Société

Édito de décembre: «Mes Fêtes en mou»

Par
Elle Québec
Société

Édito de décembre: «Mes Fêtes en mou»

Par
Maripier Morin ELLE QuébecJ’attends toujours le congé du temps des Fêtes avec impatience. Il faut dire que, étant donné le métier que nous exerçons, mon équipe et moi arrivons à grand-peine au soir du 24 décembre en un seul et même morceau. Vertes comme au mois de février, grippées, épuisées par la production des volumineux numéros d’automne et d’hiver, et par la préparation de ceux du printemps et de l’été, cernées en raison des nombreux cocktails auxquels nous sommes conviées du 15 novembre au 15 décembre (ça, par contre, je ne m’en plains pas!), nous sommes loin de ressembler à des top modèles à la veille du congé. Du coup, même si je ne suis pas une grande fan de Noël, il m’arrive de fantasmer sur la période des Fêtes parce que je vais ENFIN pouvoir m’affaler sur mon canapé, habillée en mou, le chat sur les genoux, avec la zapette, mon iPad et une tasse de thé chaud à portée de main. Vous m’entendez d’ici pousser un soupir de soulagement et de contentement? À cette époque de l’année, j’ai la fâcheuse habitude de dresser une interminable to do list. Une liste pleine de bonnes intentions qui ne se concrétiseront pas. Ainsi, je prévois jogger chaque jour, mitonner de savoureux petits plats santé, incarner au quotidien le retour au effortlessly chic, version Michael Kors, emballer mes cadeaux façon Martha Stewart, lire tous les romans que j’ai compulsivement achetés au cours des six derniers mois, en plus de visionner un lot de séries trop bien sur Netflix. Dans la vraie vie? Je vais plutôt m’affaler sur mon canapé, faire des biscuits aux gamins (et en manger la moitié sous prétexte qu’ils sont trop brûlés), me gaver de soupe Lipton (la vraie, celle qui contient beaucoup de sodium), emballer mes cadeaux tout croche avec du papier journal (parce que c’est plus écolo, mais surtout parce que je n’ai pas envie de me forcer), m’abrutir devant Keeping Up with the Kardashians et flâner en linge mou. Je ne sortirai que pour faire l’épicerie ou me rendre aux partys de famille. Oui, c’est ça que je vais faire. Pour la magie du temps des Fêtes, on repassera... mais pour mon bonheur, c’est fichtrement plus réaliste! Toute l’année, on est en mode performance. Et il faudrait soutenir ce rythme intense jusque dans la préparation de nos tourtières? Non mais, ça va pas la tête? Cette année, la performance, je la mets en veilleuse. Je prône le retour au mou. Maripier Morin, la papesse du style, a elle aussi un tiroir de vêtements moches et informes. Elle l’avoue du reste sans ambages dans l’entrevue qu’elle nous a accordée (p. 94). Personnellement, ça me rassure de savoir que la blonde de Brandon Prust s’habille parfois en mou, même si je suis certaine que sa définition du mot est plus stylée que la mienne. C’est d’ailleurs une des choses que je veux vérifier pendant le live chat que nous organisons avec elle au début du mois de décembre. Au cours de ce clavardage, je serai confortablement installée sur mon canapé. Ai-je besoin de vous préciser comment je serai habillée? PLUS SUR NOTRE COVERGIRL: Ses adresses restos préférées à Montréal et New York Entrevue avec Patrick Vimbor, styliste de Maripier Que trouve-t-on dans la valise de Maripier VIDÉOS: En coulisses de la séance photo avec Maripier Les essentiels beauté de Maripier La routine beauté de Maripier Maripier Morin live chat Facebook ELLE Quebec
Commentaires
Partage X
Société

Édito de décembre: «Mes Fêtes en mou»