Société

Règle de survie #2 pour les belles-mères: développer des affinités avec les enfants

Par
Elle Québec
Société

Règle de survie #2 pour les belles-mères: développer des affinités avec les enfants

Par
[caption id="attachment_16189" align="aligncenter" width="640"] Ma première note d'amour de la part du petit dernier. Cela dit, il avait fait la même pour le chat Pouki. Ma première note d'amour de la part du petit dernier. Cela dit, il avait fait la même pour le chat Pouki.[/caption] Vous êtes tombée amoureuse d’un charmant garçon, qui est accessoirement aussi papa de deux charmants ados? Bienvenue dans mon monde et dans celui de milliers de Québécoises. Voici la 2e règle à respecter pour devenir belle-mère sans capoter. Règle no 2: Vous n’êtes pas obligée de les adorer, mais de les aimer oui, un peu du moins. Répétez-vous cette phrase comme un mantra. Déjà, ça vous enlève de la pression (car il se peut que dans la gang, il y en ait un que vous ayez particulièrement envie d’escagasser dès le départ) et ça permet de moins culpabiliser. Avec le temps, vous développerez des affinités (ou pas) avec ces enfants. Cela dit, mon expérience me prouve qu’il faut un peu les aimer. Si vous les détestez, oubliez-ça! Votre vie (personnelle, de couple, de famille) sera un enfer. Et à moins qu’ils ne soient les enfants du démon, les enfants méritent d’être aimés, parce qu’ils sont des enfants, tout simplement. Sauf s’il met un serpent dans votre lit… mais c’est une autre histoire. Découvrez la règle de survie no 1: soyez vous-mêmes PLUS: Moi, Mélanie F., 36 ans et belle-maman C’est mon histoire: belle-mère à 21 ans
Commentaires
Partage X
Société

Règle de survie #2 pour les belles-mères: développer des affinités avec les enfants