Tendances
7 août 2014

Entrevue exclusive avec Nathalie Rykiel

Par Emmanuelle Martinez-Curvalle

Auteur : Elle Québec

Tendances
7 août 2014

Entrevue exclusive avec Nathalie Rykiel

Par Emmanuelle Martinez-Curvalle

1. Pouvez-vous nous parler de votre rôle au sein du Festival Mode et Design?

Je suis très honorée d'avoir été choisie pour être présidente d'honneur et très heureuse de venir à Montréal, où je ne suis passée qu'une seule fois il y a longtemps et trop brièvement. En ce qui concerne le Festival, j'attends de le découvrir mais je suis séduite par le concept d'organiser un évènement mode à ciel ouvert, où se mêlent les professionnels et le public. Cela correspond vraiment à l'image que je me fais des québécois, des gens gais, vivants et pas snobs. C'est très rafraîchissant. Sur un plan plus personnel, mon rôle est celui d'une observatrice mais je vais également donner une conférence, à la suite de laquelle se déroulera une séance de signature de mon livre.

2. Connaissez-vous des designers québécois?

J'apprécie énormément les artistes québécois reconnus internationalement, comme Robert Charlebois, Carole Laure. Je suis également fan de Xavier Dolan dont j'ai très envie de voir le dernier film, Mommy. Mais je ne connais pas les designers, que j'ai hâte de découvrir, et j'ai été touchée par tous les témoignages de sympathie que j'ai reçus suite à l'annonce de ma venue à Montréal.

3. Quel rôle occupe la mode dans votre vie?

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, elle n'y occupe pas une place prépondérante. La mode est une industrie fascinante, qui fait vivre beaucoup de gens et dont on ne connaît que la partie visible de l'iceberg. Mais au-delà du glamour et des paillettes, il y a le travail ardu des artisans de l'ombre. C'est un milieu passionnant et à la fois, ce n'est que de la mode. Il y a mille autres choses intéressantes dans la vie telles que la lecture, l'écriture, la politique, les arts en général et tout ce qui se passe dans le monde. Je me vois comme une femme de modes, au pluriel. Ce qui m'intéresse avant tout, c'est le travail autour de cette industrie.

> FMD: notre entrevue exclusive avec Garance Doré

4. Comment imaginez-vous la femme québécoise?

Je déteste généraliser mais les québécoises que je connais sont des femmes fortes, intenses, très vivantes, tout le contraire de la femme éthérée. J'ai le sentiment que la québécoise est active, s'assume et vit pleinement. Toutes celles que j'ai rencontrées m'ont paru authentiques, avec une part affirmée de féminité et de masculinité. Je trouve ça formidable.

5. On sent que la sensualité est quelque chose de très présent dans votre carrière. Qu'est-ce qu'une femme sensuelle pour vous?

Une femme sensuelle dégage, selon moi, quelques chose qui n'est pas forcément visible au premier abord. C'est une façon de se comporter, mais ça peut être une voix, une façon de se tenir, de rire, de bouger. Ce n'est pas parce qu'on a une grosse poitrine qu'on est sensuelle. La sensualité est plus subtile, c'est une attitude. Et elle aussi importante que la séduction, le mystère ou l'humour. C'est un mélange de petites choses qui font qu'une femme ou un homme m'attirent.

6. Quel est le meilleur conseil qu'on vous ait donné?

D'avancer, quoi que les gens disent ou pensent. Ça ne veut pas dire qu'on peut se comporter avec un manque de considération ou d'égard pour les autres. Il faut respecter une certaine élégance morale et éthique. Mais l'idée est de ne pas se sentir freiné ou paralysé par le regard des gens.

7. Et le meilleur conseil mode?

D'apprendre à connaître son corps, l'apprivoiser et miser sur ses atouts plutôt que sur ses complexes. Suivre la mode qui nous va et non celle qui nous est dictée.

8. Quel parfum portez-vous?

En ce moment, je change. J'ai été fidèle pendant longtemps mais là, je papillonne. En ce moment, je porte une eau de Cologne. Juste avant, je portais le parfum Bal d'Afrique, de Byredo.

9. Pour vous, quelle est la plus belle qualité chez l'homme et la femme?

J'aime la fiabilité, l'idée qu'on puisse compter sur les gens. C'est pour moi une qualité rare et primordiale. D'ailleurs, j'aime votre question car généralement, on demande ce qu'on préfère chez l'homme, puis chez la femme, en marquant la distinction, alors qu'une qualité est universelle et n'a donc pas de genre. J'aime donc les gens fiables en général.

À DÉCOUVRIR:
Entrevue avec Ying Gao, designer à découvrir au FMD 2014
Les designers du FMD Collections sont dévoilés
KQK, Rudy Bois et NEMRÄC: trois designers québécois à découvrir

Dossier: Festival Mode & Design 2014

Partage X
Tendances

Entrevue exclusive avec Nathalie Rykiel