Société

Que penser du scandale de Jian Ghomeshi? Partie 2

Elle Québec
Société

Que penser du scandale de Jian Ghomeshi? Partie 2

[caption id="attachment_16588" align="aligncenter" width="432"] Photo: George Pimentel/Getty Images Photo: George Pimentel/Getty Images[/caption] Contrairement à ma collègue Martina , je n’ai pas d’a priori favorable à l’égard de Jian Ghomeshi - par ici pour lire son billet à ce sujet. Pour la simple raison que je n’écoute pas la radio. Martina m’avait pourtant déjà dit toute l’admiration qu’elle a (avait?) pour cet animateur hors pair. J’aurais dû suivre son conseil et me mettre aux podcasts. Parce que maintenant, peu importe qu’il soit coupable ou pas, Jian Ghomeshi est marqué au fer rouge. Si les allégations dont il est l’objet sont confirmées, sa carrière au complet sera fichue. Et si ces allégations sont infirmées, sa carrière sera fichue de toute façon. Quelle crédibilité aurait-t-il? Tout ça pour quelque chose qui s’est passé dans sa chambre à coucher. C’est Pierre Elliot Trudeau qui doit se retourner dans sa tombe, lui, qui, il y a déjà près d’un demi-siècle, disait que «l’État n’avait rien à faire dans les chambres à coucher de la nation». Les employeurs non plus, pourrait-on ajouter. Je ne sais pas si Jian Ghomeshi est coupable de ce qu’on lui reproche. Mais je trouve qu’on est prompts à jeter l’anathème sur les hommes dès qu’il est question de sexualité. Oui, certains des gestes reprochés à Jian Ghomeshi ont pu faire sursauter. Surtout si on pense que le BDSM, c’est des chatouillis avec une plume sur fond de musique classique comme dans Fifty Shades of Grey. Ça peut être moins gentil que ça. Ça peut être violent. Mais tant que ça se fait entre adultes consentants, ça ne nous regarde pas. Et puis, ne soyons pas hypocrites. Ne pouvait-on pas lire dans La Presse+ de samedi dernier que la moitié des Québécois ont des fantasmes sadomasochistes? Ai-je tiqué quand j’ai entendu dire qu’il aurait giflé une de ses maîtresses? Non. Et quand j’ai entendu dire qu’il en aurait frappé une autre à coup de poing? Oui. Totalement. Comme quoi, tout ça est très subjectif. Les limites des uns ne sont pas forcément les limites des autres. Cela étant dit, y avait-il réellement eu consentement entre Jian Ghomeshi et ces femmes? Consentement éclairé, je veux dire? Il y a un protocole à suivre quand on pratique le BDSM. Il faut commencer par discuter des limites de chacun, justement. Instaurer l’utilisation d’un safe word, un mot qui signifie clairement les limites du «dominé». (Et dans le cadre du BDSM, «non» est rarement un safe word. «Théière», c’est déjà mieux.) Et il faut vérifier durant les ébats si les deux partenaires sont toujours confortables. L’animateur dit que tout ça a été fait. Celles qui l’accusent affirment le contraire. Qui a raison? S’agit-il de BDSM qui a dérapé? Ou le BDSM sert-il ici de justification à des gestes violents? Jian Ghomeshi a-t-il utilisé sa notoriété pour commettre des actes violents envers des femmes? Ou, pour une raison qui nous échappe, ces femmes se sont-elles concertées pour détruire la réputation d’un des animateurs les plus estimés du pays? Je n’ai pas la réponse. J’aimerais juste qu’on attende de connaître les faits avant de condamner cet homme. À DÉCOUVRIR: C'est mon histoire: «50 nuances de Grey a changé ma vie!» Féministe le jour, soumise la nuit
Commentaires
Partage X
Société

Que penser du scandale de Jian Ghomeshi? Partie 2