Société
28 févr. 2014

La panne de désir des mères: de l’infidélité?

Par Kenza Bennis
Elle Québec
Société
28 févr. 2014

La panne de désir des mères: de l’infidélité?

Par Kenza Bennis
[caption id="attachment_11661" align="aligncenter" width="433"] Une mère avec son bébé Tout l'amour d'une mère (photo: Gettyimages)[/caption] Vous avez perdu tout intérêt pour votre vie sexuelle depuis l’arrivée des enfants? Certains spécialistes appellent ça de l’infidélité… Dans notre dossier sur l’infidélité, publié dans notre numéro de mars, on évoque les nouvelles formes de cyberinfidélité, comme le flirt sur Facebook, les sextos, etc. Mais il existe aussi d'autres formes d’adultère, dont celle, très particulière, dont nous a parlé la psychothérapeute Isabelle Tilmant, auteure du livre L’infidélité au féminin. Il s'agit de «l’infidélité non sexualisée», qui se manifeste lorsqu'une femme porte toute son affection sur ses enfants. «Dans ce cas, la femme risque d’envoyer à son conjoint le message qu’il n’existe plus à ses yeux en tant qu’homme», explique-t-elle. «Dans certains couples, poursuit-elle, les deux conjoints pratiquent cette infidélité non sexualisée: le mari fait alliance avec son ordinateur (auquel il reste scotché jour et nuit!) et la femme n'agit plus qu'en tant que mère de ses enfants.» Le psychologue François St Père, auteur de L’infidélité, un traumatisme à surmonter, n’est toutefois pas d’accord avec cette vision. «Ce n'est pas de l’infidélité, car cela n’implique ni trahison, ni traumatisme, dit-il. On appelle plutôt cela du surinvestissement parental.» Et vous, qu'en pensez-vous?
Partage X
Société

La panne de désir des mères: de l’infidélité?