Société

Édito de février 2015: «Dans l'aura des stars»

Par
Elle Québec
Société

Édito de février 2015: «Dans l'aura des stars»

Par
Marilou Alexandre Champagne Trois fois par jour ELLE Québec 2015Lors de ma récente participation à une émission de radio, l’animateur m’a demandé comment c’était de «côtoyer les grandes stars pendant les défilés». En 20 ans de mode pour ELLE QUÉBEC, j’ai effectivement eu le privilège d’être en contact permanent avec les vedettes durant les séances photo du magazine. Mais une fois arrivé aux défilés de Paris, de New York ou de Milan, j’avoue que c’est une autre histoire! Souvent assis juste derrière des célébrités, je peux percevoir l’odeur de leur fixatif et saisir des bribes de leurs conversations. Il m’est arrivé de frôler l’avant-bras de Rihanna dans la cohue. J’ai même ramassé le carton d’invitation que Beyoncé avait laissé tomber par terre en s’assoyant. J’ai aussi pu voir de très près Jennifer Lawrence (éblouissante), Melanie Griffith (terrifiante avec son triple lifting), Demi Moore (époustouflante), Hilary Swank (encore plus sublime en vrai qu’à l’écran), Renée Zellweger (avant ses abus de bistouri), Mariah Carey (un tantinet vulgaire), Nicole Kidman (très, très grande), Julianne Moore (au teint rayonnant), Jessica Chastain (toujours souriante) et Lupita Nyong’o (renversante de beauté). Et cette saison, j’ai même apercu Kanye West et la famille Kardashian au grand complet. Mais autrement, n’approche pas les VIP qui veut! Cela dit, je me souviens encore du moment où, durant un défilé de Fendi, une main féminine, ornée d’un diamant gros comme le Ritz, s’est négligemment posée sur mon siège. C’était celle de Sharon Stone, que j’ai à peine reconnue. Car bien qu’elles soient splendides, décevantes ou toujours plus petites qu’on se l’imagine, les stars finissent immanquablement par apparaître sous leur vrai jour... et devenir simplement humaines dès qu’on les voit en personne. À ces défilés qui attirent le gotha international, le but de notre présence, à nous les journalistes de mode, c’est d’abord de couvrir l’évènement en faisant connaître les dernières créations des designers. Bref, ce sont les collections qui nous excitent, pas les actrices en vue! À ce propos, saviez-vous que les célébrités invitées sont payées à prix fort pour briller de tous leurs feux au premier rang? Et qu’elles arrivent à la toute dernière minute, quelques secondes avant le début du show, vêtues de pied en cap par le designer dont elles viennent faire mousser la cote de popularité sur la planète fashion? Entourées de leur garde du corps, de leur attaché de presse et de leur clan amical ou familial, elles deviennent instantanément la proie des photographes. Vous imaginez bien qu’il est impossible de les approcher... et encore moins de leur parler! Une fois le défilé terminé, les célébrités se faufilent en vitesse vers les coulisses, entourées de leur cour. Bonne chance à ceux qui souhaitent les prendre en photo! Heureusement, on peut espérer se rattraper aux soirées privées des designers, auxquelles les plus grandes stars de la musique sont invitées à se produire. J’ai eu le bonheur d’assister à quelques-unes d’entre elles. Résultat? J’ai vu une performance de Prince à la fête de Versace, d’Amy Winehouse à celle de Fendi et de Donna Summer à la soirée de Dolce & Gabbana. Sans compter toutes les personnalités que j’ai eu l’occasion d’y croiser. Elles vous accorderont volontiers la permission de réaliser un selfie en leur compagnie – autopromotion oblige –, mais de là à entamer une conversation, on peut toujours rêver! Alors, quand on me demande quel effet ça me fait de côtoyer les stars dans les défilés, je me contente de sourire. Car, entre nous, dire que je les «côtoie» me semble un bien grand mot. Suivez-moi sur Instagram pour mes clichés en coulisses des défilés!
Commentaires
Partage X
Société

Édito de février 2015: «Dans l'aura des stars»