Reportages
18 déc. 2013

Chronique de Stéphane Dompierre: de l'amour sous le sapin

Par Stéphane Dompierre

Daniel Cianfarra Auteur : Elle Québec Crédits : Daniel Cianfarra

Reportages
18 déc. 2013

Chronique de Stéphane Dompierre: de l'amour sous le sapin

Par Stéphane Dompierre

Vous venez de rencontrer quelqu’un et vous ignorez si c’est la bonne personne pour vous? Comme c’est le temps des Fêtes, vous le saurez très vite. Cette période de l’année apporte son lot d’épreuves et, surtout, vous confronte aux valeurs de l’autre. Ça commence habituellement au moment où vous vous demandez dans quel coin du salon vous installerez le sapin. Les réactions seront diverses. Le révolté ne voudra pas de sapin et vous fera un long discours sur ce symbole outrageant de la société de consommation. L’écolo vous proposera l’horrible machin synthétique et chambranlant qu’il a hérité de ses grands-parents et qui sent la boule à mites. Si votre homme n’a rien contre un sapin naturel, tout n’est cependant pas réglé. Il voudra l’acheter dans un marché public, ou il préférera s’emparer d’une hache pour aller le chercher au fond des bois. De quoi transformer une simple emplette en une salissante expédition de plusieurs jours.

À LIRE: Chronique de Stéphane Dompierre: les filles sont spéciales

Quand vous aurez enfin clos ce dossier, vous verrez que vous n’êtes qu’au début de votre calvaire. Parce qu’ensuite, il y aura l’achat des cadeaux. C’est à ce moment-là que vous découvrirez que votre nouvel homme est un acheteur compulsif qui se ruine en présents coûteux jusqu’à ce que son banquier l’appelle. Ou encore que c’est un être méthodique qui respecte sa liste à la lettre et qui fera 20 boutiques pour trouver la poupée Barbie maîtresse d’école en rupture de stock. Votre homme pourrait aussi être un radin qui offre la même chose à tout le monde, parce que c’est moins cher quand c’est vendu en paquet de 12, ou un obsédé des jouets équitables, éducatifs et désespérément ennuyants. Il arrive aussi que l’homme manque tout simplement d’imagination. Votre amour pour lui sera mis à rude épreuve lorsque vous déballerez un panier de savons ou un gâteau aux fruits.


 

Le temps des Fêtes engendrera aussi de puissants conflits d’horaires. Après avoir attaché les enfants de l’un et de l’autre sur le siège arrière, vous ferez la tournée du Québec en 24 heures selon un itinéraire très précis: «Ma famille le matin, ton grand-père le midi, tes parents le soir, mes grands-parents le lendemain...» Laval, café; Beauport, café; Sherbrooke, café; Rimouski, maux de ventre. Autre surprise: le comportement de votre amoureux changera radicalement lorsqu’il retournera dans sa famille. Il sera renfermé, agité, il boira trop, marmonnant que la crèche n’est pas à l’endroit où lui aimait la mettre quand il était petit. Ou encore il sera souriant et volubile, assis par terre, entouré d’enfants attentifs à qui il révélera un terrible secret: le père Noël qui arrivera dans quelques minutes est un oncle alcoolique, déguisé, qui a perdu son permis de conduire après avoir frappé un renne.

Le temps des Fêtes fait parfois sortir le pire de nous-même. Votre amoureux s’avère finalement un radin paranoïaque, narcissique et alcoolique? Évidemment, vous ne le quitterez pas tout de suite. Qui veut passer le mois de décembre seul? Résolution du Nouvel An: rompre avant la Saint-Valentin.

 

À LIRE:
Chronique de Stéphane Dompierre: on ne m'a rien dit...
Chronique de Stéphane Dompierre: femme de rêve
Chronique de Stéphane Dompierre: tous égo
Partage X
Reportages

Chronique de Stéphane Dompierre: de l'amour sous le sapin