Société

Les héritières de Sheryl

Par
Elle Québec
Société

Les héritières de Sheryl

Par
Sheryl Sandberg Facebook leading woman Je ne me souviens pas qu’un livre de la catégorie business ait été lu par autant de femmes de mon entourage que Lean in (En avant toutes), de Sheryl Sandberg. Des copines me citent constamment des extraits du bestseller de la directrice générale de Facebook, comme s’il s’agissait d’un guide de croissance personnelle ou mieux encore, de Mange, prie, aime, d’Elizabeth Gilbert. La sixième femme la plus puissante du monde, selon le magazine Forbes, n’enseigne pourtant pas dans son livre les «3 façons de grandir et de savourer la vie au maximum » – en faisant la tournée des trattorias en Italie. Elle raconte son parcours et donne des conseils à celles qui souhaitent grimper les échelons et propulser leur carrière. «Cessez d’avoir peur», les exhorte-t-elle avec force et enthousiasme. «Saisissez les occasions au lieu de refuser les promotions sous prétexte que vous n’êtes pas tout à fait prête. Ne gommez pas le fait que vous êtes une femme (en dissimulant le plus possible, par exemple, votre grossesse). Assumez le fait que vous voulez une carrière ET des enfants. Choisissez un conjoint pour qui le partage des tâches ne sera pas un problème à la maison», etc. Vous allez dire que bien d’autres femmes avant Sheryl Sandberg ont traité de ces sujets dans un livre. Je vous répondrai qu’aucun ouvrage de ce genre ne s’est écoulé à plus d’un million d’exemplaires sur la planète et n’a été traduit en 25 langues (bientôt 30). Mieux: aucun n’a donné naissance à des réseaux d’entraide entre femmes dans plus de 50 pays (cliquez sur leanin.org pour en savoir plus). Comment expliquer ce succès? Par la crédibilité de l’auteure, de même que sa capacité à avouer ses faiblesses, explique Kenza Bennis dans son article «Carrière: c’est le temps de s’affirmer!» (à lire en p. 143 du ELLE Québec d'octobre). Vous savez comment nous, les femmes, aimons présenter une image parfaite de nous? À quel point nous voulons paraître fortes, inébranlables aux yeux du monde (et surtout des hommes avec lesquels nous travaillons)? Eh bien, Sheryl Sandberg n’a que faire de la carapace qui nous enveloppe et nous protège. Elle reconnaît candidement souffrir du syndrome de l’imposteur et avoir du mal à accepter le succès. Elle admet sa crainte de ne pas être à la hauteur. Elle confie qu’elle jongle avec son horaire comme une acrobate de cirque lorsqu’arrive 17 h 30 et qu’elle doit s’extirper du bureau pour s’occuper de ses enfants. Alors, si elle, Mme Wonderwoman, ressent tout ça, on a bien le droit, nous, d’être angoissées. Parmi les choses que Sheryl Sandberg écrit et qui m’ont le plus touchée, il y a le passage où elle dit à quel point nous avons du mal à nous mettre à l’avant-plan. Si vous saviez le nombre de femmes journalistes de mon âge – pas compétentes, supracompétentes! – que j’ai vues refuser une chronique à la radio ou à la télé parce qu’elles ne se sentaient pas assez ferrées sur un sujet – je m’inclus dans le lot –, vous seriez découragées. Ce qui me rassure, c’est que mes jeunes collègues à ELLE Québec, qui ont plus confiance en elles que moi à leur âge, osent se mettre en danger, ne serait-ce qu’en chroniquant de temps à autre à la télé. Je souhaite que, dans 10 ou 20 ans, ce soit leur nom qui figure à côté du poste de présidente ou de vice-présidente principale dans le cartouche du magazine. Ces filles seront les dignes héritières de Sheryl Sandberg. D’ici là, je vous invite à lire ce numéro du tonnerre, à commencer par notre dossier «Récolte d’automne» (à lire en p. 114 du ELLE Québec d'octobre), dans lequel vous découvrirez les artistes qui font battre notre coeur à la rentrée. Vous aimerez, je crois, notre entrevue avec le jeune acteur Joseph Gordon-Levitt, qui s’est entretenu – en français! – avec ma consoeur Violaine Charest-Sigouin (la chanceuse!), et celle avec Claire Danes, la star de la sérieculte Homeland, dont la deuxième saison est diffusée à Télé- Québec (à lire en p. 128-135 du ELLE Québec d'octobre). Et j’ai hâte que vous découvriez nos reportages mode, notamment celui mettant en scène des «coureuses des bois» (à découvrir en p. 180 du ELLE Québec d'octobre). C’est un des plus magnifiques que nous ayons publiés cette année. Je vous souhaite un automne rempli de couleurs.   Photo: Getty Images
Commentaires
Partage X
Société

Les héritières de Sheryl