Shopping
8 mai 2014

Je magasine dans le confort de mon Montauk

Par sandraabirashed
Elle Québec
Shopping
8 mai 2014

Je magasine dans le confort de mon Montauk

Par sandraabirashed
Own_The_Couture Je suis tombée sous le charme de Chicago, de Boston et de New York. Pas uniquement parce que j’aime le mariage de l’architecture moderne avec des façades classiques, les restaurants de renommée mondiale et les belles pistes pour la course à pied. J’adore ces villes parce qu’elles abritent également une de mes boutiques de vente en consignation préférées: Second Time Around. Bonne nouvelle pour moi (et mon chum)! Plus besoin de prendre l’avion ou de faire un road trip de six heures pour dénicher de superbes articles vintage à petit prix. Il y a quelques semaines, une boutique virtuelle haut de gamme de vente en consignation a ouvert ses portes: OwnTheCouture.com (OTC). Une nouvelle option non seulement pour acheter des pièces vintage dans le confort de mon Montauk… mais aussi pour vendre mes «multiples» pièces griffées (je rêve)! Caroline Reny, fondatrice et PDG d’OTC, a accepté de répondre à nos questions et de nous expliquer le fonctionnement du site OwnTheCouture.com. Caroline_Reny D’où vous est venue l’idée d’OTC? Je suis une grande magasineuse en ligne depuis assez longtemps. Ma mère m’a initiée au concept des boutiques de seconde main quand j’avais 20 ans. Mes parents habitaient en Europe, et c’est très courant là-bas: les femmes vendent leurs vêtements et leurs accessoires et en achètent de nouveaux dans des boutiques d’occasion. Par exemple, elles y déposent leur sac Burberry et repartent avec un sac Prada. Le concept n’est pas nouveau, mais au Canada, OTC est le seul site à se consacrer à 100% à la vente d’articles mode de seconde main. Quelques sites semblables vendent des produits d’occasion, mais ce n’est pas la cible de leur business. Quel est votre premier souvenir mode? Ma mère m’a offert le premier carré Hermès qu’elle s’est acheté dans les années 1970. On habitait en France à l’époque. Elle avait adopté ce foulard de soie comme beaucoup de Françaises. Elle me l’a donné quand j’étais dans la vingtaine, et je l’ai encore aujourd’hui… Il est comme flambant neuf. C’est la preuve que les objets haut de gamme, les objets griffés, sont de très bonne qualité et ont droit à une seconde vie. Ils peuvent être réinventés pour les générations à venir. C’est un peu le concept d’OTC. Quel est le processus pour vendre une robe ou un accessoire? Les vendeurs sont des gens qui consomment énormément et qui veulent souvent se débarrasser de certaines choses. On propose un service VIP à ceux qui ont cinq articles ou plus à vendre. On se déplace à domicile, on prend les pièces en laissait une liste d’inventaire, puis on les apporte au bureau pour la prise de photos. On s’occupe de la gestion, de la mise en ligne, de la vente et de la livraison. Les vendeurs reçoivent 60% du prix de vente final. On offre ce service parce qu’on sait que plusieurs personnes ne veulent pas être vues dans une boutique de seconde main. On veut respecter leur intimité. À LIRE Cinq trucs pour repenser sa garde-robe ce printemps Comment porter le crop top Qui sont les créateurs de tendances?
Partage X
Shopping

Je magasine dans le confort de mon Montauk