Tendances
24 oct. 2011

Une robe de designer pour mon mariage? Oui, je le veux!

Par Emmanuelle Martinez-Curvalle

Auteur : Elle Québec

Tendances
24 oct. 2011

Une robe de designer pour mon mariage? Oui, je le veux!

Par Emmanuelle Martinez-Curvalle

S'il y a un jour où une femme a envie de se sentir belle et rayonnante, c'est bien celui de ses noces! Et quelle future mariée ne rêverait pas qu'un designer qu'elle aime lui crée une robe sur mesure selon ses goûts, son style et sa morphologie?

Vous serez sans doute enchantées de savoir que c'est non seulement possible, mais qu'une telle robe ne revient pas forcément plus cher que celles qu'on trouve dans les boutiques spécialisées. Comment ça marche et combien ça coûte? Nous avons mené notre enquête auprès de plusieurs designers montréalais. Voici le mode d'emploi pour devenir leur muse immaculée le temps d'une journée!

Les designers: ce qu'il faut savoir
Si vous choisissez de confier la conception de votre robe de mariée à un designer, c'est que vous aimez ses créations. Si certaines clientes s'en remettent totalement à l'inspiration de ce dernier pour imaginer leur tenue, la grande majorité arrive à la première rencontre avec une idée assez précise en tête.

Dès lors, le rôle du designer est de conseiller la future mariée et d'orienter ses choix en fonction de sa morphologie et de son style. C'est pourquoi tous considèrent la première consultation comme l'occasion idéale d'en apprendre un maximum sur les goûts et la personnalité de la cliente. «J'ai besoin qu'elle me fasse entrer dans son univers esthétique», résume le créateur Duy.

Cela dit, même si le designer est là pour vous aider à faire se matérialiser la robe qui vous correspond, il ne faut pas oublier qu'il possède un style qui lui est propre, une signature, et qu'il y restera fidèle. Comme le souligne Travis Taddeo, dont les créations sont axées sur la simplicité: «Si vous voulez une tenue très travaillée avec des broderies et des froufrous, ce n'est pas moi qu'il faut consulter.»

Photo: Défilé DUY (Imaxtree.com)

 

Combien de temps cela nécessite-t-il?

Sachez que si vous souhaitez vous parer d'une robe sur mesure, il faut vous y prendre à l'avance. Comptez six mois en moyenne avant le jour J, ponctués d'au moins quatre rencontres qui incluent le rendez-vous initial et des essayages.

Votre chéri et vous avez opté pour un mariage express et vous ne disposez pas d'autant de temps? Certains designers, comme Helmer, offrent ce service dans un délai plus court. «On peut faire quelque chose en trois semaines, même si dans mon cas, l'idéal est de trois mois.» Même chose pour Nadya Toto qui, contrairement à la plupart des créateurs, préfère qu'on la consulte tout au plus deux mois avant le jour du mariage.

Les étapes

De façon générale, le processus se compose d'au moins quatre étapes qui s'étalent sur quatre à neuf mois, selon les designers.

Première visite: La cliente rencontre le créateur et lui parle de son style, de ses goûts, de ses inspirations. Vous avez des photos pour donner une idée de ce qui vous plaît? Parfait. Vous ne savez pas trop ce que vous désirez? Pas de problème. Le designer est là pour vous guider, vous conseiller et soumettre des suggestions. Parfois, tout peut partir d'un détail: un film, une dentelle, une ambiance, une matière. C'est un rendez-vous primordial lors duquel vous ne devez pas hésiter à mentionner ce que vous aimez et, surtout, ce qui ne vous convient pas.

Deuxième visite: Elle a généralement lieu environ un mois après la première. Le créateur présente des croquis, propose des matières et prend vos mesures. C'est souvent à ce moment-là qu'on établit un devis, qui dépend de la complexité de la robe et des matériaux dont elle sera composée. La plupart des clientes arrêtent leur choix sur l'un des croquis dès ce rendez-vous. Mais même lorsque c'est le cas, Sonia Leclair, la designer d'Anomal Couture, préfère leur accorder du temps pour méditer leur décision. «Je laisse au moins un mois d'intervalle entre la deuxième et la troisième rencontre, car il arrive que des clientes changent d'envie et d'avis en cours de route. C'est la robe de leur vie; il faut qu'elles soient sûres de leur choix!»

robe-mariage-nadiatoto-400.jpgTroisième visite: La cliente voit la toile de la robe qu'elle a choisie. Cette étape permet de visualiser la coupe et le modèle sur soi. Même si la nature du tissu peut influencer la chute de la tenue sur la silhouette, cela donne une bonne idée du résultat final. Si le matériau définitif n'a pas été choisi précédemment, le designer soumet d'autres échantillons de tissus. C'est lors de ce rendez-vous qu'on décide des finitions (longueur des bretelles, profondeur du décolleté, etc.) et des modifications à apporter.

Quatrième visite: C'est l'essayage de la «vraie robe» et l'occasion de procéder aux dernières retouches. C'est pourquoi la date de cette rencontre est en théorie assez proche de celle du jour J et dépend beaucoup de la cliente. Votre poids a varié? Vous souhaitez changer un détail? C'est maintenant ou jamais. S'il n'y a rien à corriger, vous repartez avec votre robe. Sinon, un ultime rendez-vous sera nécessaire pour l'essayage final!

Notez que des designers qui proposent des délais plus courts, comme Helmer ou Nadya Toto, réduisent le processus à deux ou trois rencontres.

Photo: Création de Nadia Toto (Suzy Lamont)

 

Le prix

Comptez un budget moyen de 2 500$. Les matériaux utilisés et la complexité de la robe sont les deux critères qui font grimper le prix. Mais tous les créateurs ne partent pas sur les mêmes bases. Voici, à titre d'exemple, la liste non exhaustive des designers montréalais qui offrent ce service, les tarifs qu'ils proposent* et les coordonnées pour les contacter.

*Les prix mentionnés sont les tarifs de base et ils n'incluent pas les matériaux (tissus, agrafes, boutons, etc.).

Nous remercions Anomal Couture, Duy, Helmer, Nadya Toto et Travis Taddéo pour leur précieuse collaboration.

Photo: Défilé DUY (Imaxtree.com) 


À DÉCOUVRIR: 10 robes de mariées tendance 2011

 

 

Partage X
Tendances

Une robe de designer pour mon mariage? Oui, je le veux!