Célébrités

Julie Le Breton, Amanda Seyfried et Anna Gavalda, les stars du mois

Par

Auteur : Elle Québec

Célébrités

Julie Le Breton, Amanda Seyfried et Anna Gavalda, les stars du mois

Par
Son visage est aussi lumineux que son jeu est intense et précis. Julie Le Breton joue la séductrice infanticide de Huis clos, de Jean-Paul Sartre, aux côtés de Pascale Bussières et de Patrice Robitaille. La talentueuse comédienne commente pour nous trois aphorismes de l'auteur et philosophe français.

1. «L'enfer, c'est les autres» Les autres ne sont pas l'enfer en soi; c'est quand on ne peut se soustraire à l'autre ou quand notre rapport à l'autre est tordu que ce dernier devient l'enfer.

2. «La modestie est la vertu des tièdes» Je ne suis pas d'accord du tout. Je crois qu'on peut être très enflammé, très passionné et posséder une humilité sincère qui ne nous rend que plus intéressant.

3. «La vie, c'est une panique dans un théâtre en feu» Pour moi, la vie n'est ni une course effrénée ni une fuite, mais la contemplation et l'appréciation du moment présent. Je suis probablement moins angoissée que Sartre... (Du 9 mars au 3 avril au TNM, www.tnm.qc.ca) SOPHIE POULIOT

 

 

Amanda Seyfried, l'étoile montante

ASeyfried.jpgUne longue chevelure dorée, de grands yeux bleus et une bouche en coeur parfaitement dessinée... Oui, cette jeune actrice nous dit bien quelque chose. Et pour cause! Amanda Seyfried a donné la réplique à Meryl Streep dans Mamma Mia!, puis s'est frottée à la sulfureuse Megan Fox dans Jennifer's Body. Cette année, la star montante apparaîtra dans trois productions.

Dear John

La femme de 24 ans et le séduisant Channing Tatum s'aiment et se déchirent dans cette adaptation d'un roman de Nicholas Sparks.

Chloe

Atom Egoyan lui a confié le rôle d'une escorte qui sème la zizanie au sein d'un couple interprété par Julianne Moore et Liam Neeson.

Letters to Juliet

Son personnage s'engage dans une course folle aux quatre coins de l'Italie pour aider un amour perdu à renaître. Bellissimo! (Sortie prévue le 14 mai)
VÉRONIQUE ALARIE

Photos: Marc Montplaisir (J. Le Breton); amandaseyfried.net (A. Seyfried)

 

Gavalda.jpgPage suivante: Trois questions à Anna Gavalda 

 

 

 


Trois questions à ANNA GAVALDA

Ses romans se vendent par millions, sont traduits dans près de 40 langues... et inspirent les cinéastes. Après l'adaptation d'Ensemble, c'est tout et de Je l'aimais, elle a décidé de s'y mettre elle-même et planche sur un scénario original. Elle prépare aussi deux romans pour les jeunes, dans l'esprit de son très apprécié 35 kilos d'espoir.

Pas de grosse brique en vue pour l'ex-enseignante de français qui vient de faire paraître un petit roman réjouissant comme tout, L'échappée belle (Le dilettante). L'histoire de quatre frères et soeurs adultes qui, le temps d'une escapade, feront fi des convenances et s'offriront une journée au goût d'enfance.

 

L'échappée belle était d'abord une nouvelle écrite pour un public restreint: les abonnés de France Loisirs. Il s'agit maintenant d'un court roman accessible à tous. Quelle est la différence entre les deux versions?

Gavalda.jpgJe n'ai pas «allongé» le texte, je l'ai simplement un peu étoffé en donnant plus de profondeur à mes personnages: un geste, une réflexion, un
détail... Et puis j'ai retravaillé la forme, comme un professeur de français qui relirait un devoir ancien et qui corrigerait les "trop long", les "mal dit" et les "peu clair". Disons que c'est la même histoire, mais que je l'ai un peu astiquée avec de la cire pour la faire briller!

 

Il y a une certaine nostalgie du cocon familial dans ce livre. Gardez vous un certain regret de votre enfance, de votre jeunesse au sein de votre propre famille?

La nostalgie est la grande force et la grande faiblesse des écrivains... Si nous la ressentions moins, nous préférerions vivre nos vies plutôt que de raconter des histoires. Je suis nostalgique de tout, de la moindre seconde perdue, du moindre geste esquissé, de la moindre parcelle d'émotion vécue ou à vivre. Mais, en vérité, sur le plan pratique, je suis trop curieuse de voir mes enfants grandir et de découvrir les histoires qu'il me reste à écrire pour gémir sur le passé. Je n'ai pas la nostalgie de mon enfance, car je suis toujours très proche de mes frères et de ma soeur, et parce que nos propres enfants reprennent nos bêtises exactement là où nous les avions laissées!

La fratrie, la famille sont-elles un hameau pour vous?

Tous les gens que j'aime représentent pour moi un hameau, et que nous soyons ou non de la même famille est tout à fait secondaire. Sa vraie famille, on la trouve le long du chemin...

DANIELLE LAURIN

 Photo: Éditions Le Dilettante

 

Isabella.jpgÀ lire: Isabella Rossellini fait de la porno écolo

Commentaires
Partage X
Célébrités

Julie Le Breton, Amanda Seyfried et Anna Gavalda, les stars du mois