Société

Baby-boum au ELLE

Par
Elle Québec
Société

Baby-boum au ELLE

Par
En 1999, lorsque je suis arrivée à ELLE QUÉBEC, je pouvais compter sur deux doigts le nombre de mes consœurs au magazine qui avaient des enfants. Nous ressemblions toutes, ou à peu près, à la caricature de la jeune professionnelle dynamique et sans attaches. Quatorze ans plus tard, le magazine vit un baby-boum. Après Kenza, qui est devenue maman d’une petite fille, Anbar, en août 2011, Marie a accouché de son deuxième enfant, Adèle, à l’automne 2012, suivie d’Emmanuelle, qui a donné naissance à Léonard juste avant Noël. Puis Vanessa nous a annoncé en février qu’elle attendait youhou! un bébé. Et voilà qu’il y a deux semaines Véro est débarquée dans mon bureau en sautillant: «Suis enceiiiiiinnnnte!» Hummm… je soupçonne qu’il existe ici une chaise enchantée sur laquelle s’assoient mes jeunes collègues pour stimuler leurs hormones et multiplier leurs chances de grossesse. Elles sont maintenant huit à la rédaction à être maman (ou sur le point de l’être…). Ça veut dire que nous participerons bientôt à une tonne de showers (yé, j’adore acheter des vêtements pour bébé!). Et qu’il nous faudra produire le magazine tout en gérant la multitude de rhumes, de gastros et de rendez-vous chez le médecin qui s’en viennent. D’ailleurs, ça a déjà commencé. Mardi, Kenza est arrivée en retard parce que Anbar avait toussé toute la nuit. Aujourd’hui, Vanessa doit quitter à 13 h 30 pour aller passer son échographie. La semaine dernière, notre patronne et directrice de marque Sandra a amené son petit Noah tout fiévreux au bureau, un matin, avant d’aller le déposer chez sa grand-mère au milieu de l’après-midi. Il lui est aussi arrivé d’aller cueillir ses enfants à la garderie à 17 h, de les déposer à la maison auprès de leur père et de revenir au bureau… après! Il y a une dizaine d’années, je côtoyais une gestionnaire qui ne voulait plus engager de mères de famille «parce qu’elles nuisaient à la productivité», disait-elle. Je trouvais ça odieux (c’est le mot), et je ne me gênais pas pour lui dire. Aujourd’hui, c’est à mon tour… En tant que maman poule, je suis folle de joie à l’idée de voir tous ces bébés. En tant que rédactrice en chef, par contre, je sais que ça va être un sacré défi de gérer une équipe de jeunes mamans. Pourquoi? Parce que malgré tous les beaux discours, les normes de performance de nos entreprises sont pas mal incompatibles avec la conciliation travail-famille… N’empêche, je vais tout faire pour m’adapter et permettre à mes collègues de réussir cette fameuse conciliation travail-famille. Souhaitez-moi une grande ouverture d’esprit, la faculté de m’adapter à toutes les situations et beaucoup, beaucoup de support de mon entreprise et de ses dirigeants. Votre employeur est-il un modèle en termes de conciliation travail-famille? On veut connaître votre histoire!  
Commentaires
Partage X
Société

Baby-boum au ELLE