Tendances

Rencontre avec Max Abadian, le photographe des stars

Rencontre avec Max Abadian, le photographe des stars

Max Abadian au Festival Mode & Design Auteur : Manon Chevalier

Tendances

Rencontre avec Max Abadian, le photographe des stars

Cindy Crawford, Jennifer Lawrence, Rita Ora et Gigi Hadid : Max Abadian a capté les plus grandes stars et les top modèles les plus en demande pour les Vogue, Vanity Fair, InStyle et la famille du ELLE. On l’a saisi au vol pendant la tenue du Festival Mode & design de Montréal, où il a donné une conférence fort courue. Le photographe se confie ici sur son métier, le pouvoir de l’image et des femmes… 

Quel a été le déclencheur de ta passion pour la photo?
Enfant, j’étais fasciné par les magazines de mode de ma mère. Puis, à 10 ans, mon père m’a offert mon premier appareil-photo. Très vite, je me suis mis à croquer ma famille, les fleurs et les rues de mon quartier. Dix ans après, j’ai acheté un autre appareil-photo, puis je n’ai jamais arrêté de saisir des images.

Qu’est-ce que tu cherchais à capter?
La beauté. La beauté sous toutes ses formes. C’est encore mon moteur aujourd’hui.

À quoi sert la photo, aujourd’hui? Richard Avedon pour lequel tu as un vive admiration disait que «le rôle du photographe consiste à être intensément attentif à son sujet, car quelque chose de précieux peut arriver à tout moment. Est-ce que cela a une résonance en toi?
Pour moi, la raison d’être de la photo tient dans le dialogue qui s’établit entre un certain sujet – ça peut être une pop star ou une top modèle – et celui qui la regarde. Tout est une question de regard. Et mon rôle, c’est de permettre à la personne qui pose pour moi d’exprimer pleinement une partie d’elle-même.

PLUS: Rencontre avec Kym Barrett, conceptrice de costumes, au Festival mode & design

Tes photos de stars et de mannequins révèlent la plupart du temps une féminité pleinement assumée, voire très sexy…
Absolument. Et pour la simple raison que la mode, c’est sexy en soi, point final. À mes yeux, la photo de mode est le versant sexy de la photographie. Et puis, j’aime montrer des femmes qui ont confiance en elles, qui sont sexy et en pleine possession de leurs moyens. C’est d’ailleurs cette étincelle d’intelligence et d’aplomb que je cherche à saisir à chaque fois que je prends une femme en photo – qu’elle soit une actrice hollywoodienne ou une top-modèle.

Dans un monde consensuel, où triomphe parfois à tort de politically correct, c’est important de repousser les limites, selon toi?
C’est essentiel! Plus que jamais aujourd’hui, notre travail est balisé par le monde de l’entreprise, qui cherche constamment à vendre un produit. Résultat, cela contraint la liberté de création. Or, cette latitude est vitale dans notre métier…

Pourquoi avoir choisi de t’établir à Montréal, alors que le monde t’ouvre grand ses portes?
On a de la chance de vivre à Montréal! C’est une ville facile à vivre et ouverte sur le monde. Et comme père de trois enfants – Lucca, 11 ans, Val,  10 ans et Roya, 5 ans –, je me dois de leur donner l’occasion de grandir dans un milieu où l’on parle deux langues et où l’on est exposé à deux cultures. Pour moi, la vie au Québec et au Canada, c’est un plus! Sur le plan professionnel, je suis heureux d’être en contact avec les immenses talents qu’on trouve ici, au Québec!

À part la mode, as-tu un autre type de photo en tête?
J’aimerais bien réaliser une série de photo avec des danseurs et des danseuses de ballet. Ça me permettrait de moins me concentrer sur les vêtements et davantage sur l’anatomie et la grâce du mouvement.

PLUS: 10 choses à savoir sur Tracey Norman, première mannequin noire transgenre

À 49 ans, quel regard poses-tu sur ton travail?
Très critique! Je ne suis jamais entièrement satisfait de mes photos, car j’ai le sentiment que je pourrais toujours faire mieux. Mais j’avoue que lorsque je regarde les photos que j’ai prises à mes débuts, je ne les trouve pas si mal, après tout! (rires)

Mais en même temps, c’est cette exigence redoutable, synonyme de travail exceptionnel, qui t’a propulsé là où tu es aujourd’hui…
En effet! Le travail bien fait parlera toujours de lui-même, je crois.

 

EN COUVERTURE

Max Abadian a réalisé les pages couvertures parmi les plus belles de ELLE QUÉBEC. Il commente ses trois préférées.

 

 

Sarah-Jeanne Labrosse Max Abadian couverture ELLE Québec

Janvier 2016 / Crédit: Max Abadian

Sarah-Jeanne Labrosse

«Dès qu’elle est entrée dans le studio, j’ai été séduit par sa grande beauté et son look de Parisienne des années 60. C’est ainsi que j’ai voulu la montrer: totalement glamour…»

 

Karine Vanasse ELLE Québec couverture

Mars 2016 / Crédit: Max Abadian

Karine Vanasse

«Karine est une actrice fabuleuse et cela se ressent dans son travail devant l’objectif. Elle est ouverte, elle propose des idées de poses et elle peut tout faire!»

 

Marilou et Alexandre Champagne Max Abadian

Février 2015 / Crédit: Max Abadian

Marilou et Alexandre Champagne

«C’est un couple jeune qui a beaucoup de succès, et que j’aime beaucoup. Je trouvais intéressant de montrer Marilou sous un angle sexy – un peu loin de son image de girl next door – car c’est une vraie bombe!»

 

À DÉCOUVRIR:
Une première Semaine de la Mode Numérique à Montréal
5 conférences à voir au Festival Mode & Design
Les coulisses de notre séance photos avec Caroline Dhavernas

Commentaires
Partage X
Tendances

Rencontre avec Max Abadian, le photographe des stars