de moi, mais qui me fascine», dit-elle. Et c’est sans compter son aisance naturelle à entrer en relation avec l’autre, comme elle l’exprime elle-même sans fausse modestie: «Je mets les gens en confiance assez vite! Ils ont rapidement l’impression qu’ils ne parlent pas à la fille qu’ils voient sur scène, mais à la vraie Mariana.» Et cette fille, à la fois simple et complexe, contemplative et exubérante, gagne franchement à être connue.

Commentaires

Partage X
Célébrités

La Mariana Mazza qu’on ne connaît pas