Société
9 déc. 2013

3 raisons d'aimer Amy

Par Martina Djogo
Elle Québec
Société
9 déc. 2013

3 raisons d'aimer Amy

Par Martina Djogo
I'm-Gone--a-film-about-amy- Mère de famille, chanteuse et ex-héroïnomane, Amy est le personnage central d'un nouveau documentaire tourné par deux jeunes Montréalaises. 3 raisons de s'y intéresser. 1.    C'est une h é ro ï ne n é e C'est un petit bout de femme au verbe coloré, à l'humour décapant, et à la belle voix rauque quand elle susurre ses chansons folk. Amy a 52 ans, trois enfants, une vie pas très rangée, et une personnalité plus grande que nature. C'est aussi une ex-héroïnomane, qui se bat tous les jours pour rester sobre. Être héroïnomane, c'est presque être condamné d'avance: d'après les statistiques, presque aucune personne dépendante de cette drogue dure ne réussit à rester sobre au-delà d'une année. Amy, elle, refuse de s'avouer vaincue. C'est une survivante, une battante. 2. Son histoire m é rite d' ê tre racont é e Comme la vie d'Amy est un roman, ce n'était qu'une question de temps avant que quelqu'un décide d'en faire un film. Deux jeunes cinéastes, Geneviève Philippon et Julie Bourbonnais, s'y sont attaquées. Caméra tournée vers cette Amy tantôt gouailleuse, tantôt touchante de fragilité, les documentaristes l'ont suivie de Montréal en Nouvelle-Écosse, alors qu'elle s'y rendait entourée de son groupe et de ses proches pour enregistrer un album. Entre l'immensité du paysage et les moments d'intimité, les images qui en ont résulté, visibles sur la bande-annonce, sont magnifiques. 3. Elle est un exemple d'un nouveau genre de financement Le seul hic? Le film dont je vous parle n'existe pas encore. Les images sont en boîte, mais le montage reste à faire. Et les fonds manquent. C'est pourquoi l'équipe a lancé une campagne Kickstarter. En gros, l'idée est de solliciter la contribution des proches, des intéressés, de toute personne passionnée par le sujet, pour réunir l'argent nécessaire pour compléter le projet. C'est un nouveau genre de financement «participatif», dont le principe est de ne pas attendre le feu vert des institutions pour avancer. Moi j'ai eu envie de contribuer à ce projet, centré sur une femme, et porté par des femmes. Et vous? Pour contribuer, c'est ici.
Partage X
Société

3 raisons d'aimer Amy