Mode

Quand le luxe rencontre le fast food

Elle Québec
Mode

Quand le luxe rencontre le fast food

[caption id="attachment_12329" align="aligncenter" width="433"] Défilé automne-hiver 14-15 de Moschino (image: Imaxtree) Défilé automne-hiver 14-15 de Moschino (image: Imaxtree)[/caption] Des sacs à logo McDonalds chez Moschino, un cabas avec le tigre de Frosted Flakes chez Anya Hindmarch, des boîtes en carton de restaurant chinois chez Kate Spade… Y aurait-il une histoire d’amour entre la mode et le fast food? En février dernier, pendant la Fashion Week de Milan, le toujours provocant Jeremy Scott a imaginé pour Moschino des robes rétro évoquant les uniformes des serveuses de diners des années 1950. C’était kitch, c’était flash (du jaune et du rouge primaire à profusion), et c’était surtout accompagné de sacs à main décorés d’un logo jaune rappelant à s’y méprendre le M de McDonald’s. Il n’en fallait pas plus pour semer la controverse. D’anciens employés de la chaîne américaine ont dénoncé ce qu’ils jugeaient comme une collection indécente, en égard aux salaires minimums qui ont cours dans l’industrie du fast food. Pendant que les employés de McDo sont payés 7,25$ de l’heure et peinent à joindre les deux bouts, les petits sacs matelassés de Moschino, eux, se vendent comme des petits hamburgers chauds à 1,265 $… Cela dit, la collection imaginée par Jeremy Scott s’intitulait justement Fast Fashion, et s’évertuait à subvertir certains des logos les plus connus des dernières années: il n’y avait pas là que celui de McDo, mais aussi des références à Hershey’s, SpongeBob, Froot Loops… Pas surprenant de la part d’un designer qui est passé maître dans l’art de mêler l’humour, l’ironie, le street art et la culture pop, dans des collections qui repoussent souvent les limites du bon goût! [caption id="attachment_12330" align="aligncenter" width="433"] Quand la mode rencontre SpongeBob SquarePants, au défilé Moschino (image: Imaxtree) Quand la mode rencontre SpongeBob SquarePants, au défilé Moschino (image: Imaxtree)[/caption] [caption id="attachment_12331" align="aligncenter" width="433"] Un chocolat Hershey's transformé en robe? C'est meilleur pour la ligne... (image: Imaxtree) Un chocolat Hershey's transformé en robe? C'est meilleur pour la ligne... (image: Imaxtree)[/caption] Mais Jeremy Scott n’était pas le seul créateur à avoir fait un rapprochement entre maroquinerie de luxe et industrie alimentaire. Chez la designer Anya Hindmarch, de grands cabas chics étaient décorés d’images tirées des cartons de céréales Kellogg’s. Chez Kate Spade, les sacs à mains carrés ressemblaient comme deux gouttes d’eau aux cartons dans lesquels on emballe les plats pour emporter des restaurants chinois. Même Chanel s’y est mis: le dernier défilé orchestré par Karl Lagerfeld était présenté dans un immense supermarché chic recréé de toutes pièces. [caption id="attachment_12332" align="aligncenter" width="432"] Les Frosted Flakes chez Anya Hindmarch (image: Imaxtree) Les Frosted Flakes chez Anya Hindmarch (image: Imaxtree)[/caption] [caption id="attachment_12333" align="aligncenter" width="432"] Un sac à main aux allures de boîte en carton de resto chinois, chez Kate Spade (image: Imaxtree) Un sac à main aux allures de boîte en carton de resto chinois, chez Kate Spade (image: Imaxtree)[/caption] [caption id="attachment_11893" align="aligncenter" width="450"] Le supermarché chic de Chanel Le supermarché chic de Chanel[/caption] Mini courant ou tendance de fond? Chose certaine, la mode de l’automne prochain sera calorique!    
Commentaires
Partage X
Mode

Quand le luxe rencontre le fast food