Travail
8 oct. 2015

Noémie Dupuy: redéfinir la conciliation travail-famille

Par Violaine Charest-Sigouin, Manon Chevalier, Marie Lambert-Chan

Charles Briand Auteur : Elle Québec Crédits : Charles Briand

Travail
8 oct. 2015

Noémie Dupuy: redéfinir la conciliation travail-famille

Par Violaine Charest-Sigouin, Manon Chevalier, Marie Lambert-Chan

La preuve: depuis que Noemie et ses deux associés, Michael Elman et David Lipes, ont créé leur compagnie d'applications pour enfants qui met en scène Dora l'exploratrice ou Bob l'éponge, il y a maintenant cinq ans, ils n'ont reçu à peu près aucune démission. Un tour de force dans une industrie aussi compétitive que celle des jeux vidéo.

Peut-être est-ce dû au fait que les employés de Budge Studios ne sont pas tenus de faire des heures impossibles, comme c'est la norme dans le milieu des nouvelles technologies. «Il arrive que nos employés restent au bureau plus tard. Mais, quand c'est le cas, plutôt que de nous réjouir, nous leur posons la question: comment faire en sorte que ça n'arrive plus? Et ce, qu'ils aient des enfants ou non.» Cette jeune entrepreneure de 42 ans a elle-même deux fillettes de sept et six ans, et avoue ne jamais faire d'heures supplémentaires ni travailler la fin de semaine. «J'adore mon emploi et j'adore ma famille. C'est important pour moi de passer du temps avec elle. Je pourrais travailler plus, mais j'ai fait le choix de ne pas le faire.»

PLUS: Travail: les conseils de pro pour être au top!

Selon elle, une entreprise a peu de chances d'innover si elle force ses employés à devenir des workaholics. «Comment peut-on être créatif lorsqu'on passe 90 heures par semaine devant son ordinateur? C'est impossible. Tandis que des employés curieux, qui aiment profiter de la vie et voyager, arriveront au bureau la tête pleine d'idées.» Cette philosophie ne nuit-elle pas à la performance de cette jeune start-up? Au contraire: au cours des deux dernières années, les 25 applications créées par Budge Studios ont été téléchargées plus de 110 millions de fois, ce qui en fait le deuxième éditeur d'applications pour enfants dans le monde, après Disney. «Si on a autant de succès, c'est parce qu'on a une équipe extraordinaire », déclare celle qui se qualifie d'éternelle optimiste. «Maintenant, notre but, c'est de devenir numéro un. Mais, pour y arriver, il faut battre Disney... C'est un beau défi!» Avec une boss aussi inspirante, qui n'aurait pas envie de croire aux contes de fées?  

À DÉCOUVRIR:
Pascale Pageau: changer le milieu, pas l'emploi
Le perfectionnisme, un vrai défaut!
Faut-il avoir honte d'être ambitieuse? 

Mots-clés
Partage X
Travail

Noémie Dupuy: redéfinir la conciliation travail-famille