Société
20 janv. 2014

Christine St-Pierre, Mélanie Joly et Maria Mourani: "il faut se bagarrer en politique!"

Par Kenza Bennis
Elle Québec
Société
20 janv. 2014

Christine St-Pierre, Mélanie Joly et Maria Mourani: "il faut se bagarrer en politique!"

Par Kenza Bennis
[caption id="attachment_9850" align="aligncenter" width="650"] Conférence TAM Mélanie Joly, Maria Mourani et Christine St-Pierre avec les étudiantes de TAM (Ton Avenir en Main)[/caption] Samedi dernier, j’ai assisté à une conférence donnée par l’ex-candidate à la mairie de Montréal, Mélanie Joly, la députée fédérale Maria Mourani et la députée provinciale Christine St-Pierre sur les femmes et la politique. Elle était organisée par l’atelier Ton Avenir en Main (TAM), dont le but est de former des étudiantes de 15 à 17 pour qu’elles puissent devenir les leaders de demain. La conférence faisait partie d’une de leurs trois fins de semaine de formation (lesquelles portent sur le leadership, la communication, la gestion du temps et des priorités). Les 15 jeunes filles allumées que j’ai vues seront-elles vraiment des dirigeantes un jour? Je n’en ai aucune idée, mais je peux vous dire qu’elles sont visiblement sur la bonne voie. Cet après-midi-là, elles ont fait l’accueil, animé la conférence (dans les deux langues!), pris des photos et n’ont pas eu peur d’aborder les gens pour leur expliquer le programme TAM et leur projet personnel (organiser un spectacle, une conférence sur la santé mentale des jeunes, etc.). Tout ça avec beaucoup de professionnalisme, d’assurance et de sourires. De la drive, il y en avait aussi pas mal sur l’estrade. Les trois panelistes étaient passionnées par leur métier et ça s’entendait. «J’ai toujours su que j’allais faire de la politique car dans ma famille, on en parlait tous les jours, a confié Christine St-Pierre. Après 30 ans de journalisme, j’ai eu envie de participer à la société par des actions concrètes.» «La politique, c’est un très beau chemin pour aider les autres», a dit Maria Mourani. Moi, j’ai toujours rêvé de changer le monde, et c’est ce que j’essaye de faire. Bien sur, c’est un idéal. Mais pour faire de la politique, il faut 1000 % d’idéal car c’est un monde très cruel.» «C’est vrai que ces attaques peuvent être un frein pour les femmes car ce n’est pas notre façon de fonctionner, a poursuivi Maria Mourani. Mais ces règles de jeu, instaurées par des hommes depuis des siècles, sont celles d’aujourd’hui et on doit apprendre à faire avec.» «La politique, c’est comme une game de hockey: on est sur la glace et on nous demande de scorer. Il faut être prête à se bagarrer. C’est d’ailleurs justement pour changer ces façons de faire que les femmes doivent être plus nombreuses en politique!», a rajouté Christine St-Pierre. «Elles doivent aussi prendre leur place dans ce domaine car les décisions que les politiciens prennent concernent tout le monde: les hommes comme les femmes. On doit donc être là quand on décide pour nous!» «C’est vrai que tous les politiciens ont des blessures, a renchéri Mélanie Joly. Mais je crois que plus il y aura de femmes en politique, moins il y aura de partisannerie et de politique politicienne.» C’est tout le bien qu’on se souhaite… à nous, et à toutes ces jeunes leaders en herbe. (Jeudi prochain, je vous parlerai des qualités nécessaires pour être une bonne politicienne.)  
Partage X
Société

Christine St-Pierre, Mélanie Joly et Maria Mourani: "il faut se bagarrer en politique!"